Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Inred
Just about anything is possible  (French Fries)  mai 2018

Vois-tu lecteur, parfois, il faut savoir aller au-delà de la première impression. Je sais, on dit souvent qu’il n’y a pas de seconde chance de faire une première bonne impression, pourtant il faut savoir parfois être persévérant.

Ce fût le cas pour l’album d’Inred, Just about anything is possible.

A la première écoute, j’ai eu beaucoup de mal avec le chant de Pat Griffith, qui oscille entre le chanter faux (dans une langue qu’il ne maîtriserait pas). C’est assez difficile à décrire, et je me suis demandé si c’était une blague, un peu comme le départ de "My Way" repris par les Sex Pistols ou si c’était tout l’album qui allait être comme ça.

Une partie de moi voulait arrêter l’album, mais le chroniqueur curieux que je suis a pris le dessus et grand bien m’en a pris. Le refrain de cette chanson reprend le dessus, et on sent même de la maîtrise de la part du chanteur.

Pat Griffith a d’abord officié dans 23 Skidoo et Baroque Bordello, puis en 2013 naît Inred, à Paris avec Guillaume Tirard à la basse, Stéphane Meunier à la guitare, le batteur François Accart et la guitariste et claviériste Anne Lisbet Tollanes complètent le groupe.

On est vite rassuré disais-je et le second titre renforce cette sensation. Le groupe propose un univers post-punk, new-wave avec des influences revendiquées : Bowie, Talking Heads. Pourtant, le groupe nous présente un album abouti qu’il a fait vivre d’abord sur scène, essentielle pour les musiciens.

Les titres s’enchaînent, s’énervent, virevoltent jouent avec nous et nos nerfs et avec une volonté de nous transporter dans un survol des plaines et des reliefs du rock’n’roll.

Même si je reconnais que le chant ne me séduit pas toujours (mais c’est une affaire de goût et comme on le sait, tous les goûts sont dans la nature) que je trouve parfois à la limite du "dérangeant", est-ce peut-être une volonté de Pat Griffith et d’Inred ? Je me dis que c’est aussi ça qui fait tout le piquant et l’originalité d’Inred.

Il y a un style propre et c’est tellement bon de sortir des sentiers battus et des normes.

Inred est un groupe à découvrir par soi-même, c’est une évidence et je ne peux que t’inviter à te faire ton propre avis en suivant les liens.

Belle découverte à toi, lecteur !

 

En savoir plus :
Le site officiel de Inred
Le Bandcamp de Inred
Le Facebook de Inred


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=