Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets
Grand Palais  (Paris)  Du 20 mars au 1er juillet 2019

Organisée par la Réunion des musées nationaux-Grand Palais et le Musée national d’art moderne-Centre Pompidou sous le commissariat de Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur audit musée, l'exposition "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" se déploie de manière pluridisciplinaire pour dresser un panorama de l'art en Russie soviétique durant les décennies 1917-1953 de la Révolution d'Octobre à la mort de Staline.

Elle se décline en un parcours chrono-thématique appuyé de quatre centaines de de pièces, pour la plupart inédites, de la maquette à la peinture monumentale en passant par des documents d'archives graphiques et cinématographiques.

Des avant-gardes modernes au dogme du réalisme socialiste

Inscrite dans le registre de l'interférence entre le politique et l'artistique, la monstration revêt un triple intérêt. En effet, et en premier lieu, elle propose au visiteur de réviser son Histoire de l'Art soviétique qui constitue un avatar de l'art officiel érigé en instrument de propagande au profit du pouvoir étatique.

Ensuite, elle révèle l'instrumentalisation des artistes dans un parcours chronologique rendant compte de la stratégie du pouvoir autoritaire qui va devenir une dictature avec l'arrivée de Staline. Enfin, elle permet d'apprécier les oeuvres placées sous le dogme du réalisme socialiste qui, et ce, de manière paradoxale, constitue un retour à l'académisme figuratif.

En 1920 commence la décennie utopique avec l'avant-garde des artistes pré-révolutionnaires engagés dans le cubo-futurisme, le suprématisme et le constructivisme, qui soutient l'art officiel de la Révolution russe, dont, les plus connus, Kazimir Malévitch, Vladimir Maïakovski, Alexandre Rodtchenko,Lazar Lissitzky et Vladimir Tatline.

Ils prônent la rupture avec l'art dominant qualifié de bourgeois, et notamment les genres picturaux, la démocratisation de l'art, la fusion de l'art et de la vie et, selon la redéfinition marxiste, la dimension sociale et utilitaire de l'art qui ne doit plus être destiné aux demeures des élites et à la momification dans les musées mais envahir la rue et les lieux prolétaires.

A ces fins et en quête de formes nouvelles, ils oeuvrent dans le domaine des arts plastiques, graphiques et visuels avec des images souvent associées à un slogan. Adhérant au projet communiste, ils portent et véhiculent auprès des masses populaires des idées et des messages clairs et simples célébrant l'édification d'une société idéale en créant une véritable signalétique communiste.

A cet égard, une place importante est réservée à l'architecture dans le cadre de la commande sociale en conformité avec l'utopie de la ville idéale et le principe du collectivisme, de l'habitat au club ouvrier.

Puis, parallèlement, avec la construction de bâtiments et d'infrastructures, puis, et de manière paradoxale, de projets pharaoniques de modernisation et d'élaboration avec des bâtiments ostentatoirement monumentaux de style classique destinés au rayonnement international du socialisme.

Ensuite l'art "de gauche" est disqualifié, accusé de subjectivisme, de formalisme bourgeois voire de "rêverie philosophique", ne correspondant pas à l'âme simple des masses laborieuses et ses adeptes relégués, au mieux, dans la dissidence.

Et en 1932 est proclamé le dogme du réalisme socialiste, toutefois non défini ce qui laisse toute latitude à la censure, qui se traduit, là encore paradoxalement, par un retour à la figuration quasi académique qui tend à l'imagerie populaire simpliste et ressort à l'art de la propagande.

Ainsi il se manifeste par la figuration héroïque, celle de l'homme nouveau, homme du peuple, paysan, ouvrier ou militaire, et héros anonyme, qui évoluera vers la mythification du "petit père des peuples" et le culte de la personnalité, et la peinture d'histoire mettant en scène l’histoire contemporaine soviétique.

S'appuyant sur des artistes post-révolutionnaires tels Alexandre Gerassimof, Alexandre Deïneka, Youri Pimenov, Alexandre Samokhvalov, Alexeï Pakhomov et le peintre officiel Sergei Gerasimov, au demeurant absent de cette exposition, qui représentent un monde idéalisé, celui des lendemains qui chantent, avec des scènes de genre lénifiantes alors que sévit la "terreur rouge".

Les lendemains ne chanteront pas avec en 1936 le début de la "terreur rouge" et ses purges de masse.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Grand Palais

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de al RMN-Grand Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux

On n'a jamais été aussi proche de Noël !! une raison comme une autre pour se faire plaisir et faire plaisir aux autres en (s')offrant quelques belles choses à découvrir dans notre sélection culturelle de la semaine. Des disques, des livres, des jeux, des expos, des films, des spectacles... à découvrir ci-dessous.

Du côté de la musique :

"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer
et toujours:
"Ravel : Miroirs, la valse" et "Stravinsky : Petrushka, The firebird" de Beatrice Rana
"Les mauvais tempéraments" de Christophe Panzani
Rencontre avec Lau Ngama, autour d'une session acoustique de 3 titres
Listen In Bed consacre sa 5ème émission au fabuleux groupe Broadcast
Rencontre avec Ultra Vomit
"Pulsions" de Duo Ypsilon
"The deepest space of now" de Enik
"Malsamaj" de Geysir
"Poussière" de Grèn Sémé
"Love and chaos" de Igor and the Hippie Land
"Dark shade" de Match

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Des territoires (...et tout sera pardonné ?)" au Théâtre de la Bastille
"Trois femmes (L'Echappée)" au Théâtre Le Lucernaire
"Le paradoxe amoureux" au Théâtre Le Lucernaire
"Evita - Le destin fou d'Eva Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"War Horse" à la Seine Musicale
dans le cadre du Focus au Théâtre Ouvert :
"La plus précieuse des marchandises"
"Une Pierre"
des reprises :
"L"Atlas de l'Anthropocène" à la Maison des Métallos
"Vestiges - Fureur" au Lavoir Moderne Parisien
"Britney's Dream" au Théâtre La Flèche
"Roméo et Julierre" à la Scène parisienne
"Ma grammaire fait du vélo" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Le bonheur est à l'intérieur de l'extérieur" à la Manufacture des Abbesses
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais

Cinéma avec :

Oldies but Goodies avec "Institut Benjamenta" de Timothy et Stephen Quay
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro
et toujours :
"Cauchemar" de Paul Cleave
"La grande aventure de l'égyptologie" de Robert Solé
"La ligne de sang" de DOA & Stéphane Douay
"Matière noire" de Ivan Zinberg
"Que les ombres passent aux aveux" de Cédric Lalaury

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=