Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ma soeur, serial killeuse
Oyinkan Braithwaite  (Editions Delcourt)  février 2019

Jusqu’à maintenant, mes lectures nigérianes se limitaient aux excellents ouvrages de Chinelo Okparanta et Chimamanda Ngozi Adichie. Elles s’ouvrent maintenant à une nouvelle petite venue avec le premier roman d’Oyinka Braithwaite qui vient de paraître chez Delcourt Littérature. Oyinka Braithwaite est une jeune auteur qui vit à Lagos. En 2016, elle a été finaliste du Commonwealth Short Story Prize. Vendu dans de nombreux pays, Ma sœur, serial killeuse, va bientôt être adapté au cinéma.

Ma sœur, serial killeuse nous raconte l’histoire de deux sœurs : Korede et Ayoola. Korede est l’aînée, un peu amère vis-à-vis de sa sœur. Il faut bien dire que sa sœur Ayoola a tendance à vraiment abuser. Non contente d’être la plus belle, la favorite de sa mère, elle a la fâcheuse habitude de tuer ses amants. A chaque fois, elle appelle au secours sa sœur pour s’occuper des cadavres. Avec le temps, Korede est passée experte pour faire disparaître les traces de sang, et le coffre de sa voiture est toujours suffisamment pour déplacer le macchabée.

Sauf que Korede a aussi une vie à mener, elle aussi, loin des activités de serial killeuse de sa cadette. Elle est secrètement amoureuse de Tade, le séduisant médecin qu’elle croise tous les jours dans les couloirs de l’hôpital où elle travaille comme infirmière. Aussi, lorsque sa jeune sœur jette son dévolu sur Tade, Korede se retrouve face à un dilemme : comment continuer à protéger Ayoola, sans risquer la vie de l’homme qu’elle aime ?

C’est donc une comédie noire que nous proposent les éditions Delcourt avec cette petite pépite littéraire tout droit venue de Lagos. Une comédie noire et surtout décalée, au-dessus de toute morale, aussi grinçante que glaçante. C’est décapant, profondément immoral et on adore ça.

Le livre est construit autour de chapitres extrêmement courts, intitulés d’un unique mot qui décrit parfaitement leur contenu. Ils s’enfilent comme des perles, donnant une vraie intensité à la lecture, faisant que les pages défilent très rapidement. Le personnage principal est Korede, qui nous raconte son histoire et celle de sa sœur.

L’écriture des deux personnages est particulièrement soignée. L’auteur prend soin d’approfondir la dimension psychologique des deux sœurs pour mieux appréhender leur comportement mais aussi leurs relations. L’humour noir est le fil conducteur de ce livre, manié à merveille par Oyinkan Braithwaite. Il est associé à une intrigue captivante autour du médecin convoité par les deux sœurs, ponctué de rebondissements bien choisis. A cela s’ajoute une critique en règle de la société nigériane, gangrénée par la corruption, les différences de classe et le machisme exacerbé.

Alors voilà, les éditions Delcourt ont eu de nouveau la main heureuse avec la publication de ce roman que l’on dévore avec grand plaisir, pénétrant dans l’univers ironique débordant d’imagination d’un auteur en devenir.

Ma sœur, serial killeuse est donc un roman insolite, drôle et captivant qui nous prouve que la littérature africaine est aussi riche de talents. Cette comédie à suspense, je vous laisse imaginer la fin assez surprenante, saura ravir ceux qui souhaitent sortir des terrains battus des polars classiques.

L’ouvrage est à la hauteur de sa couverture, magnifique et intrigant, un vrai régal de lecture.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Oyinkan Braithwaite
Le Facebook de Oyinkan Braithwaite


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=