Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce JR
Grande Halle de La Villette  (Paris)  avril 2019

Comédie dramatique conçue par le Collectif FC Bergman d'après le roman éponyme de William Gaddis, mise en scène de Stef Aerts, Joé Agemans, Kes Bakker, Gene Bervoets, Jan Bijvoet Michael De Cock, Rashif El Kaoui, Frank Focketyn, Ella-June Henrard, Bart Hollanders, Imke Mol, Junior Mthombeni, Anne-Laure Vandeputte, Stijn Van Opstal, Geert Van Rampelberg, Oscar Van Rompay, Thomas Verstraeten et Marie Vinck.

Le Plat pays chanté par Jacques Brel ne cesse de produire des artistes inspirés tel le Collectif FC Bergman fondé en 2008 par un quatuor d'acteurs/créateurs/artistes, Stef Aerts, Joé Agemans, Thomas Verstraeten et Marie Vinck, qui s'est démarqué et imposé par des propositions aussi inattendues que singulières et atypiques.

Avec "JR", il propose l'adaptation, avec la collaboration de Bart Van den Eynde et Willem Wallyn, de l'édifiant roman éponyme de l’américain William Gaddis retraçant sous forme de fresque satirique et sur fond de crise morale et de rapacité familiale du type soap-opera à la manière des séries télévisées "Dallas" et "Dynastie", l'irrésistible ascension d'un pré-adolescent qui, du haut de ses onze ans et de sa précocité de requin financier, calqués sur ceux de l'homme d'affaires Warren Buffett devenu l'un des trois plus grandes fortunes du monde, va déstabiliser le système boursier mondial.

Cet opus paru en 1975 et devenu culte, dont le personnage-titre symbolise le capitalisme libéral traite du monde de la finance et de celui de l'entreprise et, surtout, avatar zolacien contemporain, de l'Argent, Dieu du 20ème siècle adulé sous le nom de "financiarisation" corollaire du capitalisme libéral avec pour figure le personnage-titre.

Cette nouvelle puissance "satanique" anime naturellement les hommes d'affaires (Gene Bervoets, Geert Van Rampelber hilarant en chasseur féru de documentaire de protection animale) et leurs sbires (Michael De Cock), déchirent les grandes familles, telle celle des Moncrieff (Marie Vinck sensible) et notamment au moment de la répartition de l'actif successoral, chez les Blast avec Stella (Ella-June Henrard voluptueuse figure de femme fatale) et Edward le compositeur (Oscar Van Rompay excellent en ahuri lunaire) tout en contaminant également les artistes, en l'espèce, inaccomplis tels ce dernier et les écrivains (Jan Bijvoet illuminé).

Pour assurer la transposition théâtrale d'une oeuvre littéraire ne respectant pas la règle des trois unités et se déroulant dans une myriade de lieux avec une multitude de personnages qui s'accommode difficilement d'un plateau de plain-pied, le collectif anversois a opté pour un dispositif cinématographique, celui du studio de cinéma qu'il déploie sur quatre niveaux horizontalement empilés composés de nombreux espaces scéniques à géométrie variable, ce qui, de surcroît, convient parfaitement au roman construit comme un plan-séquence.

Ainsi, inspirée du split-screen, cette tour carrée, dont chaque face évoque un écran de mosaique TV, permet la simultanéité de scènes dont la seule sonorisée vue in situ par un quart des spectateurs est relayée en vidéo pour l'ensemble du public installé en quadrifrontal ce qui concourt à la percutance du procédé qui pourraient déqualifier en "petits joueurs" certains metteurs en scène tels Julien Gosselin ("Joueurs"- "Mao II"-"Les Noms") ou Simon Stone ("La Trilogie de la vengeance).

Présenté comme "un spectacle hors les murs, sur un champ de mines de vies et de relations humaines avec des incidents pour décorer, "JR" relève un pari insensé.

A roman-fleuve dépassant le millier de pages, correspond un spectacle-marathon de plus de trois heures qui époustoufle par la maîtrise de la logistique qu'implique ce dispositif scénographique hors norme dont la monumentalité impressionne, l'efficacité des deux cameramen et la mise en scène menée par les quatre mousquetaires du collectif pour assurer l'enchaînement quasi instantané de toutes les scènes afférentes à des intrigues imbriquées et diriger en synergie une vingtaine de figurants et quinze comédiens.

Des comédiens qui, tout en gérant la tension et la pression de déplacements permanents, s'avèrent excellents au jeu dans ce Barnum placé sous le signe d'un irrésistible burlesque et portent à l'excellence cette production flamande aussi ambitieuse que pharaonique et réussie.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=