Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rosie Davis
Paddy Breathnach   mars 2019

Réalisé par Paddy Breathnach. Irlande. Drame. 1h26 (Sortie le 13 mars 2019).Avec Sarah Greene, Moe Dunford, Ellie O'Hallora, Sarah Green, Moe Dunfor, Ellie O'Halloran, Ruby Dunne, Darragh McKenzie, Molly McCan, Natalia Kostrzewa et Lochlann O'Mearain.

Rosie Davis a quatre enfants, un portable, un mari, une voiture... mais pas de maison. Tous les jours, elle passe son temps à téléphoner aux hôtels pour savoir s'il y a de la place pour une famille de six personnes.

Son mari travaille, ses enfants sont scolarisés... mais ils ont dû quitter la maison qu'ils habitaient et en attendant, hypothétiquement, d'en retrouver une, ils vivent dans l'incertitude quotidienne.

On pourrait croire que "Rosie Davis" de Paddy Breathnach, filmé à Dublin, comme il aurait pu tout aussi bien être tourné à Paris, Londres, Rome ou Berlin, va être un film "social" répétitif et geignard.

On pourrait aussi penser que c'est un "Ken Loach Irlandais", qu'il va s'en prendre à la société entière et montrer le combat d'une mère courage dents et poings serrés.

Eh bien, non ! Dans sa forme, "Rosie Davis" de Paddy Breathnach n'est jamais ennuyeux ni pleurnichard. On suit chaque journée sans en savoir plus que l'héroïne.

C'est une espèce de suspense très angoissant pour le spectateur, tout aussi angoissant que certaines fictions. Car on connaît les personnages, on s'y est attaché et l'on n'a pas envie de les savoir tous les six dans la voiture à mal dormir, à avoir froid et à ne pas pouvoir changer de vêtements.

Dans le film, on espère - ou on veut croire - que la situation des Davis est provisoire parce qu'autour d'eux, tout tient à un fil : l'amie de Rosie qui lui laisse faire des lessives l'acceptera-t-elle éternellement ?

Le frère de John Paul, son mari, commence à s'impatienter alors que son épouse attend un enfant : viendront-ils bientôt reprendre toutes leurs affaires, alors que les futurs parents manquent de place... Les écoles accepteront-elles encore longtemps des enfants qui arrivent toujours en retard, qui commencent à être traités de "cracra" par leurs gentils petits camarades... ?

Rosie et son mari sont au fond du trou, mais font corps ensemble et avec leurs enfants, et s'aiment profondément. Ils n'accusent personne sauf la fatalité, n'en veulent pas à un propriétaire voulant reprendre sa maison comme il en a le droit. Rosie n'est pas loachienne pour un sou.

Elle se rapproche plutôt de Corinne Masiero dans le très beau "Louise Wimmer" de Cyril Mennegun. Elle a aussi quelque chose des héros des frères Dardenne, et ce n'est pas pour rien que Paddy Breathnach la suit parfois caméra à l'épaule, comme les deux Belges filmaient "Rosetta".

Il y a deux ans, on avait soutenu ardemment un film cubain, "Viva", mélo magnifique sur un fils qui se déguisait en femme pour chanter et faisait face au rejet de son père alcoolique et macho.

Les cinéphiles seront surpris de découvrir que le réalisateur de "Viva" est aussi celui de "Rosie Davis", preuve s'il en fallait que Paddy Breathnach est un cinéaste sensible et capable à chaque fois de traiter des sujets forts même s'ils sont très différents.

Après ce constat, on n'aura pas de superlatif pour cette œuvre forte, émouvante et ouverte sur tous les ailleurs possibles malgré la noirceur de la situation décrit

On dira simplement que "Rosie Davis" de Paddy Breathnach est un beau film, un film simple et jamais dans la vaine compassion pour ses personnages. Il les filme usant de leur liberté, dans leur grandeur à refuser tout ce qu'ils considèrent comme des compromissions.

Il s'est doté d'une héroïne sublime de naturel, jamais dans les excès. Elle ne surjoue rien et paraît animer d'une foi indestructible qui force un grand respect. Paddy Breathnach a su amadouer les enfants et en a fait d'excellents comédiens.

Ce film sur le déclassement réel remuera tous les spectateurs puisque la peur d'être à la rue, de vivre sans adresse et sous le couperet d'un bureaucrate de mauvaise humeur, est la peur de la plupart des français moyens.

En cela, voir "Rosie Davis" de Paddy Breathnach ne peut pas leur faire grand mal mais les tenir éveilles devant cette "misère du monde" évoquée jadis par Pierre Bourdieu. Un film fort et nécessaire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=