Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets
Grand Palais  (Paris)  Du 20 mars au 1er juillet 2019

Organisée par la Réunion des musées nationaux-Grand Palais et le Musée national d’art moderne-Centre Pompidou sous le commissariat de Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur audit musée, l'exposition "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" se déploie de manière pluridisciplinaire pour dresser un panorama de l'art en Russie soviétique durant les décennies 1917-1953 de la Révolution d'Octobre à la mort de Staline.

Elle se décline en un parcours chrono-thématique appuyé de quatre centaines de de pièces, pour la plupart inédites, de la maquette à la peinture monumentale en passant par des documents d'archives graphiques et cinématographiques.

Des avant-gardes modernes au dogme du réalisme socialiste

Inscrite dans le registre de l'interférence entre le politique et l'artistique, la monstration revêt un triple intérêt. En effet, et en premier lieu, elle propose au visiteur de réviser son Histoire de l'Art soviétique qui constitue un avatar de l'art officiel érigé en instrument de propagande au profit du pouvoir étatique.

Ensuite, elle révèle l'instrumentalisation des artistes dans un parcours chronologique rendant compte de la stratégie du pouvoir autoritaire qui va devenir une dictature avec l'arrivée de Staline. Enfin, elle permet d'apprécier les oeuvres placées sous le dogme du réalisme socialiste qui, et ce, de manière paradoxale, constitue un retour à l'académisme figuratif.

En 1920 commence la décennie utopique avec l'avant-garde des artistes pré-révolutionnaires engagés dans le cubo-futurisme, le suprématisme et le constructivisme, qui soutient l'art officiel de la Révolution russe, dont, les plus connus, Kazimir Malévitch, Vladimir Maïakovski, Alexandre Rodtchenko,Lazar Lissitzky et Vladimir Tatline.

Ils prônent la rupture avec l'art dominant qualifié de bourgeois, et notamment les genres picturaux, la démocratisation de l'art, la fusion de l'art et de la vie et, selon la redéfinition marxiste, la dimension sociale et utilitaire de l'art qui ne doit plus être destiné aux demeures des élites et à la momification dans les musées mais envahir la rue et les lieux prolétaires.

A ces fins et en quête de formes nouvelles, ils oeuvrent dans le domaine des arts plastiques, graphiques et visuels avec des images souvent associées à un slogan. Adhérant au projet communiste, ils portent et véhiculent auprès des masses populaires des idées et des messages clairs et simples célébrant l'édification d'une société idéale en créant une véritable signalétique communiste.

A cet égard, une place importante est réservée à l'architecture dans le cadre de la commande sociale en conformité avec l'utopie de la ville idéale et le principe du collectivisme, de l'habitat au club ouvrier.

Puis, parallèlement, avec la construction de bâtiments et d'infrastructures, puis, et de manière paradoxale, de projets pharaoniques de modernisation et d'élaboration avec des bâtiments ostentatoirement monumentaux de style classique destinés au rayonnement international du socialisme.

Ensuite l'art "de gauche" est disqualifié, accusé de subjectivisme, de formalisme bourgeois voire de "rêverie philosophique", ne correspondant pas à l'âme simple des masses laborieuses et ses adeptes relégués, au mieux, dans la dissidence.

Et en 1932 est proclamé le dogme du réalisme socialiste, toutefois non défini ce qui laisse toute latitude à la censure, qui se traduit, là encore paradoxalement, par un retour à la figuration quasi académique qui tend à l'imagerie populaire simpliste et ressort à l'art de la propagande.

Ainsi il se manifeste par la figuration héroïque, celle de l'homme nouveau, homme du peuple, paysan, ouvrier ou militaire, et héros anonyme, qui évoluera vers la mythification du "petit père des peuples" et le culte de la personnalité, et la peinture d'histoire mettant en scène l’histoire contemporaine soviétique.

S'appuyant sur des artistes post-révolutionnaires tels Alexandre Gerassimof, Alexandre Deïneka, Youri Pimenov, Alexandre Samokhvalov, Alexeï Pakhomov et le peintre officiel Sergei Gerasimov, au demeurant absent de cette exposition, qui représentent un monde idéalisé, celui des lendemains qui chantent, avec des scènes de genre lénifiantes alors que sévit la "terreur rouge".

Les lendemains ne chanteront pas avec en 1936 le début de la "terreur rouge" et ses purges de masse.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Grand Palais

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de al RMN-Grand Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=