Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Stuck in the Sound
Interview  (Hérouville-Saint-Clair)  vendredi 22 mars 2019

Stuck in the Sound était en concert le 22 mars dernier au B.B.C. à Hérouville-Saint-Clair (14) pour leur première date en France. Un concert énergique et efficace avec une setlist retraçant plus de 10 ans de carrière.

Froggy’s Delight a rencontré Emmanuel (guitare) et François (batterie) dans leur loge avant leur entrée sur scène.

Vous revenez de quelques dates aux Etats-Unis. Quelles sont vos impressions ?

On est effectivement rentré récemment des Etats-Unis. C’était un vrai bonheur. Cela faisait longtemps qu’on voulait faire des dates là-bas. En fait, on n’est pas mal écouté aux Etats-Unis et en Amérique du Sud mais on n’avait jamais eu l’occasion d’y aller. On a notamment joué au festival SXSW à Austin et dans un club à New York. L’accueil du public a été excellent avec même des Mexicains ou des Brésiliens qui étaient come des fous à vouloir faire des selfies.

Est-ce que lorsque vous jouez ainsi à l’étranger, les spectateurs savent que vous êtes français ?

Non. Il est clair qu’ils se doutent qu’on n’est pas américain mais notre origine précise, ils n’en ont aucune idée. En revanche, tu avais pas mal de spectateurs qui connaissaient les paroles et ça, on ne s’en rendait vraiment pas compte avant. Tu as des chiffres du nombre de vues sur YouTube mais là, ça devient du concret.

Vous faites quasiment autant de dates en France qu’à l’étranger. Pourquoi ?

C’est vrai. On fait aussi des dates en Allemagne. En réalité, on s’est intéressé aux statistiques de streaming car c’est ce qui représente dorénavant le nombre d’écoutes des gens. Or, la France arrive en 5ème position après les Etats-Unis ou le Mexique. Il nous est donc apparu évident qu’il y avait un public à l’étranger. Nos partenaires français étaient un peu frileux à s’orienter dans cette voie. Ce n’était pas dans leurs habitudes. Depuis un an, on a un nouveau manager et on tente cette ouverture. Il y a quand même un gros potentiel.

Vous êtes actuellement en tournée pour présenter votre dernier album Billy Believe. Quand et comment s’est fait l’enregistrement de cet album ?

Il s’agit d’un album pop mais plus rock. On ne voulait pas faire la même méthode de travail que le précédent avec beaucoup de boulot sur ordinateurs, sur les arrangements et quasiment pas de répétitions ensemble. Là, on a joué les morceaux ensemble dans une vraie interaction.

On a mis plus de deux ans à faire l’album. On a fait toutes les musiques ensemble et le travail sur les textes est également resté collectif. La voix est arrivée en même temps que la composition.

Sur nos influences, on aime le rock des 90’s mais on écoute tous des choses différentes qui n’influencent pas nécessairement nos compositions. Cet album est plus solaire donc ça peut faire penser éventuellement à du rock californien. Mais, notre ADN c’est d’abord STUCK avec un son STUCK. C’est ça qui rejaillit à chaque fois malgré ce qu’on peut écouter à côté.

Vos textes sont toujours en anglais. Cela ne vous intéresse pas de tenter en français ?

On a failli en faire un titre avec une voix féminine qui chantait en Français en featuring. Une chanson uniquement en Français, ça ne marche pas pour nous. On n’aime encore moins les groupes qui naviguent entre plusieurs langues sur la même chanson.

Est-ce que vos albums sont composés dans la perspective du live ?

Pas vraiment même si sur ce dernier album, la retranscription en live est une évidence. Ce qui n’était pas du tout le cas de l’album précédent où nous avions retravaillé des trucs, changer les structures des dizaines de fois. En plus, on n’a pas mal d’albums donc l’embarras du choix pour faire la setlist donc non, tu ne penses pas nécessairement au live à ce moment-là.

Un mot sur vos clips ? Vous semblez y apporter une attention toute particulière.

C’est le clip de "Let’s go" qui nous a fait connaître à l’étranger. Ce n’était même pas un single en principe et il l’est devenu par la force des choses. On a vraiment pris conscience de l’impact que ce clip avait pu avoir. Oui, le clip est un outil indispensable.

Vous étiez en résidence au BBC à Hérouville-Saint-Clair (14). Satisfait de l’accueil Normand ?

On a effectivement été en résidence pendant 3 jours au B.B.C. On a pu préparer la tournée surtout pour se caler avec l’équipe technique. La salle sonne très bien. On a vraiment eu un excellent accueil avec une équipe adorable.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Shoegazing Kids de Stuck in the Sound
Stuck in the Sound parmi une sélection de singles (septembre 2011)
La chronique de l'album Pursuit de Stuck in the Sound
La chronique de l'album Billy Believe de Stuck in the Sound
Stuck in the Sound en concert au Café de la Plage (1er février 2005)
Stuck in the Sound en concert à La Maroquinerie (15 décembre 2005)
Stuck in the Sound en concert à Fête de la Musique 2007 (21 juin 2007)
Stuck in the Sound en concert au Bataclan (mai 2009)
Stuck in the Sound en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Stuck in the Sound en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
Stuck in the Sound en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
Stuck in the Sound en concert à Main Square Festival 2012 - Vendredi
Stuck in the Sound en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi
Stuck in the Sound en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi - 2ème
Stuck in the Sound en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du dimanche
Stuck in the Sound en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Marseille
Stuck in the Sound en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre

En savoir plus :
Le site officiel de Stuck in the Sound
Le Soundcloud de Stuck in the Sound
Le Facebook de Stuck in the Sound

Crédits photos : David Dreux


David Drx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=