Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel
Musée national Jean-Jacques Henner  (Paris)  Du 30 janvier au 13 mai 2019

En 2013, le Musée du Quai Branly consacrait une exposition sur la thématique capillaire ("Cheveux chéris - Frivolités et trophées" au sein de laquelle figurait la toile "La Liseuse" de Jean-Jacques Henner, l'homme aux femmes rousses.

Le Musée national Jean-Jacques Henner reprend cette thématique une monstration ciblée dont le titre - "Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" - annonce non seulement le focus sur les oeuvres du maître des lieux mais son large spectre historico-spatialo-artistique.

En effet, conçue par Claire Bessède, conservateur du Musée national Jean-Jacques Henner, elle assemble un florilège de pièces, de la peinture à la bande dessinée en passant par les arts premiers et la mode, et, par ailleurs, ne vise ni au didactisme ni à l'interprétation de l'addiction du peintre à la couleur rousse mais à éveiller l'imaginaire du visiteur.

Celles-ci sont présentées par une ingénieuse insertion au sein des collections permanentes, de la demeure-atelier devenue musée, réalisée par le scénographe Hubert Le Gall.

La Rousseur dans tous ses états

Bien évidemment la monstration permet de (re)découvrir, dans l'Atelier gris sis au 4ème étage, les femmes rousses henerriennes déclinées en de multiples nus (("La Fontaine", "Dormeuse", "Idylle", "La Vérité", " Les Naïades")et portraits, dont celui saisissant de "Rebecca" avec la dilution du visage des figures symboliques dans la tonalité rousse qu'il utilise également pour les portraits privés ("Mme Charles Rabot") et qui selon l'accrochage à la manière du 19ème siècle, accentue l'effet récurrent et quasi-obsessionnel du motif et de cette couleur, variante du rouge.

Et il ose tant l'immersion du corps nu dans un environnement ton sur ton avec son emblématique liseuse dont un gros plan constitue le visuel de l'affiche que le rouge pour les rousses ("Hérodiade", "Mademosielle Dodey", "Tête de femme au voile rouge").

Mais Henner semble ne pas être tant un peintre qui aimait les femmes rousses, puisqu'il "emperruquait" ses modèles qui ne l'étaient pas, qu'un peintre qui affectionnait la couleur rousse, une couleur devenue sa "signature" et mise en exergue comme fond pour son portrait réalisé en par Carolus-Durand exposé dans le vestibule du musée, peintre académique qui lui aussi à cédé à la tentation du roux avec le portrait de "Lilia" présenté en ouverture de l'exposition.

Formé à l'école romantique, influencé par la peinture de la Renaissance italienne, tenté par le naturalisme, fréquentant les impressionnistes, Henner se situe à la croisée des chemins de l'académisme et du symbolisme.

Ainsi utilise-t-il la palette du rouge des naturalistes tel Pierre Auguste Renoir ("Jeune femme à la rose") et la couleur or des Fauves tout comme il décline le stéréotype symboliste de la femme rousse, en l'espèce avec un érotisme sacralisé à la manière des pré-raphaélites et un visage énigmatique, de l'autrichien Gustav Klimt au belge Fernand Knoff, auquel le Petit Palais consacre une exposition monographique concomittante (""Fernand Khnopff - Le Maître de l'énigme").

Et un focus est dédié à l'oeuvre graphique de Jean-Jacques Henner, à la sanguine fort logiquement. Plus étonnante paraît la représentation d'un Christ roux alors même qu"elle ne constitue pas une innovation de Jean-Jacques Henner dès lors que la rousseur a été, de tous temps, associée au judaisme et aux Juifs askhénazes.

Dans le bien nommé salon rouge, sont mis en résonance chromatique avec les oeuvres de Jean-Jacques Henner, des masques de Papouasie, des portraits d’amérindiens de Georges Catlin et des extravagants créations des couturiers Jean-Paul Gauthier, Martin Margiela et Jean-Charles de Castelbajac en hommage à la créatrice de mode Sonia Rykiel autour du sa flamboyante chevelure rousse et le noir, sa couleur fétiche, dans le cadre de la célébration des quarante ans de la Maison Rykiel.

Le roux, couleur du feu, symbole de vigueur comme de perfidie, est aussi celle des femmes délurées que sont les artistes de la belle Epoque, de Sarah Bernhardt aux danseuses de caf'conc dont la rousseur est exaltée par les affichistes du temps et, de manière inattendue, celle des héros de la littérature jeunesse de Spirou à Fifi brind'acier.

D'autres approches sont laissées à la curiosité du visiteur ainsi qu'une série d'événements, de conférences et d'ateliers qui rythmeront la période d'exposition.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée Jean-Jacques Henner

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée Jean-Jacques Henner


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=