Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Oyana
Eric Plamondon  (Quidam Editeur)  mars 2019

Québécois installé à Bordeaux, Eric Plamondon propose un roman intime au cœur des remords d’une héroïne déchirée par ses actes passés : Oyana.

Le roman commence sur une certitude, inéluctable : l’ETA n’existe plus. Organisation armée basque d’inspiration marxiste, peuplant les maquis de jeunes passionnés avides d’indépendance et de liberté, l’ETA fit la une sanglante de nombreux JT nationaux. Intimidation, assassinats, extorsions et enlèvements, la liste de leurs crimes est longue. Oyana en est. Fièrement en son temps.

Jeune et amoureuse, on reconnaît aisément l’ado rebelle, la fleur aux dents et les convictions enragées. Jusqu’au tragique. Jusqu’à la mort. Par sa faute. Elle doit fuir. Sans se retourner. C’est la règle pour garder la vie sauve.

Voilà vingt ans qu’elle a fui son pays, sa nation, ses racines. Parce qu’elle est complice d’assassinat. Parce qu’elle perdit le droit de vivre sur son sol en devenant une meurtrière. Vingt ans. Et les premiers mots d’Eric Plamondon ne tergiversent pas : le cœur d’Oyana est resté au Pays Basque alors que sa vie continuait au Québec.

Oyana est un croisement de communiqués de presse, insérés avec une froideur journalistique entre les lettres d’une femme qui ne conçoit plus de vivre dans ce mensonge perpétuel, mensonge à son mari, mensonge à elle-même. Ce sont ses lettres que nous lisons, de leur rencontre à ses souvenirs qui la rongent. Pour ne pas rester dans le doute, pour affronter les regards et sa propre culpabilité.

Le portrait épistolaire d’une femme déracinée, perdue à jamais dans les innombrables conséquences d’une seule décision, d’un seul "oui". Oyana porte en lui matière à réfléchir sur ses choix. Comme les baleines s’échouent inexplicablement sur les plages, Oyana retourne sur ses pas, vingt ans plus tard, avec la certitude que tout est oublié puisque l’ETA est dissout. Vraiment ? Auront-ils oublié alors qu’elle-même ravive la flamme du souvenir ? Mais c’est plus fort qu’elle, il faut qu’elle sache.

Eric Plamondon a écrit là un peu plus qu’une histoire de nationaliste basque, un peu plus qu’une histoire de femme tourmentée, il fait d’Oyana un symbole du militantisme, il fait d’Oyana un hommage aux vies gâchées par les combats des autres. Et ce n’est pas rien, il rend les combats d’ETA un peu moins bestiaux, un peu plus humanisés.

Il n’est pas aisé de garder sa fierté, Oyana a le port de tête d’une reine, ce ne sont pas les remords qui l’habitent, seulement la déception de constater qu’il aurait pu en être autrement. Ce n’est pas la même chose. ETA a livré une guerre, son histoire sera écrite par ses adversaires, Eric Plamondon lui attribue une âme. Fougueuse jusqu’à la dernière ligne.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Taqawan" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel d'Eric Plamondon
Le Facebook d'Eric Plamondon


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 26 mai 2019 : A Voté !

Aujourd'hui, est une journée chargée. Aller voter, préparer le repas de Fête des mères, aller acheter un cadeau à la dernière minute ... heureusement ce soir vous pourrez vous reposer un peu en lisant la nouvelle édition de Froggy's Delight que voici :

Du côté de la musique :

"Fi Dam" de Zalfa
Rencontre avec Kompromat
"Danser les filles" de Bastien Lallemant
"L'infini, l'univers et les mondes" de Astrobal
"Pour Barbara" de Guillaume de Chassy
"Claude Debussy, Prélues livres 1 et 2" de Eloise Bella Kohn
"Outremusique pour enfants 1974-1985" de Chevance (etc.)
et toujours :
Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Olympicorama - Epreuve 1 : Le 400 mères" à la Grande Halle de La Villete
"Odyssée" à La Scala
"Iliade" à La Scala
"Antioche" au Théâtre Paris-Villette
"Yaacobi et Leidental" au Théâtre Le Funambule
"Portrait de Raoul" au Théâtre Ouvert
"Le champ des possibles" au Théâtre de la Reine Blanche
"Clouée au sol" à la Manufacture des Abbesses
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de l'Atelier
"L'incroyable rencontre" ex "Rencontre à Gandolfo" au Théâtre Le Lucernaire
"Ma Chanson de Roland" au Théâtre Les Déchargeurs
"Dans ma chambre" au Théâtre du Petit Saint-Martin
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

"Amanda" de Mikhaël Hers en sortie DVD
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"3 heures, un seul peut survivre" de Roslund
"Alarm! Les Allemands face au débarquement des alliés" de Benoit Rondeau
"Cataractes" de Sonja Delzongle
"Dans son silence" de Alex Michaelides
"Les sept morts d'Evelyn Hardcastle" de Stuart Turton
"Ponti" de Sharlene Teo
et toujours :
"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC
"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=