Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ce que cela coûte
Wilfred Charles Heinz  (Editions Monsieur Toussaint Louverture)  février 2019

"Ecrire c’est construire un mur de pierre sans mortier, on place les mots un par un, on les ajuste, on les enlève, et on les ajuste à nouveau, jusqu’à ce qu’ils soient imbriqués et stables"

Ces mots prononcés W.C. Heinz, l’auteur de Ce que cela coûte résonnent de toute leur splendeur à la lecture de ce superbe ouvrage datant de 1958 que les éditions Monsieur Toussaint Louverture ont eu la superbe idée d’éditer.

Le livre, l’objet, est juste sublime, dans une édition hyper soignée, dans la continuité du travail produit par ses éditeurs qui aiment nous proposer à chaque livre de superbes objets. Les coins sont arrondis, la couverture est sérigraphiée sur du papier contenant des fibres de cuir, les coutures sont en fil coloré et le papier intérieur est de qualité supérieur. Tiré à 5000 exemplaires en édition limitée et numérotée, il est donc un objet précieux que je suis ravi de posséder.

Evidemment, un objet sans contenu brillant n’aurait su très peu d’intérêt et ici le livre, son contenu, est à la hauteur de son contenant. Simple, épuré et magnifique. C’est tout simplement un petit bijou de la littérature américaine, dans ce qu’elle a de plus beau.

L’auteur, chroniqueur, correspondant de guerre, journaliste sportif et romancier, véritable boxeur des lettres, a jeté les bases de ce qu’allait devenir le nouveau Journalisme de Tom Wolfe.

Le livre est centré autour du boxeur Eddy Brown. Tout de mesure et de détermination, lentement, on le voit se préparer pour son prochain combat de boxe, le combat de sa vie, celui qui pourrait lui permettre de devenir champion du monde des poids moyen. Après neuf ans sur le ring, son heure a donc sonné, après avoir cumulé plus de 80 victoires pour trois défaites, il va enfin combattre pour le titre. Ses luttes, son travail quotidien et ses sacrifices vont bientôt trouver leur sens lors d’un unique match.

En attendant, ce fils de maçon doit se preparer. Et telle une caméra, Franck Hugues, journaliste esthète, suit l’athlète les derniers jours avant ce combat. Entraînements, repas, conversations, Franck capture toutes les difficultés, les joies et les doutes d’un homme au moment décisif de sa vie mais aussi l’intense relation qui le lie à son manager, Doc Caroll, à la fois coach, père et démiurge, qui a attendu toute sa carrière le boxeur qu’il pourra façonner et mener au sommet.

Vous l’avez donc compris, c’est un donc un superbe portrait intime d’un boxeur à l’entraînement que nous offre W.C Heinz, un superbe livre sur la boxe, que l’on a coutume d’appeler le noble art. Ce que cela coûte est un ouvrage qui évoque la passion de ce sport, les nécessaires efforts que doivent faire les boxeurs pour arriver à entrevoir la lumière et l’abnégation qui est le fil conducteur de l’entraînement d’un champion.

C’est aussi un formidable témoignage sur les relations humaines qui se tissent entre un champion et son entraîneur qui voguent vers la même ambition. Il est un formidable témoignage sur le monde de la boxe dans les années 50, bien loin de celui que l’on connaît actuellement qui repose sur des sommes d’argent astronomiques, dépendant des retransmissions télé. Il est surtout une formidable œuvre littéraire, superbement écrit, passionnant du début à la fin que l’on aime ou pas la boxe.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=