Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Roméo et Juliette
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  mars 2019

Tragédie d'après l'oeuvre éponyme de William Shakespeare, mise en scène de Marion Montel, avec Xavier Berlioz, Jean-Baptiste des Boscs, Claire Faurot, Manon Montel, Léo Paget et Thomas Willaime.

Il est difficile de résumer l'histoire des célèbres amants de Vérone en une heure et quinze minutes. C'est pourtant le pari qu'a tenté (et réussi) Manon Montel avec ce "Roméo et Juliette" centré sur l'amour des deux jeunes gens.

Cette version dense et fiévreuse, contée à deux voix comme en confidence par le Frère Laurent et la nourrice doit donc filer bon train pour relater en si peu de temps toutes les péripéties du classique de Shakespeare.

Il faut tout d'abord saluer l'audace de la mise en scène très esthétique (sans être "esthétisante") de Manon Montel. Comme un tableau pointilliste, celle-ci mêle avec réussite la danse (sublime chorégraphie de Claire Faurot), la musique (du très inspiré Samuel Séné) jouée sur scène avec violoncelle, guitare et accordéon. De même que de belles parties chantées choralement.

Manon Montel a fait des choix opportuns et démontre une vraie connaissance et un respect de l'oeuvre. La mise en scène est également intelligente avec des scènes croisées ou le choix de représenter le père de Juliette a trois voix.

Si on y rajoute l'élégance des costumes de Madeleine Lhopitallier, le spectacle est d'une très belle facture. Les combats remarquablement dirigés par Léo Paget et exécutés avec précision par des comédiens pugnaces et bouillonnants prennent également part à la réussite de l'ensemble.

L'adaptation moderne de Manon Montel conserve l'essence de la pièce à travers les scènes marquantes impeccablement restituées. Seul petit bémol de cette traduction : à vouloir trop rendre vivantes les scènes secondaires, celles-ci en perdent parfois leur musicalité et leur lyrisme, rendant l'assemblage bancal et ballotant un peu le navire.

Qu'importe, avec à sa tête deux comédiens aussi investis que passionnés, l'équipage retrouve vite sa vitesse de croisière toujours plus rapide. Manon Montel donne toute sa fougue dans le rôle de Juliette avec une endurance de marathonienne.

Quant à Thomas Willaime, il est un parfait Roméo, saisissant de puissance et de passion. Tous deux sont impressionnants et forment un très beau couple.

Complétée par une distribution rétrécie où tous prennent leur part de ce beau travail. Xavier Berlioz est d'une touchante sobriété dans la rôle du Frère Laurent, Jean-Baptiste des Boscs est un redoutable Tybalt, Claire Faurot joue une émouvante nourrice et Léo Paget compose un Mercutio ironique et mordant.

Eclairé judicieusement par Arnaud Barré, ce "Roméo et Juliette" de la Compagnie Chouchenko, vif et flamboyant, emporte par son enthousiasme et sa beauté.

Une magnifique proposition, déclaration d'amour à la pièce de Shakespeare, qui marque par sa pertinence, ses images magnifiques et son rythme trépidant.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec
la captation
de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquilité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=