Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Comme il pleut sur la ville
Karl Ove Knausgård  (Editions Denoël)  janvier 2019

Karl Ove Knausgård est un monument de la littérature contemporaine. Il s’est lancé il y a quelques années dans une exceptionnelle fresque autobiographique constituée de six tomes, intitulé Mon combat. A ce jour, cinq tomes ont été traduit en français chez Denoël dont le dernier, Comme il pleut sur la ville qui vient de sortir en janvier dernier.

Dans le premier tome, La Mort d’un père, l’auteur nous parlait de l’adolescence, la sienne autour de sa mère souvent absente et de la déchéance de son père, aux colères imprévisibles, jusqu’à sa disparition. Avec Un homme amoureux, le second tome, il évoquait, après avoir passé le thème du deuil, les étapes du sentiment amoureux et l’expérience de devenir père.

Avec Jeune homme, le troisième volet de son autobiographie, l’auteur remontait le temps pour revenir à son enfance après nous avoir raconté son adolescence et sa vie de jeune adulte. Il nous racontait son arrivée avec ses parents sur l’île de Tromoya, ses premiers pas à l’école et sa vie au milieu de ses parents. L’an dernier sortait le quatrième tome, Aux confins du monde, qui reçut le prix du meilleur livre de l’année du Magazine Lire. Dans ce quatrième tome, on retrouvait Karl Ove Knausgård a dix-huit ans, fraîchement sorti du lycée, partant vivre dans un petit village au nord de l’Arctique. On suivait alors les élucubrations d’un jeune majeur autour du sexe et de l’alcool mais aussi ses débuts d’écrivain et sa soif d’écrire.

Avec Comme il pleut sur la ville, l’auteur nous embarque à Bergen (une ville où il pleut très souvent, d’où le titre de l’ouvrage) où il vient de s’installer. Il vient d’avoir vingt ans et il se retrouve à être le plus jeune élève jamais accepté à la prestigieuse académie d’écriture. Il arrive débordant d’enthousiasme et d’ambition littéraire.

Rapidement, ses illusions de jeunesse volent en éclats. Son écriture se révèle puérile et pleine de clichés, ses efforts de socialisation se soldent par des échecs cuisants. Présenté comme un cas désespéré avec les femmes, toujours d’une grande timidité en société, il va très vite noyé son humiliation dans l’alcool et le rock.

Petit à petit, son horizon va alors s’éclaircir. Il tombe amoureux, renonce à l’écriture pour se consacrer à la critique littéraire, plus immédiatement gratifiante, et les premières pierres de sa vie d’adulte sont posées… jusqu’à ce que ses pulsions autodestructrices et l’attrait irrésistible de l’image de l’écrivain torturé le reprennent et le fassent sombrer à nouveau.

Avec ce cinquième tome, l’auteur nous raconte donc comment il devint écrivain au travers des nombreuses difficultés qu’il rencontra. Couvrant une période de quatre ans, on retrouve l’écriture détaillée de l’auteur qui parvient une fois de plus à rendre signifiant l’insignifiant. Il n’a de cesse de nous raconter des choses sans grand intérêt qui s’avèrent être passionnantes. Ici, on explore avec lui les livres qu’il lisait, les musiques qu’il écoutait et on le découvre aussi autour de sa première relation amoureuse sérieuse marquée par des nombreuses tromperies.

L’auteur continue de nous subjuguer par son écriture, sa façon singulière de nous raconter la vie, la sienne et de nous décrire la Norvège, ici centrée sur la ville de Bergen même s’il nous embarque aussi vers des contrées islandaises à un moment du livre.

Il se dégage de ce tome 5 une très grande mélancolie. Voir l’auteur galérer autant dans la première partie de l’ouvrage donne une dimension particulièrement triste et touchante à l’ouvrage. L’écouter (ou plutôt le lire) nous raconter ses désespoirs, ses errances et ses égarements face aux difficultés de socialisation et ses échecs d’écriture qui l’accablent est émotionnellement très fort.

D’une grande sincérité et d’une grande franchise, on n’y est habitué depuis les précédents tomes, l’auteur n’élude rien et il continue de nous impressionner avec son éternel souci du détail (même les plus sordides) concernant sa vie, ses lieux et ses époques. Il nous offre de nouveau une profonde immersion dans un moment de sa vie. Une fois n’est pas coutume, Karl Ove Knausgård se livre totalement, en toute simplicité et en toute intimité. Se mettre à nu n’est pas un problème pour le Norvégien, pour notre plus grand plaisir.

On attend maintenant avec une immense impatience le dernier tome qui viendra clore l’œuvre autobiographique immense (plus de 3000 pages au total) de cet auteur hors-norme qui ne cesse de nous éblouir depuis plusieurs années.

Alors voilà, si vous n’avez jamais lu cet auteur, je vous invite très fortement à vous lancer dans les cinq tomes de cet auteur qui ne vous laissera pas indifférent.

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=