Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La punition qu'elle mérite
Elizabeth George  (Editions Presses de la Cité)  mars 2019

Un nouvel ouvrage d’Elizabeth George est toujours un évènement en soi, au moins pour les amateurs de polars. Ce n’est pas pour rien que cette dernière est surnommée "La reine Elizabeth". Depuis son premier roman publié en 1988, récompensé en France par le Grand Prix de littérature policière, la romancière n’a jamais été réellement détrônée. Elle a une forte concurrence de la part de nombreux auteurs d’Europe du Nord mais ses titres continuent d’être des best-sellers non seulement aux Etats-Unis mais aussi dans les 35 pays où elle est publiée.

Cette américaine situe ses romans en Angleterre, par passion pour ce pays et sa culture. La relation entre ses principaux personnages, l’inspecteur Thomas Lynley, élégant et brillant et le sergent Barbara Havers, issue d’un milieu populaire, a évolué à travers des intrigues sophistiquées, témoignant d’un savoir-faire exceptionnel. Elizabeth George est l’héritière d’une tradition littéraire proche de celle de Charles Dickens. Elle explore ainsi toutes les strates de la société britannique, des aristocrates aux exclus. Au fil d’histoires prenantes et variées, elle éclaire de façon passionnante l’Angleterre d’aujourd’hui.

Son nouvel opus ne déroge pas à cette règle. L’histoire se déroule dans la bourgade bucolique du Shorpshire, tombé dans l’effroi lorsque le très apprécié diacre Ian Druitt est accusé de pédophilie. Placé en garde à vue, le suspect est retrouvé mort, pendu. La commissaire Isabelle Ardery, qui a été dépêchée sur les lieux depuis Londres et qui se débat avec ses problèmes d’alcool, a bien envie de classer l’affaire en suicide. Mais c’est compter sans la sagacité du sergent Barbara Havers. Coachée à distance par l’inspecteur Thomas Lynley, la londonienne gaffeuse et accro à la nicotine flaire le pot aux roses. Et s’il ne s’agissait pas d’un suicide ?

N’en déplaise à Isabelle Ardery, Linley et Havers vont reformer leur duo de choc pour observer de plus près la vie de cette petite ville qui semblait si paisible. Car, derrière leurs allures de gentils retraités ou d’étudiants fêtards, les habitants de Ludlow ont tous quelque chose à cacher…

De nouveau, Elizabeth George ne nous déçoit pas avec son nouvel ouvrage. Elle mêle intrigue et enquête passionnante avec ce grain de cocasserie qu’on lui connaît depuis bien longtemps maintenant. Celle-ci repose évidemment sur les relations entre les personnages tourmentés qu’elle met en scène et sur leurs dialogues surtout. L’intrigue, elle, est toujours aussi bien construite, malgré quelques longueurs qui auraient pu être évitées.

L’enquête va d’abord se porter autour du diacre qui s’est suicidé après avoir été accusé de pédophilie, puis auprès de ceux qui le fréquentaient. Assez vite l’enquête va s’orienter autour de jeunes étudiants, mais aussi autour de celui qui a retrouvé le diacre mort puis aussi autour de policiers municipaux. Chacun, de façons différentes, a des choses à cacher, des petits secrets qui, une fois réunis, vont faire progresser cette enquête.

Efficace, addictif et souvent drôle, l’ouvrage d’Elizabeth Georges reprend donc les codes du polar qu’elle maîtrise à merveille pour prolonger le plaisir de lecture que le lecteur prend quand il a entre les mains un livre de celle qu’on surnomme "Queen Elizabeth", surnom amplement mérité.

Elizabeth George sera présente à Paris le 28 mars avant de partir vers Lyon pour être présente à Quai du polar du 29 au 31 mars.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Elizabeth George
Le Facebook de Elizabeth George


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=