Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ivanov
Théâtre du Nord-Ouest  (Paris)  février 2019

Comédie dramatique de Anton Tchekhov, adaptation et mise en scène de Yvan Garouel, avec Muriel Adam, Jean-Paul Audrain, Baptiste Benoit, Laurent Benoit, Pierre Bès de Berc, Marianne Carion, Rui Ferreira, Yvan Garouel, Pascal Guignard, Fanny Sütterlin, Syla de Rawsky, Emmanuelle Thébaud, Cédric Villenave et Sara Viot.

A chacun son "Ivanov", tant s'avère ambigu et pardoxal le personnage-titre de l'opus éponyme de Anton Tchekhov qui, par ailleurs, oscille, avec une grande amplitude de registre, de la tragi-comédie au drame en passant par la farce et la satire oppose sur le terrain du matérialisme dialectique une micro-société bourgeoise et un représentant de la classe intellectuelle.

Ivanov, initiant l'archétype du propriétaire foncier fin de siècle maintes fois décliné par l'auteur, qui se piquait d'intellectualisme progressif, se trouve simultanément confronté à la banqueroute financière par incurie, à la faillite de sa vie personnelle tant par le redoutable regard rétrospectif, Tchekhov anticipant la fameuse crise de la quarantaine contemporaine, que par une situation affective obérée par le désamour pour son épouse.

Confronté à un cumul de sentiments autocentrés délétères - impuissance et indécision face aux problèmes, ennui existentiel, culpabilité judéo-chrétienne sans résilience - et au spectre de la mélancolie, entre désenchantement et désillusions, il est également marginalisé par un mariage avec une jeune fille juive et une vraie-fausse, ou l'inverse, réputation de coureur de dot.

A l'adaptation dans une version resserrée, décontextualisée et modernisée et avec une rigoureuse direction d'acteur, Yvan Garouel, ne se livre pas à des spéculations interprétatives pour inférer d'un Ivanov victime d'une schizophrénie inhibante ou usant du simulacre pour masquer une paresse atavique et une ambition trop grande pour ses moyens.

Au jeu dans le rôle-titre, entre pathétisme et mesquinerie, violence et apathie, il incarne parfaitement la bipolarité entre apathie autocomplaisante et mélancolie d'un homme coincé entre passé et avenir, représentés respectivement par un oncle cynique (Jean-Paul Audrain toxique) qui ratiocine sur le lustre des années enfuies comme sa fortune, et un régisseur entreprenant qui prône l'affairisme actif (Rui Ferreira bouffon).

Et cependant, ce pâle avatar du héros romantique séduit les femmes pour qui l'amour qui s'épanouit dans le sacrifice pour l'épouse (Sara Viot vibrante), celui de sa naissance, de sa famille et de sa foi, ou dans le syndrome du sauveur pour la jeune fille idéaliste (Marianne Carion lumineuse et belle révélation).

Comédien et metteur en scène aguerri, Yvan Garouel orchestre judicieusement les scènes chorales telles les soirées chez l'usurière avaricieuse et despote conjugal qui tyrannise son mari (Muriel Adam parfaite et Laurent Benoit à la belle humanité) qui réunit la "bonne société" locale composée de la riche veuve joyeuse (Fanny Sütterlin), la marieuse (Syla de Rawsky) et les écornifleurs (Pierre Bès de Berc, Cédric Villenave, Emmanuelle Thébaud et Baptiste Benoit).

Tout comme les scènes de confrontation dont celle avec le médecin ténébreux et torturé (Pascal Guignard saisissant) qui, fort de son "honnêteté", la bien-pensance moraliste brandie tel un glaive vengeur, s'érige en grand inquisiteur pourfendeur de la vilénie humaine.

Sans décorum ni numéros d'acteur, une solide et réussie proposition chorale.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=