Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'amour debout
Michaël Dacheux  janvier 2019

Réalisé par Michaël Dacheux. France. Drame. 1h23 (Sortie 30 janvier 2019). Avec Paul Delbreil, Adèle Csech, Samuel Fasse, Jean-Christophe Marti, Thibaut Destouches, Shirley Mirande, Pascal Cervo et Françoise Lebrun.

Ces temps-ci, le cinéma français donne de bonnes nouvelles. Après "Un violent désir de bonheur" de Clément Schneider, "Ma vie avec James Dean" de Dominique Choisy, voilà "L'amour debout" de Michaël Dacheux qui s'inscrit clairement dans les pas d'Eric Rohmer, même s'il se met cinéphiliquement plutôt dans ceux de Jean Eustache.

On dit et on maintient Eric Rohmer comme référence de son premier film parce qu'on y découvre le même plaisir à filmer Paris et un Paris très personnel, la même envie de faire un film dans lequel, si on est attentif, on apprend des choses (et ce n'est pas un hasard si Léa est guide dans Paris et si Tristan, le logeur de Martin, fait des expériences au Palais de la Découverte) et le même goût pour les personnalités aussi singulières en tant que personnages qu'en tant que personnes (comme Jicé, Jean-Christophe Marti le compositeur lunaire à la sauce boulézienne)

A la différence de Rohmer, Michaël Dacheux ne recherche pas des héros forcément "beaux". A l'ère des selfies et du numérique où tout le monde n'hésite pas à "partager" ses photos, l'esthétique rohmérienne est peut-être la seule chose qui ne fait plus recette.

Les "rohmériennes" de Michael Dacheux sont franchement quelconques, mais, en contrepartie sont moins naïves et moins bavardes. N'empêche qu'Alicia, la "coloc" de Léa est un vrai personnage digne de "la" Rosette de Rohmer et qui prend, peu à peu, scène après scène où elle apparaît, de la consistance et de la drôlerie.

Bien évidemment, il n'aurait pas été question que Martin quitte Léa pour un garçon dans le cinéma d'Eric Rohmer, ni qu'il montre ses attributs. Mais il faut bien qu'il y ait des preuves dans le cinéma de 2018 que les temps ont un peu changé depuis "Le Genou de Claire" ou même "La Maman et la putain", film emblématique d'un réalisateur pré-quadragénaire qu'on sent vraiment heureux d'avoir pu embarquer François Lebrun dans son premier long-métrage.

Ce que "L'amour debout" de Michaël Dacheux partage avec ses grands devanciers qu'il considère sans doute comme ses maîtres, c'est une énorme bienveillance avec tous ses personnages.

Aucun n'est jamais négligé ni humilié dans un plan indigne. Au contraire, tous ont leur chance. Ainsi, Bastien, le beau garçon qui tend les bras à Martin et lui ouvre les portes de l'homosexualité, initie une très jolie scène qui se termine dans un bar gay.

Pareillement les amis de Martin qui ne pourraient être là que pour faire avancer l'action finissent par revenir. Dacheux réussit particulièrement bien les scènes conviviales où les uns et les autres se retrouvent à des degrés de connaissances diverses et qui aboutissent finalement à des tablées où il fait bon être et où l'on a l'air de bien manger et en agréable compagnie.

Avant de laisser chacun découvrir cette agréable ambiance que "L'amour debout" de Michaël Dacheux génère, il faudrait peut-être rappeler qu'à l'origine le film raconte la séparation de Léa et Martin et qu'on les suit, chacun de leur côté, dans l'après de leur douloureuse séparation. C'est donc un joli conte sur la vie qui suit un amour défait qui est tout sauf une défaite.

Qu'on se le dise : on est bien dans ce film qu'il faut éviter de rater surtout si l'on aime Eustache et Rohmer, et qu'on espère être le premier film d'une longue série d'oeuvres qui auront la même simplicité, la même sincérité et le même appétit de filmer avec curiosité des gens qui le méritent.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=