Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Paris qui dort
René Clair  février 1925

Réalisé par René Clair. France. Comédie. 1h15 (Sortie février 1925). Avec Albert Préjean, Marcel Vallee, Madeleine Rodrigue, Louis Pré Fils, Charles Martinellini, Myla Seller, Antoine Stacquet et Henri Rollan.

Les années 1920 sont des années de vitesse. On met, entre la guerre et soi, le plus de distance possible. On roule dans des voitures rapides, on traverse la terre, la mer, le ciel. On réduit l’espace et le temps, et la décennie fait entendre une musique particulière, celle du jazz et de la mécanique.

Dans ce tourbillon des fêtes et du monde à reconstruire, la ville est à la fois ce qui enchante et ce qui dévore. Les êtres se laissent aspirer par les séductions de capitales frénétiques, où le trafic incessant des machines et des êtres devient une danse folle.

Le cinéma participe de cette folie, en expérimentant ses montages rapides, en mettant en évidence des mondes conquis par cet esprit des "roaring twenties". Les symphonies des grandes villes font voir cette respiration urbaine si singulière, ce passage continu, à la fois excitant et angoissant, et que restitue à merveille la musique de Jeff Mills, invité spécial de cette ouverture de cycle.

Mais le cinéma est aussi ce qui a le pouvoir de tout arrêter, d’un coup, sans prévenir. De faire disparaître la circulation encombrée, de faire ralentir les passants trop pressés, d’imposer le silence à la modernité chaotique qui finit par épuiser les nerfs.

Dans "Paris qui dort" de René Clair, en ce petit matin bien parisien, notre héros (Henri Rollan), sort de son lit et regarde la ville depuis son balcon. Le plus beau balcon de la capitale, soit dit en passant, puisqu’Albert travaille tout en haut de la Tour Eiffel. Mais il se sent aussi bien seul, puisque son remplaçant ne daigne pas arriver. Une fois descendu, il découvre avec stupeur que toute la ville est comme endormie. Seules cinq autre personnes, arrivées en avion au petit matin, ont échappé à cette malédiction tout droit sortie d’un conte.

Que ferions-nous, si Paris nous appartenait ? Les six compères deviennent les maîtres d’un monde qui est à présent leur terrain de jeux. Une joie anarchiste, plus que rafraîchissante, habite cet univers de survivants. Tous les objets peuvent être possédés, tous les désirs peuvent être immédiatement réalisés, il n’est rien qui ne soit interdit. Bijoux, fourrures, tableaux… les Robinson Crusoé de la Tour Eiffel se construisent une tanière de luxe, en attendant un signe de vie extérieur.

L’esprit Dada est bien là, qui voit les valeurs traditionnelles s’inverser : la Joconde est trimballée dans la voiture comme une vulgaire croûte, on jette des perles dans le ciel, les billets deviennent des avions de papier. Place du Trocadéron, on bronze en maillot de bain. Au fond, dans un monde abandonné, la seule chose qui ait encore de la valeur, c’est le jeu, et l’oubli qu’il offre.

Jeux de cartes, jeux de séduction, jeu du chat et de la souris, le jeu est multiple… Sauf que dans un monde arrêté, le jeu finit par tourner à vide. Reste Paris, lui aussi paradoxalement bien petit, à présent qu’il est endormi. Du haut de la Tour Eiffel, la capitale a des allures de maquette, immuable et paisible ; inquiétante aussi, quand les personnages s’installent tout près du vide, y courent, s’y battent.

Cette Tour Eiffel, à la fois familière et énorme, est filmée souvent en contreplongée. Les descentes et les ascensions constituent de magnifiques moments de cinéma, où la caméra parvient à trouver sa place dans un espace étroit et encombré pour filmer la beauté de ces lignes droites et sévères, de ces escaliers en colimaçon cachés dans la structure.

Le symbole du monde moderne se détache sur le ciel, déployant poutrelles et filins comme une gigantesque toile d’araignée. Mais les personnages savent y trouver leur place avec une grâce toute fantaisiste. Perchoir, nid d’amour, planche de salut, la Tour Eiffel est la maison perpétuellement ouverte sur l’espace, où l’on se tient entre le ciel et la terre. Albert dodeline sur une barre de fer, d’autres trépignent comme des oiseaux en cage, la robe de la femme se tend sur son corps comme des ailes de la dentelle la plus fine. Tour refuge et prison.

Mais le film ne se laisse jamais happer trop longtemps par la tristesse, et, après ce temps qui s’écoule indéfiniment revient le temps de la course. La ville rattrape son retard, et après avoir été fixée par le cinéma, voit son rythme soudain accéléré à toute allure. Les personnages aussi n’auront de cesse de courir, l’un après l’autre (le détective et le voleur), après leur passé (le bourgeois et sa maîtresse), après ce qu’ils n’ont pas (la femme repart faire le tour du monde).

Et pourtant, en haut de la Tour Eiffel, il reste un petit coin de ciel où le temps n’existe plus. C’est celui où les amoureux pourront toujours se retrouver.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=