Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Grande petite Mireille
Théâtre du Petit Montparnasse  (Paris)  mars 2019

Spectacle musical conçu par Marie-Charlotte Leclaire et Hervé Devolder, mis en scène par Hervé Devolder, et interprété par Marie-Charlotte Leclaire, Hervé Devolder (en alternance avec Cyril Romoli) et Adrien Biry-Vicente.

Est-ce possible de venir voir un spectacle consacré à Mireille et d'y entendre "Gigi l'Amoroso" ? Est-ce possible d'assister à la première représentation d'une pièce et de n'y pas trouver de vrais temps morts, de choses à supprimer, des boulons à resserrer ? Est-ce possible, après à peine trois minutes, de pouvoir prédire qu'on est devant un des succès de l'année qui dépassera les cinquante représentations prévues ?

La réponse est "oui". Il suffit d'aller voir "La Grande petite Mireille" de Marie-Charlotte Leclaire et d'Hervé Devolder pour s'en convaincre.

Tout commence par une audition et tout finira en chansons. D'emblée, Hervé Devolder (en alternance avec Cyril Romoli) arrive sur scène de bonne humeur et jamais il ne la perdra.

Comme dans les meilleures comédies musicales, quand Marie-Charlotte Leclaire commence à chanter, puis à se mettre au piano, la magie opère et là voilà, venue pour Dalida, rester pour Mireille, celle qui pour les uns était la partenaire de Jean Nohain (délicieusement incarné ici par Adrien Biry-Vicente), pour d'autres la petite Dame du Petit Conservatoire et pour le reste du public "qui n'était pas né à l'époque de..." juste un nom.

C'est là l'astuce d'Hervé Devolder et Marie-Charlotte Leclaire : s'adresser à ceux qui ne connaissent pas la compositrice de "Couchez dans le foin" ou de "Quand un vicomte".

Ils vont conter son histoire pas banale, celle d'une fille de bonne famille, pianiste aux trop petits doigts pour le clavier classique, qui va imposer le jazz et le swing dans la chanson française, avant d'épouser son "Théodore" Berl, le délicieux auteur de "Sylvia" et de faire éclore, dans son petit conservatoire de la chanson, Françoise Hardy, Jean-Jacques Debout, Michel Berger... et même Colette Magny et Dick Annegarn !

Biopic rythmé qui résume bien toute la carrière extraordinaire de celle qui eut pour témoin Sacha Guitry à son mariage et aurait pu devenir une star américaine si elle était restée de l'autre côté de l'Atlantique, Mireille a tout d'une grande. Elle a eu un secret dans la vie qui plaira à tous les spectateurs de tous les âges : elle s'est amusée. Beaucoup de talent, de facilités, certes, mais beaucoup de travail aussi pour réussir à être aussi simple et gaie.

"La Grande petite Mireille" est ainsi un spectacle délicieux par son sujet, par la qualité des chanteurs, en particulier de Marie-Charlotte Leclaire qui se souvient qu'elle double "Minnie Mouse" dans les productions Disney, mais aussi par le bel écrin dans lequel il est présenté. On n'oubliera donc pas les belles lumières de Denis Koransky et les costumes toujours réussis de Jean-Daniel Vuillermoz.

Cerise sur le gâteau musical, les chansons choisies ne sont pas que les "tubes" obligés qui ont fait le succès de Mireille seule ou en duo avec Jean Sablon ou Pills et Tabet. Les auteurs ont fait aussi un beau travail sur le répertoire de Mireille et l'on entendra des publicités hilarantes pour Renault et quelques chansons quasi inconnues.

Evidemment, en rentrant, on se dépêchera d'en savoir plus sur ce répertoire de plus de cinq cents chansons dont on ne peut fredonner - et c'est pourtant déjà pas mal - une vingtaine.

Un grand merci à Hervé Devolder et Marie-Charlotte Leclaire pour ce grand spectacle sur une grande dame de la chanson française.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=