Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Prince travesti
Théâtre 71  (Malakoff)  janvier 2019

Comédie de Marivaux, mise en scène Yves Beaunesne, avec Nicolas Avinée, Johanna Bonnet, Thomas Condemine, Jean-Claude Drouot, Elsa Guedj, Pierre Ostoya-Magnin et Marine Sylf accompagnés par le musicien Valentin Lambert.

Il faut tout de suite l'écrire : "Le Prince travesti ou L'Illustre aventurier" n'est pas la meilleure des pièces de Marivaux, même si elle est contemporaine de "La Double inconstance" et de "La Fausse suivante", et sans doute pas la plus naturellement drôle.

Située en Espagne au 12ème siècle de notre ère, elle conte une histoire où le prince de Léon (Nicolas Avinée), qui se fait passer pour Lélio, un soldat de fortune, devient le favori de la Princesse de Barcelone (Marine Sylf). Celle-ci songe à l'épouser mais sa confidente Hortense (Elsa Guedj) est amoureuse également de Lélio qui l'a sauvée de brigands.

Pour corser cette intrigue assez banale, Marivaux fait venir au palais de la Princesse, un ambassadeur du roi de Castille (Pierre Ostoya-Magnin) qui vient demander sa main pour son souverain... et qui est en réalité le roi lui-même. Il ajoute un secrétaire d'Etat (Jean-Claude Drouot), jaloux de l'ascension de Lélio, et donnant à l'ensemble un contexte politique plus affirmé.

On ajoutera encore la présence d'un domestique facétieux de Lélio, Arlequin (Thomas Condemine) et sa fiancée, Lisette (Johanna Bonnet), elle aussi présente pour assurer la "partie humour" de la pièce, comme l'est également un musicien (Valentin Lambert) assurant la "partie musicale".

Yves Beaunesne a donc bien compris qu'il devait étoffer ce "Prince travesti". Il a d'abord procédé à un changement d'époque et c'est dans des costumes "modernes", que l'on peut situer approximativement entre les années 1920 et les années 1960. C'est Jean-Daniel Vuillermoz qui les a conçus et, s'ils coïncident avec une scénographie qui baigne aussi dans les tons gris, ils n'apportent guère de gaieté.

Certes, cela permet à Arlequin de s'inspirer des burlesques du muet (Chaplin, Keaton) et surtout Harpo Marx dont il reprend le numéro de "Love Happy", les poches pleines de cuillères ou de sous-vêtements féminins volés, mais cela rend parfois les choses languides.

Le scénographe, Damien Caille-Perret, a voulu aussi réduire l'espace trop grand du plateau en le coupant pratiquement en deux par un grand escalier. Cela rajoute quelque part une monumentalité austère digne de "L'Aigle à deux têtes" d'autant qu'il ne sert qu'à la Reine qui le descend une seule fois.

Pour contrecarrer, une certaine difficulté à rendre dynamique un texte sans vrais morceaux d'anthologie, Yves Beaunesme a eu le bon réflexe de parsemer son travail de chansons italiennes, principalement interprétées sous la houlette de Valentin Lambert, mais également poussées joyeusement par tous les membres de la troupe.

Cela comble un peu le manque de fond du "Prince travesti ou l'illustre aventurier" qui reste néanmoins à découvrir. Il permet notamment aux deux personnages féminins principaux de s'affronter avec un bel allant, à Thomas Condemine d'être un Arlequin entreprenant et à Jean-Claude Drouot de jouer les conseillers expérimentés et roués.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=