Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Comme il pleut sur la ville
Karl Ove Knausgård  (Editions Denoël)  janvier 2019

Karl Ove Knausgård est un monument de la littérature contemporaine. Il s’est lancé il y a quelques années dans une exceptionnelle fresque autobiographique constituée de six tomes, intitulé Mon combat. A ce jour, cinq tomes ont été traduit en français chez Denoël dont le dernier, Comme il pleut sur la ville qui vient de sortir en janvier dernier.

Dans le premier tome, La Mort d’un père, l’auteur nous parlait de l’adolescence, la sienne autour de sa mère souvent absente et de la déchéance de son père, aux colères imprévisibles, jusqu’à sa disparition. Avec Un homme amoureux, le second tome, il évoquait, après avoir passé le thème du deuil, les étapes du sentiment amoureux et l’expérience de devenir père.

Avec Jeune homme, le troisième volet de son autobiographie, l’auteur remontait le temps pour revenir à son enfance après nous avoir raconté son adolescence et sa vie de jeune adulte. Il nous racontait son arrivée avec ses parents sur l’île de Tromoya, ses premiers pas à l’école et sa vie au milieu de ses parents. L’an dernier sortait le quatrième tome, Aux confins du monde, qui reçut le prix du meilleur livre de l’année du Magazine Lire. Dans ce quatrième tome, on retrouvait Karl Ove Knausgård a dix-huit ans, fraîchement sorti du lycée, partant vivre dans un petit village au nord de l’Arctique. On suivait alors les élucubrations d’un jeune majeur autour du sexe et de l’alcool mais aussi ses débuts d’écrivain et sa soif d’écrire.

Avec Comme il pleut sur la ville, l’auteur nous embarque à Bergen (une ville où il pleut très souvent, d’où le titre de l’ouvrage) où il vient de s’installer. Il vient d’avoir vingt ans et il se retrouve à être le plus jeune élève jamais accepté à la prestigieuse académie d’écriture. Il arrive débordant d’enthousiasme et d’ambition littéraire.

Rapidement, ses illusions de jeunesse volent en éclats. Son écriture se révèle puérile et pleine de clichés, ses efforts de socialisation se soldent par des échecs cuisants. Présenté comme un cas désespéré avec les femmes, toujours d’une grande timidité en société, il va très vite noyé son humiliation dans l’alcool et le rock.

Petit à petit, son horizon va alors s’éclaircir. Il tombe amoureux, renonce à l’écriture pour se consacrer à la critique littéraire, plus immédiatement gratifiante, et les premières pierres de sa vie d’adulte sont posées… jusqu’à ce que ses pulsions autodestructrices et l’attrait irrésistible de l’image de l’écrivain torturé le reprennent et le fassent sombrer à nouveau.

Avec ce cinquième tome, l’auteur nous raconte donc comment il devint écrivain au travers des nombreuses difficultés qu’il rencontra. Couvrant une période de quatre ans, on retrouve l’écriture détaillée de l’auteur qui parvient une fois de plus à rendre signifiant l’insignifiant. Il n’a de cesse de nous raconter des choses sans grand intérêt qui s’avèrent être passionnantes. Ici, on explore avec lui les livres qu’il lisait, les musiques qu’il écoutait et on le découvre aussi autour de sa première relation amoureuse sérieuse marquée par des nombreuses tromperies.

L’auteur continue de nous subjuguer par son écriture, sa façon singulière de nous raconter la vie, la sienne et de nous décrire la Norvège, ici centrée sur la ville de Bergen même s’il nous embarque aussi vers des contrées islandaises à un moment du livre.

Il se dégage de ce tome 5 une très grande mélancolie. Voir l’auteur galérer autant dans la première partie de l’ouvrage donne une dimension particulièrement triste et touchante à l’ouvrage. L’écouter (ou plutôt le lire) nous raconter ses désespoirs, ses errances et ses égarements face aux difficultés de socialisation et ses échecs d’écriture qui l’accablent est émotionnellement très fort.

D’une grande sincérité et d’une grande franchise, on n’y est habitué depuis les précédents tomes, l’auteur n’élude rien et il continue de nous impressionner avec son éternel souci du détail (même les plus sordides) concernant sa vie, ses lieux et ses époques. Il nous offre de nouveau une profonde immersion dans un moment de sa vie. Une fois n’est pas coutume, Karl Ove Knausgård se livre totalement, en toute simplicité et en toute intimité. Se mettre à nu n’est pas un problème pour le Norvégien, pour notre plus grand plaisir.

On attend maintenant avec une immense impatience le dernier tome qui viendra clore l’œuvre autobiographique immense (plus de 3000 pages au total) de cet auteur hors-norme qui ne cesse de nous éblouir depuis plusieurs années.

Alors voilà, si vous n’avez jamais lu cet auteur, je vous invite très fortement à vous lancer dans les cinq tomes de cet auteur qui ne vous laissera pas indifférent.

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 mars 2019 : Que la culture coule à flots

Tels les litres de Guinness qui ne manqueront pas d'innonder toute l'Irlande et même le monde entier à l'occasion de le Saint Patrick, voici notre sélection hebdomadaire culture qui se déverse dans vos yeux et vos oreilles curieux et gourmands.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Frédéric Lo autour de son album "Hallelujah!"
"Data Mirage Tangram" de The Young Gods
"Grand casino" de Manu Lanvin & The Devil Blues
Rencontre avec Mass Hysteria
"Boccherini" de Ophélie Gaillard, Sandrine Piau et Ensemble Pulcinella
"Le dilettante d'Avignon, Jacques Fromental Halévy" de Orchestre Régional Avignon-Provence et Michel Piquemal
"The golden fascination" de Richard Andrews
"10 ans plus tarés" de Fastened Furious
"14th boyz EP" de Fastlanes
King Child, Mouse Dtc, Innvivo dans une sélection de EP et singles
"Iggy Salvador" de Dj Zebra
"Erik Trufaz Quartet en concert à l'Aéronef
Tamino à l'Aéronef de Lille
Patrick Coutin est de retour, à retrouver en concert privé et en entretien
et toujours :
"A la lisière" de Clarika
"La disparition d'Everett Ruess" de Emmanuel Tellier
"Fauré Requiem - Poulenc Figure humaine - Debussy Trois chansons" de Ensemble Aedes, Les Siècles, Mathieu Romano
"Look ahead" de Fred Nardin Trio
"Connecting the dots" de Guy Mintus Trio
"Soistices" de Heaume Mortal
"Just about anything is possible" de Inred
"Mon héroïne EP" de Kyrie Kristmanson
"A walk above clouds EP" de Line
"Arabella EP" de Arabella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Pays lointain" au Théâtre national de l'Odéon
"Qui a tué mon père" au Théâtre de la Colline
"En se couchant, il a raté son lit" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Veillée de famille" au Théâtre du Rond-Point
"La Mort (d')Agrippine" au Théâtre Dejazet
"Oncle Vania" au Théâtre du Nord-Ouest
"Anaïs Nin, une de ses vies" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Apocalypse bébé" au Théâtre Paris-Villette
"Madame Pink" au Théâtre du Rond-Point
"Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Café Polisson" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Eldorado Dancing" à la Ferme Le Bel état à Guyancourt
des reprises:
"Place des Héros" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"Les Damnés" à la Comédie française
"La Légende de Bornéo" au Théâtre de l'Atelier
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"Je parle à un homme qui ne tient pas en place" au Théâtre de Nesle
"Dans les jardins de Carlos et Nestor" au Théâtre de Nesle
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Théâtre Lepic
"Cabaret Siméon" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mars

Expositions avec :

"L'Orient des peintres" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Le Corps sauvage" de Cheyenne-Marie Carron
"Leur souffle" de Cécile Besnault et Ivan Marchika
et la chronique des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Desh" de Tofépi
"Firebird" de Thomas Harnois
"Guillaume le Conquérant / Léonard de Vinci" de David Bates / Carlo Vecce
"Iggy Salvador" de Antoine Zebra
"Lincoln au Bardo" de Georges Saunders
"Oyana" de Eric Plamondon
"Rendez vous à Samarra" de John O'Hara
et toujours :
"Un certain Paul Darrigand" de Philippe Besson
"Après" de Nikki Gemmell
"Boy erased" de Garrard Conley
"L'ombre de la baleine" de Camilla Grebe
"Les gratitudes / Mon père" Delphine de Vigan / Grégoire Delacourt
"Les suppliciées du Rhône" de Coline Gatel
"Tu finiras clochard comme ton Zola / Nouvelles morales provisoires" de Philippe Val / Raphaël Enthoven"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=