Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce J'ai pris mon père sur mes épaules
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  février 2019

Comédie dramatique de Fabrice Melquiot, mise en scène de Arnaud Meunier, avec Rachida Brakni, Riad Gahmi, Vincent Garanger, Nathalie Matter, Bénédicte Mbemba, Maurin Ollès, Fédérico Semedo et Philippe Torreton.

S'inspirant des Énéides, le prolifique Fabrice Melquiot, pour cette oeuvre de commande de la Comédie de Saint-Etienne dirigée par Arnaud Meunier, a conçu un western contemporain dans lequel le jeune Énée va accompagner son père atteint d'un cancer tout au long de sa chimiothérapie avant de se lancer avec lui dans un voyage épique vers un Portugal rêvé.

La plupart de la pièce, racontée tour à tour par chacun des personnages, se passe dans l'immeuble gris - "maison de poupée" tournante (scénographie très réussie de Nicolas Marié), cerné de néons au sol qui l'éclairent judicieusement (lumières de César Godefroy) d'une cité stéphanoise en 2015, l'action coïncidant avec les attentats de Paris. Ce sera le prétexte à développer plusieurs histoires d'amour et d'amitié dans cette tour où la mort, sous les traits du fantôme d'un jeune homme, rôde sur ce petit monde.

On attendait beaucoup de la rencontre entre l'écriture poétique de Fabrice Melquiot, la mise en scène d'Arnaud Meunier et une affiche alléchante, Rachida Brakni et Philippe Torreton en tête.

Or, "J'ai pris mon père sur mes épaules", en dépit de quelques fulgurances, de très beaux mais rares moments, et de vrais morceaux de bravoure peine pourtant à procurer l'émotion.

A force de vouloir traiter trop de sujets à la fois, l'épopée se perd en route et les scènes de comédie au langage "moderne" ont du mal à se fondre avec des envolées plus lyriques propres à Fabrice Melquiot.

Toutefois, l'habileté de l'auteur crée les ingrédients d'un mélodrame dont la virtuosité de la mise en scène d'Arnaud Meunier produit de très belles scènes, notamment un final grandiose.

Ainsi, on est néanmoins touché par cet Énée, bouleversé et bouleversant (sensationnel Maurin Ollès, une révélation), en plein apprentissage de son métier d'homme. Par son père Roch (magistral Philippe Torreton) dont l'autodérision masque le déchirement. Et par la sobre Anissa (Rachida Brakni d'une présence et d'une intensité incroyables) qui aime les deux hommes.

Et aux côtés de ces trois comédiens magnifiques, une distribution également talentueuse où tous sont à citer (Vincent Garanger, Frederico Semedo, Bénédicte Mbemba, Riad Gahmi et Nathalie Matter)

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=