Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'amour debout
Michaël Dacheux  janvier 2019

Réalisé par Michaël Dacheux. France. Drame. 1h23 (Sortie 30 janvier 2019). Avec Paul Delbreil, Adèle Csech, Samuel Fasse, Jean-Christophe Marti, Thibaut Destouches, Shirley Mirande, Pascal Cervo et Françoise Lebrun.

Ces temps-ci, le cinéma français donne de bonnes nouvelles. Après "Un violent désir de bonheur" de Clément Schneider, "Ma vie avec James Dean" de Dominique Choisy, voilà "L'amour debout" de Michaël Dacheux qui s'inscrit clairement dans les pas d'Eric Rohmer, même s'il se met cinéphiliquement plutôt dans ceux de Jean Eustache.

On dit et on maintient Eric Rohmer comme référence de son premier film parce qu'on y découvre le même plaisir à filmer Paris et un Paris très personnel, la même envie de faire un film dans lequel, si on est attentif, on apprend des choses (et ce n'est pas un hasard si Léa est guide dans Paris et si Tristan, le logeur de Martin, fait des expériences au Palais de la Découverte) et le même goût pour les personnalités aussi singulières en tant que personnages qu'en tant que personnes (comme Jicé, Jean-Christophe Marti le compositeur lunaire à la sauce boulézienne)

A la différence de Rohmer, Michaël Dacheux ne recherche pas des héros forcément "beaux". A l'ère des selfies et du numérique où tout le monde n'hésite pas à "partager" ses photos, l'esthétique rohmérienne est peut-être la seule chose qui ne fait plus recette.

Les "rohmériennes" de Michael Dacheux sont franchement quelconques, mais, en contrepartie sont moins naïves et moins bavardes. N'empêche qu'Alicia, la "coloc" de Léa est un vrai personnage digne de "la" Rosette de Rohmer et qui prend, peu à peu, scène après scène où elle apparaît, de la consistance et de la drôlerie.

Bien évidemment, il n'aurait pas été question que Martin quitte Léa pour un garçon dans le cinéma d'Eric Rohmer, ni qu'il montre ses attributs. Mais il faut bien qu'il y ait des preuves dans le cinéma de 2018 que les temps ont un peu changé depuis "Le Genou de Claire" ou même "La Maman et la putain", film emblématique d'un réalisateur pré-quadragénaire qu'on sent vraiment heureux d'avoir pu embarquer François Lebrun dans son premier long-métrage.

Ce que "L'amour debout" de Michaël Dacheux partage avec ses grands devanciers qu'il considère sans doute comme ses maîtres, c'est une énorme bienveillance avec tous ses personnages.

Aucun n'est jamais négligé ni humilié dans un plan indigne. Au contraire, tous ont leur chance. Ainsi, Bastien, le beau garçon qui tend les bras à Martin et lui ouvre les portes de l'homosexualité, initie une très jolie scène qui se termine dans un bar gay.

Pareillement les amis de Martin qui ne pourraient être là que pour faire avancer l'action finissent par revenir. Dacheux réussit particulièrement bien les scènes conviviales où les uns et les autres se retrouvent à des degrés de connaissances diverses et qui aboutissent finalement à des tablées où il fait bon être et où l'on a l'air de bien manger et en agréable compagnie.

Avant de laisser chacun découvrir cette agréable ambiance que "L'amour debout" de Michaël Dacheux génère, il faudrait peut-être rappeler qu'à l'origine le film raconte la séparation de Léa et Martin et qu'on les suit, chacun de leur côté, dans l'après de leur douloureuse séparation. C'est donc un joli conte sur la vie qui suit un amour défait qui est tout sauf une défaite.

Qu'on se le dise : on est bien dans ce film qu'il faut éviter de rater surtout si l'on aime Eustache et Rohmer, et qu'on espère être le premier film d'une longue série d'oeuvres qui auront la même simplicité, la même sincérité et le même appétit de filmer avec curiosité des gens qui le méritent.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=