Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les dévastés
J. J. Amaworo Wilson  (Editions de l'Observatoire)  janvier 2019

C’est un véritable ode à la marginalité que nous propose cet ouvrage écrit par J. J. Amaworo Wilson, auteur né d’un père britannique et d’une mère nigériane, ayant vécu dans de nombreux pays avant de venir s’installer aux Etats-Unis. Son premier roman, Les dévastés, qui vient de sortir aux éditions de l’Observatoire nous raconte l’histoire de ces 600 dévastés au cœur d’un bidonville vénézuélien.

L’histoire s’inspire d’un gratte-ciel de soixante étages existant à Caracas qui fut le refuge et le squat de six cent sans abris entre 2007 et 2015. Cette tour, construite (mais jamais terminée à cause d’une crise bancaire) sur une ancienne décharge et un ancien lieu de guerre porte le nom d’un magnat qui la fit construire sur un terrain exproprié dans la violence. Torres, le propriétaire dut alors utiliser les méthodes fortes pour déloger ces 600 dévastés qui l’occupaient.

Ces dévastés, vous l’avez compris, sont des sans-abris, des sans pays et des sans destin. Parias magnifiques sous la plume de l’auteur, ils fondent leur espoir sur un homme, un certain Nacho Morales. Nacho Morales est un polyglotte estropié, un prophète athée, un joueur d’échec cultivé qui conte des histoires pour faire comprendre le monde à son peuple, voulant les amener jusqu’à la terre promise. C’est lui qui a décidé d’établir ces dévastés dans la célèbre tour des Torres, un gratte-ciel abandonné dans la mégalopole de Favelada.

Ensemble, ils vont connaître une aventure épique et spectaculaire que nous raconte l’ouvrage pour faire face à un déluge biblique. Ils vont affronter des policiers corrompus, une armée de libellules et des gangsters totalement illuminés. Une lutte intense va s’amorcer, une lutte héroïque et comique qui va leur permettre de conserver la vie et leur dignité.

L’ouvrage nous fait au départ découvrir cette tour incroyable, une sorte d’Etat dans l’Etat dans laquelle une communauté s’est installée sur un tas de déchets. L’auteur mêle fantastique, surréalisme et réel dans ses écrits avec une telle virtuosité qu’il nous embarque au milieu de descriptions incroyables de cet édifice peuplé par une kyrielle de personnages hauts en couleurs. Leur arme est l’espoir, ils n’ont rien à perdre face à l’oppresseur et la précarité est leur refuge.

Sans véritable intrigue, il nous offre aussi une critique acerbe de la mondialisation et du capitalisme qui s’exerce sur les populations les plus pauvres. Les courts chapitres se dévorent les uns après les autres, portés par une écriture incisive et percutante et des titres qui nous annoncent à chaque chapitre les rebondissements que l’on va lire.

Les dévastés est un roman coup de poing, un livre percutant d’une très grande originalité que je vous conseille vivement.

 

En savoir plus :
Le site officiel de J. J. Amaworo Wilson


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=