Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ce que savait la nuit
Arnaldur Indriðason  (Editions Matailié)  février 2019

Arnaldur Indriðason est déjà de retour ! On attend toujours avec impatience un nouvel ouvrage de cet auteur et on est toujours ravis de découvrir une nouvelle enquête avec, en toile de fond, le magnifique pays qui l’a vu naître, l’Islande.

Avec Ce que savait la nuit, son nouvel ouvrage, Indriðason nous propose un nouvel enquêteur rescapé d’une enfance troublée, pour un cold case à rebondissements. Les touristes affluent en Islande et les glaciers reculent lentement. Le cadavre d’un homme d’affaires disparu depuis trente ans émerge du glacier de Langjökull. Son associé de l’époque est de nouveau arrêté et Konrad, policier à la retraite, déjà vu dans Passage des ombres, doit reprendre bien malgré lui une enquête qui a toujours pesé sur la conscience, en partie sabotée par la négligence d’un policier toujours en service.

A un moment de sa vie compliqué, il vient de perdre sa femme d’un cancer et le meurtre de son père n’a jamais été élucidé, Konrad doit reprendre ses recherches, malgré les embûches et la haine. Seul le témoignage d’une femme qui vient lui raconter l’histoire de son frère tué par un chauffard et le supplier de trouver ce qui s’est passé va lui permettre d’avancer.

Au-delà de la couverture sublime du livre, une lune bien rouge qui vient inonder les glaciers islandais, le nouvel ouvrage est dans la lignée de ce que l’auteur a pu nous proposer dans ses ouvrages précédents. Indriðason s’avère être un immense conteur de romans noirs et de polars et Ce que savait la nuit en est le parfait mélange.

L’ouvrage est de nouveau l’occasion pour le lecteur de se plonger dans la réalité sociale islandaise où l’économie n’est pas florissante, si ce n’est celle qui tourne autour des trafics en tous genres. Il est construit autour du passé et du présent car l’inspecteur doit résoudre une affaire qu’il n’avait pas résolue il y a trente ans. Et évidemment ce retour dans une affaire passée fait remonter chez lui tout un tas de souvenirs personnels comme le décès de son père, ses années autour de son épouse qui vient de décéder.

On a donc l’occasion de mieux cerner et comprendre ce nouvel inspecteur, même si on l’avait déjà rencontré dans un ouvrage précédent. On imagine retrouver cet inspecteur dans de futurs ouvrages sans pour autant qu’il nous fasse oublier le célèbre inspecteur Erlendur.

Une fois encore, le livre fonctionne à merveille et tient en haleine le lecteur jusqu’à la fin. Les recherches reprennent, trente ans après, les interrogatoires de Konrad permettent de délier les langues les unes après les autres, déterrant des secrets inavoués. L’enquête se développe, dans une lenteur mesurée par l’auteur qui a le don de savoir nous donner le temps de trouver le coupable.

Arnaldur Indriðason ne fait pas dans le thriller, c’est bien connu. C’est un auteur qui aime donner une dimension sociologique à ses ouvrages pour nous permettre à chaque fois d’en connaître un peu plus de son Islande. A chaque fois, on prend un malin plaisir à le suivre et il nous donne une terrible envie de lire son prochain livre, Ce que savait la nuit étant le début réussi d’une nouvelle série que nous ne manquerons pas de suivre sur Froggy’s Delight.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Passage des ombres" du même auteur
La chronique de "Les fils de la poussière" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook de Arnaldur Indriðason


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=