Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Amadigi
Théâtre Athénée-Louis Jouvet  (Paris)  janvier 2019

Opéra en 3 actes d'Haendel, direction musicale de Jérôme Correas, mise en scène de Bernard Levy, avec l'ensemble Les Paladins, Amel Brahim-Djelloul, Aurélia Legay, Sophie Pondjiclis (en remplacement de Rodrigo Ferreira) et Séraphine Cotrez.

Dixième ou onzième opéra écrit par Georg Friedrich Haendel en 1715, alors que le compositeur allemand s'est installé en Angleterre depuis peu, pays qu'il ne quittera plus, "Amadigi" est une œuvre inspirée d'"Amadis des Gaules", un roman de chevalerie qui faisait partie de lectures préférées de Don Quichotte.

Opéra italien, chef d'oeuvre du baroque, "Amadigi" est un huis-clos rassemblant quatre personnages dont le thème majeur est la jalousie. Le héros, Amadis (Sophie Pondjiclis, mezzo-soprano), vit avec la princesse Oriane (Amel Brahim-Djellou, soprano). Cet amour partagé suscite la colère de la magicienne Mélisse (Aurélia Legay, soprano) et pareillement de Dardanus (Séraphine Cotrez mezzo-soprano), le prince de Thrace, qui ne vont avoir de cesse de contrarier leur belle harmonie amoureuse.

Mélisse fait feu de tout bois et utilise toutes les armes possibles contre Amadis et Oriane : ruses, subterfuges, sorts. Pendant les trois actes de l'ouvrage, les épreuves vont s'abattre sur le couple. En vain, puisque l'amour triomphera de la magie et de la sorcellerie.

Pour les puristes, "Amadigi" est un des sommets de la musique baroque et les mélodies qui s'y succèdent, toutes d'une grande richesse harmonique, sont parmi les plus connus d'Haendel. A sa création, "Amadigi" était aussi un grand spectacle comprenant de nombreux machineries pour évoquer les envoûtements, les sortilèges. Des monstres surgissaient du sol, le tonnerre éclatait, la magie se matérialisait par des trouvailles féériques.

Evidemment, aujourd'hui, tout cela est bien difficile à reproduire et Bernard Lévy a préféré mettre en scène "Amadigi" dans un décor vide et sans procéder à aucun artifice autre que d'en appeler à des effets vidéo, et principalement des effets de couleur sur les trois "murs" qui enferment la scène dans un carré.

Ainsi le quatuor et les deux acteurs-figurants (Hugo Malpeyre et Thomas Lapen) censés être les assistants de Mélisse ou les geôliers des personnages quand ils sont emprisonnés, n'agissent qu'à l'intérieur d'une surface dont les murs revêtent des couleurs comme le bleu quand la situation est à son zénith, mais qui deviennent très sombres, allant jusqu'à un noir digne du noir et blanc expressionniste quand les ennuis infernaux s'accumulent sur les amoureux.

Tout cela est d'une grande beauté cumulant les lumières de Christian Pinaud, le travail vidéo de Patrick Garbit et celui sur les textes vidéo de Romain Vuillet.

Même si certains spectateurs ont fait savoir qu'ils auraient préféré des "effets spéciaux" plus triviaux ou plus coûteux, on ne peut que souligner combien ce minimalisme subtil orchestré par Bernard Lévy permet aux mélomanes d'entendre parfaitement les chanteurs et l'ensemble Les Paladins dirigé par Jérôme Correas qui s'évertue - et réussit - à être au cœur de toutes les émotions contradictoires des protagonistes.

Rarement joué parce qu'on n'osait justement pas s'extraire de toute la machinerie périphérique, "Amadigi" renaît ici grâce aux techniques modernes et apparaît, grâce à la conjonction des talents de tous les participants et à la simplicité de sa mise en espace, comme une des œuvres majeures baroques et donne toute la mesure du génie de Haendel.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=