Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Clara Malaterre
Portraits EP  (731378 Records DK)  février 2019

C’est d’abord une question de "Peaux", où des filles-garçonnes se tatouent des marques de fierté sur le corps, entre affirmation de force et envie de douceur. Peaux encore, au poste-frontière de "Marwa", quand le laisser-passer ("privilège de ceux du nord "), se complique à mesure que la couleur s’assombrit. Histoire de passage encore, avec ces "Sœurs" parties en mer pour le voyage d’une vie : la mort rôde, et la première disparue attendra celle qui reste "de l’autre côté". La voix, d’abord discrète, s’affirme aérienne dans les aigus, se gonfle de colère puis retombe en délicatesse. Les images ou anecdotes, arrachées au quotidien, sont assez stylisées pour échapper au réalisme, se teintent d’un onirisme discret qui n’empêche cependant pas les prises de position : on devine en creux certaines préoccupations militantes (féminisme, queer) sans que cela ne soit jamais asséné.

Les guitares jouent acoustique, construisent lentement des architectures subtiles, rejointes peu à peu par des instruments moins usités (oud, cajon, kalimba). A la recherche de comparaisons, on songe d’abord aux débuts de Cat Power, voire à la plus secrète Julie Doiron. Mais ces références ne tiennent pas. Sur son site, la chanteuse évoque plutôt la musicienne écossaise Maggie Nicols (free-jazz, impro) ; et précise qu’elle joue aussi dans un groupe de rock progressif. Eurêka ! On pourrait qualifier sa musique de "progressive folk" : les chansons ne se contentent pas d’un simple couplet-refrain, laissent parfois évoluer leur structure originelle vers des constructions plus amples, prenant le temps d’installer une ambiance, développer un climat. Sans perdre leur évidence mélodique : malgré ces circonvolutions musicales, les refrains sont entêtants et les airs se retiennent.

Mais ce petit EP plein comme un œuf (plus riche que bien des albums) n’est pas réductible à une étiquette et a plus d’un tour dans son sac. Après trois chansons lentes, riches et pleines, le rythme s’emballe, guitares, percussions et boucles de voix se mettent à danser : "Juliette" semble chanter une langue inconnue, où les sons ont plus d’importance que les mots, où la gravité des textes s’évanouit dans l’aigu noyé d’écho, démultiplié. Ce moment de jubilation vocale – communicative – est prolongé par "François" (sous-titré "improvisation d’adieu") : paysage sonore rêveur, à base de kalimba et basse, où se déploie encore cette voix en pure musicalité. On aime quand un artiste, après avoir livré sa pensée structurée, s’abandonne au plaisir du son : Clara Malaterre écrit des textes pleins d’idées belles et fortes, mais a l’intelligence de ne pas exclure la légèreté de son propos.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Clara Malaterre
Le Bandcamp de Clara Malaterre
Le Soundcloud de Clara Malaterre
Le Facebook de Clara Malaterre


Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 août 2019 : C'est la rentrée ... littéraire

Cette semaine on continue de passer en revue les sorties littéraires de la rentrée en attendant la fin des vacances alors que la rentrée théâtrale commence à pointer son nez. Bonne lecture.

Lecture avec :

"Baikonour" de Odile d'Oultremont
"Civilizations" de Laurent Binet
"Kintu" de Jennifer Nansubuga Makumbi
"L'été meurt jeune" de Mirko Sabatino
"Les liens" de Domenico Starnone
"Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon" de Jean Paul Dubois
et toujours :
"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

"Les Témoins" à la Manufacture des Abbesses
"Hervé" au Théâtre de la Reine Blanche
"Quand l'Amour des Notes..." au Théâtre Essaion
des reprises
"La Machine de Turing au Théâtre Michel
"Sherlock Holmes et le Mystère de Boscombe" au Grand Point Virgule
"Michel For ever" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tchekhov en folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Bronx" à la Scène Libre
"Lisa et moi" au Théâtre Essaion
"Les Swinging Poules - Chansons sunchronisées" au Théâtre Essaion
"Cyrano de Bergerac" à La Folie Théâtre
"J'admire l'aisance avec laquelle tu prends des décisions catstrophiques" au Théâtre de la Reine Blanche
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Cinéma avec :

"Une fille facile" de Rebecca Zlotowski


Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=