Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Pays lointain
Théâtre national de l'Odéon  (Paris)  mars 2019

Comédie dramatique de Jean-Luc Lagarce, mise en scène de Clément Hervieu-Léger, avec Aymeline Alix, Louis Berthélemy, Audrey Bonnet, Clémence Boué, Loïc Corbery, Vincent Dissez, François Nambot, Guillaume Ravoire, Daniel San Pedro, Nada Strancar et Stanley Weber.

Avec "Le Pays lointain"; son ultime opus dramatique considérée comme testamentaire, tel le patriarche des temps anciens sentant sa mort venir convoque tous les siens pour un dernier adieu, Jean-Luc Lagarce devient le chroniqueur de sa propre vie pour indique-t-il, "à l’heure de sa mort, pouvoir, juste, régler quelques comptes, revoir quelques erreurs, terminer ce qu’on abandonna, s’excuser de ses mensonges, pardonner ses offenses...".

De format long frisant les quatre heures, et non remanié compte tenu des circonstances de son écriture, il comporte autant de longueurs que de fulgurances et hybride "Juste la fin du monde", tentative ratée d'un transfuge de classe égocentré non pas tant de retrouvailles avec sa famille biologique quittée depuis longtemps que de l'annonce de sa mort prochaine, et "Derniers remords avant l'oubli" sur les laborieuses retrouvailles amicales.

D'un côté, le fantôme du père mort (Stanley Webe), la mère (Nada Strancar), le frère (Guillaume Ravoir), son épouse (Aymeline Alix) et la sœur (Audrey Bonnet). Au centre, l'auteur Loïc Corbery). De l'autre, son ami de longue date (Vincent Dissez) et sa fiancée (Clémence Boué), le fantôme du dernier jeune amant (Louis Berthélem), l'archétype de l'amant de passage (François Nambot) et celui de la rencontre d'une heure (Daniel San Pedro).

Jean-Luc Lagarce élabore une partition mentale à l'instar d'une recherche du temps perdu dans laquelle il rassemble son petit monde, tels les personnages de la bible du romancier, qu'il met en scène mêlant les formes dialogale, monologale et narrative selon toutes les modalités du lyrique au dramatique.

Et elle se constitue d'une multitude de séquences courtes sans linéarité chronologiques qui constituent autant de points de vue sur le protagoniste central et de variations d'événements susceptibles de rendre compte de la vérité de son instigateur, celle d'un homme qui s'est refusé à tout attachement.

Clément Hervieu-Léger la dispense comme une fresque presque légère scandée par des gongs sonores et des noirs dans une scénographie glauque de Aurélie Maestre, un décor gris de désolant noman's land, aire de parking avec cabine téléphonique et voiture désossée devant une palissade de béton délimitant un terrain vague.

Quasiment toujours présents sur scène, tous les comédiens, aguerris, avec une mention spéciale à Vincent Dissez, ou jeunes pousses tel le prometteur Louis Berthélémy, officient en jeu frontal pour (dé)livrer dans la choralité cette "histoire d’un jeune homme qui décide de revenir sur ses traces, revoir sa famille, son monde, à l’heure de mourir".

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=