Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gaël Segalen
Sofia Says  (Coherent States)  janvier 2019

Entrez ! Entrez dans la lumière ! Entrez dans la lumière des néons aveuglants au sein d'un tunnel long de toute une vie, qui s'enferme au fil de l'avancée pour finir par offrir un champ de vision tout à coup infini vers la clarté d'un ciel revigoré.

Le nouvel album de Gaël Segalen, Sofia Says, s'articule autour de cinq mouvements distincts qui forment un couloir élaboré pour vous chahuter sans répit, mais en vous laissant malgré tout le soin de vous calfeutrer dans un décor complexe et paradoxalement chaleureux.

Décrire la musique de Gaël Segalen serait une vaine quête à la justesse démonstrative là où son art requiert une ouverture vers l'inconnu, la synthèse parfaite des forces telluriques et des reflets numériques. Dès l'ouverture, "Like Warehouse", la croisée des chemins mélange les musiques électroniques, l'élaboration savante de textures digitales et les manipulations esthétiques formant ainsi une entité sonore dense, riche et complexe qui nous embarque dans un voyage sous terrain remuant, sinueux mais sans cette hostilité de certaines musiques expérimentales parfois difficiles d'approche. Doit-elle autant au field recordings qu'aux influences majeures des univers électroniques de Parmegiani, à qui l'on pense ? Quoi qu'il en soit, Gaël Segalen a su intégrer et transcender ses influences les plus évidentes pour créer ses propres mondes, ses propres sonorités. Tout s'accélère, puis ralentit, comme un ressac profond et délicat, car peu à peu la compositrice intensifie ses arrangements, pour parfois esquisser une mélodie concise et délicate, comme un diamant posé là, au milieu d'un écrin lancé à vive allure.

"Montagne Est", "Montagne Ouest" se répondent intelligemment, comme deux versants distincts. Le second reprenant le même motif, plus élagué, prouvant ainsi combien cette musique est sertie de détails passionnants, et mettant en exergue la complexité des compositions de manière plus prégnante de minute en minute. Néanmoins, jamais nous ne quittons ce tunnel infini, et, fermant les yeux, jaillissent alors les parois qui défilent, et les lumières aveuglantes qui zèbrent les cieux fermés, comme le fond des néons d'un métro parisien.

L'oeuvre est totale et l'alchimiste Gaël maintient fermement le cap d'un voyage absolu qui enveloppe tout l'espace, s'octroyant le luxe de retirer à chacun ses repères. Le parcours atypique de cette artiste volontairement singulière lui a permis de toucher à la radio, au cinéma, aux sciences humaines, au field recording, à l'art relationnel, pour synthétiser ses diverses influences et en extraire la moelle émotionnelle. A force de manipulations des sons collectés, créés de toutes pièces ou composés avec finesse, elle offre trois quart d'heure d'une musique riche, délicate, étrangement ensoleillée, comme dans l'embrasure d'une porte entre-ouverte vers un champ des possibles à l'horizon indéfini.

Après avoir sorti un premier album, L'Ange le Sage sur le label Erratum (2016), puis un second, Memoir of My Manor sur le label FRM-AT (2017), elle sort donc ces jours-ci son troisième album, uniquement disponible sur cassette et digital. Gaël Segalen s'investit parfois dans de belles collaborations, pour s'enrichir de l'autre, à l'image de son duo "Les Graciés" formé avec l'artiste Eric Douglas Porter, et ainsi nourrir sa musique de ses multiples influences certes électroniques, mais aussi tournées vers le Free Jazz ou les musiques de danse. Elle envisage son art avant tout comme un point de départ au dialogue, ouvert à l'autre et au monde.

Après avoir participé au collectif Mu, obtenu un diplôme de composition électroacoustique, et cofondé Polyphones, dédié aux femmes dans l'expérimentation musicale, elle confirme tout son talent de compositrice d'une richesse éblouissante, qui se rapporte autant à notre monde urbain et saturé de sonorités qu'à une nature profonde et volubile qui ne cesse d'évoluer à l'instar du morceau qui vient terminer son nouvel album, "I'll See You again". Après une soudaine et brutale apparition, le titre s'étend sur douze minutes, glissant alors sur un terrain de plus en plus bouillonnant, pour vous amener à un manque d'oxygène rendant la libération du final, salutaire et apaisante.

Car enfin, la musique de Gaël Segalen jamais n'agresse et se veut avant tout bienveillante. Si les contours sont parfois abrupts, l'oeil de son cyclone est, quant à lui, chaleureux et coloré. Elle contribue à faire avancer cette perception en mouvement permanent qui, entre musiques savantes, expérimentales, électroniques et organiques, rappellent que les musiques sont parfois ailleurs, et qu'elles sont avant tout expression, et que cette expression peut et doit prendre plusieurs formes, pour ne pas oublier combien la recherche, dans l'art en général, est vitale si l'on veut continuer à voyager. Et Gaël Segalen propose là un voyage stupéfiant, dépaysant et profondément passionnant.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

L'interview de Gaël Segalen (février 2019)

En savoir plus :
Gaël Segalen sur le Bandcamp de Coherent States
Le Facebook de Gaël Segalen


Jack Line         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=