Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je suis Fassinder
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  avril 2019

Spectacle conçu par Falk Richter, mise en scène de Stanislas Nordey et Falk Richter, avec Judith Henry, Dea Liane, Stanislas Nordey, Laurent Sauvage et Vincent Timmerman.

"Je suis Fassbinder" constitue le premier spectacle de création programmé par Stanislas Nordey lors de sa prise de fonction de directeur du Théâtre National de Strasbourg en 2014.

Signé par son compagnon de route théâtrale, le dramaturge allemand Falk Richter qu'il a inscrit au rang des artistes associés dudit théâtre, il résulte d'une réflexion collective menée sous obédience fassbindérienne par un auteur, un comédien et metteur en scène (Stanislas Nordey) et de quatre acteurs (Laurent Sauvage et Judith Henry, tous deux également artistes associés, Thomas Gonzalez et Eloise Mignon dont les partitions sont reprises par Vincent Timmermann et Dea Liane) sur l'Europe, la situation contemporaine en Allemagne et en France et la mission du théâtre, et de l'artiste, celle de "regarder le monde".

En effet, l'entreprise vise à porter "un regard sur le monde" à l'instar de la pratique du cinéaste et auteur dramatique allemand Rainer Werner Fassbinder, chantre marxiste de l'agit-prop des années 70 prématurément disparu en 1982, considéré comme un chroniqueur radical de l'Allemagne.

Son titre s'inspire du slogan d'adhésion "Je suis Charlie" qui a émergé suite à l'attentat contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo venu pendant sa gestation, et dont l'antienne "Je suis" est reprise dans une suite anaphorique sur les exactions commises par la Vieille Europe proférée par Judith Henry, procédé réitéré de manière chrorale avec les "J'ai peur" qui stigmatise les peurs ataviques comme source de tous les dérives et "Pourquoi ?" qui les recensent.

Se déroulant dans un décor de loft vintage conçu par Katrin Hoffmann faisant office tant de salle de répétition et de cabaret que de plateau de tournage, et selon les fondamentaux des deux metteurs en scène quant au théâtre du réel, l'hybridation du politique et du poétique et la frontalité, le spectacle se compose d'un montage de monologues dans lesquelles excellent la sensibilité de Judith Henry et le souffle de Laurent Sauvage, de suites anaphoriques ("J'ai peur", "Pourquoi ?"), de mise en abîme sur le travail en collectif, d'extraits de films de Fassbinder et de scènes de films de Fassbinder "revisitées" laissées à la sagacité des cinéphiles.

Bien qu'il soit chaotique, ainsi est-il qualifié par Stanislas Nordey d'"objet ouvert, qui pense, joyeusement, et qui se déploie dans un heureux délire", il s'en dégage troix axes.

D'une part, il dresse le panorama des sujets sociétaux qui agitent les tribunes du début de 3ème millénaire tels le terrorisme, la montée du nationalisme, l'individualisme, l'identité nationale, la violence faite aux femmes, l’homophobie, la xénophobie et la crise migratoire.

D'autre part, il rappelle l'analyse du monde de Rainer Werner Fassbinder à travers le prisme marxiste du rapport d'exploitation économique dans le régime capitalisme libéral auquel correspond dans le domaine relationnel celui de nature fasciste, de pouvoir et de domination dont seule la transgression peut permettre de se libérer.

Enfin, il comporte un manifeste sur la mission de l'artiste, et de l'acteur entendu comme un créateur, qui ne doit pas se contenter de jouer "Les Trois soeurs" ou les pièces de Yasmina Reza, mais porter un regard sur le monde qui nourrit l'éloquente diatribe conclusive délivrée par Stanislas Nordey.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=