Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Danseuse du crépuscule
Théâtre Le Funambule-Montmartre  (Paris)  mars 2019

Comédie dramatique de Claude Ferri-Pisani, mise en scène de Isabelle Jeanbrau, avec Catherine Artigala, Martine Fontaine, Céline Lo Presti, Clément Olivieri et Grégory Vouland.

 Claude Ferri-Pisani a écrit une fausse-vraie pièce anglaise plus anglaise que bien des vraies pièces anglaises. On y croise une danseuse de flamenco espagnole, Lola (Martine Fontaine) échouée en Angleterre et devant s'occuper de sa belle-mère (Catherine Artigala) qui n'a plus trop sa tête et ne pense qu'à manger, pendant que son mari, marin, écume les mers.

On est dimanche et Lola attend sa fille, Pakita (Céline Lo Presti... qui ne vient pas. Que lui est-il arrivé ? Que se passe-t-il ? Pourquoi n'a-t-elle pas prévenue de son retard ? Pendant ce temps-là, le voisin scout (Grégory Vouland) demande à cirer les chaussures de la maison... alors que Lola doit subir les assauts de son beau-frère (Clément Olivieri), fou amoureux d'elle.

Quand débute "La Danseuse du crépuscule", on peut être surpris par le ton décalé et les premières scènes baignant dans un absurde pince-sans-rire. Faut-il s'amuser des situations embarrassantes dans lesquelles se complait la belle-mère de Lola ou faut-il plaindre la danseuse d'être réduite au rôle de garde-malade ?

Il faudra donc un peu de temps pour saisir qu'on est devant un drame et pas une comédie, même si certaines scènes peuvent susciter de l'hilarité.

"La Danseuse du crépuscule", c'est la vie sans avenir de Lola, au délicieux accent ibérique, condamnée à attendre son mari et la mort de sa belle-mère. Comment pourrait-elle, dans ce climat morose, se rêver encore sur un plateau à taper du pied et à tournoyer dans sa belle tenue d’apparat noire et rouge ?

Si la pièce de Claude Ferri-Pisani, qui n'en est qu'à ses premières représentations, mériterait peut-être quelques aménagements, elle n'est pas, néanmoins, dénué d'intérêt, notamment grâce à l'interprétation inspirée de Martine Fontaine qui compose une Lola fragile et fière, engluée dans l'Angleterre profonde, ainsi que celle de Catherine Artigala totalement à l'aise dans un personnage "borderline".

Peu à peu, on est conquis par un texte qui aboutit à un final émouvant et poétique, qui donne l'occasion à Lola de remettre ses habits de Lola. La mise en scène d'Isabelle Jeanbrau gagne en intensité. Si, dans les premières minutes,on peut ne pas accrocher et rester insensible au "second degré" de la pièce, celle-ci prend pourtant peu à peu son envol.

On pourrait presque oser dire que "La Danseuse du crépuscule" a un côté "Tennessee", que tous les personnages pourraient être pris dans des passions vaines et épuisantes comme souvent chez l'auteur d' "Un Tramway nommé désir", mais aussi se transfigurer, comme ce sera le cas pour Lola, la "danseuse-mère Courage".

0n espère que les spectateurs ne seront pas rebutés par le petit effort nécessaire pour "entrer dans la pièce" et se mettront à l'unisson de son univers un peu déroutant, car, au bout d'un moment, ils trouveront bien agréable la compagnie de Lola et de son petit monde.

Quant à Pakita, il faudra être patient puisque le suspense qui lui colle à la peau (viendra-viendra pas) n'aura sa résolution que très tardivement...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=