Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Styx
Wolfgang Fischer  mars 2019

Réalisé par Wolfgang Fischer. Allemagne/Autriche. Drame. 1h34 (Sortie le 27 mars 2019). Avec Susanne Wolff, Gedion Oduor Wekesa, Alexander Beyer, Inga Birkenfeld et Anika Menger.

En vibrant aux aventures tragiques de Rike dans "Styx" de Wolfgang Fischer, on sera une fois de plus convaincu que le cinéma est l'art le mieux placé pour parler du présent, de l'actuel.

En l'occurrence, pour aborder la question récurrente des migrants traversant les mers dans des conditions effroyables. Rike, urgentiste allemande, la quarantaine naissante, aime les voyages en solitaire à bord de son voilier, l'"Asa Gray". Elle a prévu de partir de Gibraltar, pour atteindre en pleine Atlantique, une île proche de Sainte-Hélène. Mais les choses ne se passent pas comme prévu...

A la suite d'une tempête, elle se retrouve tout près d'un cargo à la dérive rempli de plusieurs centaines de migrants. Dès lors, Rike est prise entre deux feux : soit répondre aux "help" insistants des désespérés, soit assurer sa sécurité et celle de son voilier qui ne pourra pas accueillir tous les malheureux sans couler à son tour.

En s'approchant, elle suscite d'ailleurs un faux espoir : quelques migrants tentent de rejoindre l'"Asa Gray" et périssent avant de l'atteindre, à l'exception d'un jeune garçon.

Le film est alors une espèce de huis clos en pleine mer, un suspense très fort et très éprouvant. Pour sauver le jeune garçon, Rike doit d'abord le hisser sur son embarcation, le réchauffer, lui prodiguer les premiers soins... Ces opérations vont l'occuper un bon moment et l'on va partager un à un tous les efforts qu'elle doit consentir pour parvenir à le sauver.

Un troisième protagoniste va constamment intervenir pour "raisonner" Rike : la radio. Elle a prévenu les autorités espagnoles ou anglaises, et celles-ci s'empressent de lui demander de... ne rien faire. Ce sera aussi le cas d'un cargo qui se rapprochait d'elle et qui appartient à une compagnie qui "ne prend pas de migrants à la dérive".

Dans la longue liste des films qui traitent du même sujet, "Styx" de Wolfgang Fischer tranche nettement parce qu'il a trouvé le biais pour que le spectateur se sente concerné.

Devant le courage et la détermination de l'urgentiste allemande, chacun, même le plus rétif à l'accueil des migrants, comprendra ses dilemmes, appréciera son esprit d'à-propos et reconnaîtra que face au réel il n'y a plus d'absolu et qu'il faut simplement agir. Le couple qu'elle forme avec le petit rescapé est aussi très fort et pas gnangnan.

Sans doute le petit ado africain, qu'elle a soigné et qui était quelques minutes avant aux portes de la mort, est sur pied bien vite pour lui porter la contradiction, mais on pardonnera bien vite au scénariste cette petite incohérence.

Car "Styx" de Wolfgang Fischer est une leçon d'humanité. Certes, la période où Madame Angela Merkel a bien voulu accueillir pléthore de migrants a été courte et elle est aujourd'hui révolue. Il en reste forcément quelque chose et ce film, dont le titre évoque le final très cru, en porte les traces.

On pourra aussi s'amuser de la scène, où Rike, devant se faire obéir du jeune garçon qui a tenté de ramener l'"Asa Gray" à la portée du cargo en détresse, se met soudain à l'engueuler en allemand alors qu'elle lui parlait jusque-là doucement en anglais.

Reste que "Styx" de Wolfgang Fischer est à la fois un film qui parle au cœur et qui donne à voir du spectacle. Que demander de plus, sinon répéter le vœu pieux selon lequel plus un seul de ces hommes et de ces femmes qui embarquent sur des rafiots de fortune ne doit périr en mer. On en est loin.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=