Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tokyo Sex Destruction - The Elektrocution - Flamming Pussy
Nouveau Casino  (Paris)  17 octobre 2005

C'est un fait, certaines personnes peuvent être radicalement différentes en fonction du moment ou de la situation où elles se trouvent.

Prenez par exemple Raùl, chanteur de Tokyo Sex Destrction : pendant l'interview, avant le concert, il était calme, bavard, posé…normal quoi ! Quelques heures plus tard, c'était devenu un monstre scénique, une sorte d'hybride hystérique mi-homme mi animal, incontrôlable et incontrôlé. Le tranquille Dr Jekyl répondant à mes questions précédemment, se mute quand il foule les planches d'une scène, en un Mr Hyde assoiffé de décibels, capable de vous retourner un show et une salle en moins de deux.

Mais revenons sur cette superbe soirée, 100% Overcome.

Après la prestation des Flamming Pussy, groupe lesbien qui fait dans l'electro punk-rock, The Elektrocution vient nous présenter son premier méfait, Open heart surgery, sorti il y a une semaine sur Overcome.

Rouen (ville d'origine du groupe) devient alors pour les trois prochains quarts d'heure, la capitale du rock fiévreux à l'ancienne.

Portée par des musiciens très en jambes, la musique de The Elektrocution reprend fièrement l'héritage rock'n'roll laissé par ces ancêtres.

 

Le son est puissant, bien qu'un peu brouillon, et le jeu de scène percutant.

Moi qui restais sur une impression mitigée après leur dernier passage à Paris avec les Bananas At The Audience, je prends dans la gueule une bonne dose de rock'n'roll made in France.

Le public apprécie et réagit très bien. Très bonne surprise.

Après un rapide changement de matériel, la tornade ibérique Tokyo Sex Destruction débarque pour assommer tout le monde. Les 4 espagnols sont en pleine tournée française pour promouvoir 5th avenue south, sorti il y a quelque mois.

On prend alors en pleine tronche, un rock'n'roll garage furieux et apocalyptique, une dose de soul seventies et une énergie toute proche du punk rock.

Les nouveaux titres, "Prisoners of our ideas", "Song to apologize", comme les anciens "She's so fine", "Break out town", sont joués beaucoup plus vite que sur album, ce qui augmente ce sentiment persistant d'urgence et de précipitation.

Après un 1er quart d'heure un peu plat, le set se métamorphose bientôt en show imprévisible, où personne n'est à l'abri.

 

Raùl, chanteur, se roule à terre, s'étrangle avec le fil du micro, saute dans tous les sens…

Il prend un malin plaisir à jouer avec le public, comme sur le break de "Song to apologize".

Au lieu de reprendre seul au chant pour relancer la machine, il fait durer le break 10 bonnes minutes, pendant lesquels il pousse d'étranges cris, il va se promener dans la salle, sur le bar…comme à la maison quoi !

Une aisance et un plaisir à être sur scène, transpirent de ce petit mec à la coupe de cheveux très Beatles.

Le guitariste n'est pas non plus le moins remuant du groupe. Ces poses guitar heroe Vas-y que je me roule par terre" sont un délice visuel et sonore.

Les espagnols se mettent le public dans la poche et se permettent même le luxe d'être rappelé…et de revenir.

Un show énorme, étonnant, décapant….un must.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Tokyo Sex Destruction en concert au Festival Au Pont du Rock 2005
Tokyo Sex Destruction en concert au Festival Maroq'n roll 2006 (jeudi)
Tokyo Sex Destruction en concert au Fil (vendredi 4 février 2011)
L'interview de Tokyo Sex Destruction (17 octobre 2005)
La chronique de l'album Opean heart surgery de The Elektrocution
Elektrocution en concert au Nouveau Casino (1er septembre 2004)
Elektrocution en concert aux Terrasses du Jeudi (27 juillet 2006)

En savoir plus :

Le site officiel de The Elektrocution
Le site officiel de Tokyo Sex Destruction

Crédits photos : Romain


Romain         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=