Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Chute de la maison Usher
Musée Gustave Moreau  (Paris)  janvier 2019

Opéra de Claude Debussy d'après la nouvelle éponyme de Edgar Allan Poe, adaptation et mise en scène de Olivier Dhénin, direction musicale d'Emmanuel Christien, avec Alexandre Artemenko, Olivier Gourdy, Bastien Rimondi et Anne-Marine Suire accompagnés au piano par Emmanuel Christien.

Quelle belle idée a eu Olivier Dhénin de ressusciter "La Chute de la maison Usher", opéra perdu de Claude Debussy, et de le faire dans le cadre majestueux de l'atelier de Gustave Moreau, endroit central du musée qui porte son nom.

On a longtemps cru perdu le livret tiré de la nouvelle d'Edgar Allan Poe, alors qu'on possédait les trois quarts de la partition. Aujourd'hui, le livret complet a été retrouvé. Pour reconstituer l'opéra et le jouer, Olivier Dhénin a donc demandé aux chanteurs de dire le texte sans musique pendant que l'excellent pianiste Emmanuel Christien interpréterait des préludes ayant une couleur compatible avec le reste de la musique de l'opéra connue. C'est ainsi que l'on peut désormais suivre un court opéra sans qu'on est l'impression d'une œuvre "bricolée".

D'entrée, on est saisi par la logique intellectuelle qui conduit Debussy, habitué au romantisme noir de Maurice Maeterlinck, à s'intéresser à Poe et particulièrement au destin de Roderick Usher (Alexandre Artemenko, baryton), dernier membre d'une famille maudite en son domaine. Roderick Usher qui se consume là en compagnie de sa sœur "Lady Madeline" (Anne-Marine Suire, soprano) dans une relation aux relents incestueux.

Un de ses amis (Olivier Gourdy, baryton) vient le visiter, et va servir de déclencheur de ce drame aux couleurs parfois expressionnistes par la présence du personnage du docteur (Bastien Rimondi, ténor) chargé de soigner Roderick... mais devenu fou amoureux de Lady Madeline et peut-être fou tout à court.

On félicitera les quatre comédiens chanteurs - on les nommera ainsi car ils sont autant convaincants dans l'un et l'autre des deux arts - d'avoir redonné vie à cette œuvre quasi inconnue.

Olivier Dhénin a tout organisé autour du magnifique escalier en colimaçon que Gustave Moreau avait fait construire par l'architecte Albert Lafon. Peu à peu, même s'il n'y a pas la possibilité dans ce lieu de jouer sur les lumières, s'installe un climat noir, expressionniste, qu'on lit dans le chant ou le jeu de plus en plus angoissé des quatre protagonistes.

Alexandre Artemenko, en Roderick Usher, n'hésite pas à porter sa voix et à montrer toute la terreur qui l'habite. Pareillement, Bastien Rimondi, en médecin tourmenté, Olivier Gourdy en ami effaré et Anne-Marie Suire, en vierge trop désirée, jouent parfaitement les personnages de Poe.

La musique très expressive de Debussy suit l'évolution du drame pas à pas et, même si on ne peut pas voir réellement dans le cadre du musée Gustave Moreau la chute attendue, on la ressent totalement quand les trois hommes en noir et la jeune fille dans un blanc virginal se figent après que le médecin a tiré sur Lady Madeline et que Roderick Usher est lancé un terrible "Damné, tu me l'as volé !".

Une belle proposition d'Olivier Dhénin qui se traduit par une heure magique au musée Gustave Moreau et qu'on aimerait pourtant revoir dans un cadre plus traditionnel pour qu'elle puisse prendre toute son ampleur grâce à l'apport de la machinerie théâtrale ou opératique.

 
,

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=