Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Miossec
Interview  (Par téléphone)  février 2019

Miossec reprend au mois de mars sa tournée avec son dernier disque Les Rescapés, sorti en septembre dernier. Il s’agit de son onzième album studio dans lequel il revient à un son plus minimaliste que le précédent très orchestré.

Le titre d’ouverture est probablement l’un des titres les plus réussis depuis longtemps ("Nous sommes"). Mais, ce qui fait peut-être la spécificité de ce nouvel album, c’est la très délicate petite touche "groovie" qui est apportée à plusieurs titres ("Les Infidèles" notamment). Vous l’aurez compris, il s’agit d’un très bon cru.

Froggy’s delight est parti à la rencontre de cet artiste généreux, sincère et bienveillant.

Votre dernier album intitulé Les Rescapés a une orchestration différente du précédent sorti en 2016. Pourquoi ce choix musical ?

Christophe Miossec : J’avais voulu faire un disque avec accordéon et violon et c’était donc le projet de mon précédent disque Mammifères. En revanche, immédiatement après cela, je n’ai pas réfléchi, je voulais de suite faire un disque en utilisant les seuls instruments qui sont en ma possession, un vieux synthé qui était au garage par exemple. Cela donne un album très personnel un peu dans un style rock alternatif.

Vous chantez dans le titre en ouverture de l’album "nous sommes les rescapés". Vous estimez être un rescapé et dans l’affirmative de quoi ?

Christophe Miossec : On est tous des rescapés. C’est un mot qui nous questionne. L’idée première est que chacun a sa tragédie et plus on avance en âge, plus on en accumule donc après 50 ans, on imagine… Cela étant, il peut aussi prendre un sens différent selon les époques.

Dans le titre "La Mer", vous chantez sur les dangers de celle-ci. Est-ce qu’on peut y voir un message politique sur les migrants qui tentent de passer par la méditerranée ?

Christophe Miossec : Oh non. C’est une chanson sur mon grand-père. Il est mort à la guerre au large de l’Egypte. Le bateau a été torpillé en méditerranée. Il ne savait pas nager. Mais, finalement le sens d’une chanson peut être absorbé par l’auditeur et donc chacun peut lui donner un sens différent. Sur le message politique, c’est certain qu’on vit une drôle d’époque.

Vous avez changé de maison de disque passant de votre label historique PIAS à Columbia qui est une plus grosse boutique. Est-ce que cela change la façon de travailler ? Est-ce que vous avez une pression supplémentaire ?

Christophe Miossec : Au contraire. Le succès du disque est peut-être moins important chez Columbia. On a eu une très grande liberté dans la réalisation du disque. Chez PIAS, on cherchait plus à trouver un single.

Vous sortez en général un album tous les deux ans. Pour suivre un tel rythme, vous vous obligez à organiser votre écriture ?

Christophe Miossec : Non. Je n’ai pas vraiment de discipline de travail. L’écrivain va s’astreindre à écrire tous les jours. Mon écriture, elle se fait par fulgurance. Si l’écriture d’une chanson prend du temps, c’est qu’elle n’est pas bonne en fait. Non, ce n’est pas chronophage et, c’est même plutôt un bon moment l’écriture.

Vous êtes de nouveau en tournée au mois de mars pour présenter votre nouvel album. Est-ce que vous appréhendez la scène ? Est-ce ce que vous y prenez du plaisir ?

Christophe Miossec : C’est un rendez-vous qui est indispensable pour moi et c’est un vrai plaisir. Je suis donc impatient de monter sur scène. Je ressens même un véritable manque quand je n’en fais pas. On ressent une telle émotion d’être ainsi face au public.

Concernant la scène, dans le titre "On meurt" de votre dernier album, vous chantez "on vit pour faire danser toute une salle entière". Est-ce votre objectif : faire danser à un concert de Miossec ?

Christophe Miossec : Et bien lors de cette tournée, c’est marrant, on a vu des gens bouger et quand le corps parle, c’est chouette. C’est un vieux fantasme partagé par pas mal d’artistes de faire danser les gens. En même temps, mes concerts sont encore loin d’être une party (rires).

Vous étiez présent et même nommé aux dernières Victoires de la Musique. Est-ce qu’il y a de jeunes artistes que vous écoutez ?

Christophe Miossec : Ça bombarde dur en ce moment. J’aime beaucoup PNL. Je les écoute en lisant les textes en même temps. Il y a un vocabulaire de dingue. Je sais que pour les gens, cela ne correspond pas à ma musique mais je suis tombé dans le rap depuis très longtemps. J’écoutais Afrika Bambaataa ou Grandmaster Flash. J’ai même été très House à une période. Au final, quand j’ai sorti en 1995 un album avec de la guitare acoustique, c’était une façon d’être un peu rebelle.

C’est marrant car sur ce dernier album, j’ai eu pas mal d’articles dans la presse écrite. En revanche, j’en ai beaucoup moins sur le web. Ça me rappelle que j’ai 54 ans (rires).

Miossec sera en tournée au mois de mars notamment à Nancy le 8 mars, Angers le 14 mars, Brest le 16 mars, Lille le 22 mars, Hérouville-Saint-Clair au BBC le 28 mars (on y sera !), Rouen le 29 mars, Montpellier le 10 avril.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L'étreinte de Miossec
Une 2ème chronique de l'album L'étreinte de Miossec
Miossec parmi une sélection de singles (mai 2007)
La chronique de l'album Brest of (Tout ça pour ça) de Miossec
La chronique de l'album Finistériens de Miossec
La chronique de l'album Chansons Ordinaires de Miossec
La chronique de l'album Ici-bas, ici même de Miossec
La chronique de l'album VKNG - Jeanne Added - Miossec de Festival Rock en Seine 2015 - Vendredi 28 août
Miossec en concert à Port de Commerce (30 juillet 2004)
Miossec en concert au Vauban (6-7-8 décembre 2004)
Miossec en concert au Festival Du Bout Du Monde 2006
Miossec en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (vendredi)
Miossec en concert au Festival Le rock dans tous ses Etats 2007 (vendredi)
Miossec en concert à La Cigale (dimanche 25 octobre 2009)
Miossec en concert au Bikini (mercredi 25 novembre 2009)
Miossec en concert au Grand Mix (vendredi 7 octobre 2011)
Miossec en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
Miossec en concert au Fil (mercredi 17 octobre 2012)
Miossec en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Vendredi

En savoir plus :
Le site officiel de Miossec
Le Soundcloud de Miossec
Le Facebook de Miossec

Crédits photos : Julien T. Hamon


David Drx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=