Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Paris qui dort
René Clair  février 1925

Réalisé par René Clair. France. Comédie. 1h15 (Sortie février 1925). Avec Albert Préjean, Marcel Vallee, Madeleine Rodrigue, Louis Pré Fils, Charles Martinellini, Myla Seller, Antoine Stacquet et Henri Rollan.

Les années 1920 sont des années de vitesse. On met, entre la guerre et soi, le plus de distance possible. On roule dans des voitures rapides, on traverse la terre, la mer, le ciel. On réduit l’espace et le temps, et la décennie fait entendre une musique particulière, celle du jazz et de la mécanique.

Dans ce tourbillon des fêtes et du monde à reconstruire, la ville est à la fois ce qui enchante et ce qui dévore. Les êtres se laissent aspirer par les séductions de capitales frénétiques, où le trafic incessant des machines et des êtres devient une danse folle.

Le cinéma participe de cette folie, en expérimentant ses montages rapides, en mettant en évidence des mondes conquis par cet esprit des "roaring twenties". Les symphonies des grandes villes font voir cette respiration urbaine si singulière, ce passage continu, à la fois excitant et angoissant, et que restitue à merveille la musique de Jeff Mills, invité spécial de cette ouverture de cycle.

Mais le cinéma est aussi ce qui a le pouvoir de tout arrêter, d’un coup, sans prévenir. De faire disparaître la circulation encombrée, de faire ralentir les passants trop pressés, d’imposer le silence à la modernité chaotique qui finit par épuiser les nerfs.

Dans "Paris qui dort" de René Clair, en ce petit matin bien parisien, notre héros (Henri Rollan), sort de son lit et regarde la ville depuis son balcon. Le plus beau balcon de la capitale, soit dit en passant, puisqu’Albert travaille tout en haut de la Tour Eiffel. Mais il se sent aussi bien seul, puisque son remplaçant ne daigne pas arriver. Une fois descendu, il découvre avec stupeur que toute la ville est comme endormie. Seules cinq autre personnes, arrivées en avion au petit matin, ont échappé à cette malédiction tout droit sortie d’un conte.

Que ferions-nous, si Paris nous appartenait ? Les six compères deviennent les maîtres d’un monde qui est à présent leur terrain de jeux. Une joie anarchiste, plus que rafraîchissante, habite cet univers de survivants. Tous les objets peuvent être possédés, tous les désirs peuvent être immédiatement réalisés, il n’est rien qui ne soit interdit. Bijoux, fourrures, tableaux… les Robinson Crusoé de la Tour Eiffel se construisent une tanière de luxe, en attendant un signe de vie extérieur.

L’esprit Dada est bien là, qui voit les valeurs traditionnelles s’inverser : la Joconde est trimballée dans la voiture comme une vulgaire croûte, on jette des perles dans le ciel, les billets deviennent des avions de papier. Place du Trocadéron, on bronze en maillot de bain. Au fond, dans un monde abandonné, la seule chose qui ait encore de la valeur, c’est le jeu, et l’oubli qu’il offre.

Jeux de cartes, jeux de séduction, jeu du chat et de la souris, le jeu est multiple… Sauf que dans un monde arrêté, le jeu finit par tourner à vide. Reste Paris, lui aussi paradoxalement bien petit, à présent qu’il est endormi. Du haut de la Tour Eiffel, la capitale a des allures de maquette, immuable et paisible ; inquiétante aussi, quand les personnages s’installent tout près du vide, y courent, s’y battent.

Cette Tour Eiffel, à la fois familière et énorme, est filmée souvent en contreplongée. Les descentes et les ascensions constituent de magnifiques moments de cinéma, où la caméra parvient à trouver sa place dans un espace étroit et encombré pour filmer la beauté de ces lignes droites et sévères, de ces escaliers en colimaçon cachés dans la structure.

Le symbole du monde moderne se détache sur le ciel, déployant poutrelles et filins comme une gigantesque toile d’araignée. Mais les personnages savent y trouver leur place avec une grâce toute fantaisiste. Perchoir, nid d’amour, planche de salut, la Tour Eiffel est la maison perpétuellement ouverte sur l’espace, où l’on se tient entre le ciel et la terre. Albert dodeline sur une barre de fer, d’autres trépignent comme des oiseaux en cage, la robe de la femme se tend sur son corps comme des ailes de la dentelle la plus fine. Tour refuge et prison.

Mais le film ne se laisse jamais happer trop longtemps par la tristesse, et, après ce temps qui s’écoule indéfiniment revient le temps de la course. La ville rattrape son retard, et après avoir été fixée par le cinéma, voit son rythme soudain accéléré à toute allure. Les personnages aussi n’auront de cesse de courir, l’un après l’autre (le détective et le voleur), après leur passé (le bourgeois et sa maîtresse), après ce qu’ils n’ont pas (la femme repart faire le tour du monde).

Et pourtant, en haut de la Tour Eiffel, il reste un petit coin de ciel où le temps n’existe plus. C’est celui où les amoureux pourront toujours se retrouver.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 Avril 2019 : 365 jours par an

Ce week end c'était le Disquaire Day, l'occasion de rappeler que vos disquaires, comme vos libraires ont une santé fragile et qu'il est important de les soutenir tout au long de l'année. Alors allez acheter vos disques et vos livres dans vos commerces de proximités, leurs bons conseils valent mieux que les frais de port offerts.

Du côté de la musique :

"A thousand voices" de Yules
"Dernier voyage" de Accident
"Avancer" de Tarsius
"Partitions" de Orouni
"Sola" de Dziedot Dzimu, Dziedot Augu
Laurent Montagne en interview, autour de "Souviens-toi" à retrouver pour une session acoustique de 4 titres
"Homme demain" de Monsieur et tout un Orchestre
Rencontre avec Le Bal des Enragés
"Free" de In Volt
"Macadam animal" de Guillo
"Replica" de Cassia
et toujours :
"Soleil, soleil bleu" de Baptiste W. Hamon
"Whoosh !" de The Stroppies
"Vonal Axis" de Steeple Remove
"Moderniste" de Les Vents Français
"Requiem" de AqME
"Hand it over" de Hat Fitz & Cara
"François Couperin : Concerts royaux" de Christophe Rousset & Les Talens Lyriques
"Journey around the truth" de Andy Emler & David Liebman
A l'occasion du concert de Novatom et des Sheriff à Montbrison nous les avons rencontré :Interview de Novatom,Interview des Sheriff
"Ce qui nous lie" de Mes Souliers sont rouges

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"JR" à la Grande Halle de La Villette
"Je suis Fassbinder" au Théâtre du Rond-Point
"Dieu habite Dusseldorf" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Amour en toutes lettres" au Théâtre de Belleville
"Cinq ans d'âge" au Théâtre Essaion
"Tchekhov à la folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Célébration" au Théâtre de Belleville
"Lewis Furey - Haunted by Brahms" au Théâtre du Rond-Point
"Close"
"Into the little hill" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
des reprises:
"Matka" au Théâtre-Laboratoire Elizabeth Czerzuk
"La petite fille de Monsieur Lihn" au Théâtre de l'Epée de Bois
"L'Autre fille" au Studio Hébertot
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre Tristan Bernard
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Trianon
"Gainsbourg For ever" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en avril

Expositions avec :

"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Seule à mon mariage" de Marta Bergman
Oldies but goodies avec"Paris qui dort" de René Clair dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
et la chronique des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Vindicta" de Cédric Sire
"Mujurushi, le signe des rêves, Vol. 1 & 2" de Naoki Urasawa
"La guerre des autres, rumeurs sur Beyrouth" de Bernard Boulad, Paul Boan, Gael Henry
"Je ne sais rien d'elle" de Philippe Mezescaze
"En lieu sûr" de Ryan Gattis
"Deux femmes" de Song Aram
"3 minutes " de Anders Roslund & Borge Hellstrom
"1793" de Niklas Natt Och Dag
et toujours :
"Barracoon" / "Article 36" de Zora Neale Hurston / Henri Vernet
"C'est aujourd'hui que je vous aime" de François Morel & Pascal Rabaté
"Ce que cela coûte" de Wilfred Charles Heinz
"L'enquête Hongroise, le tour du monde 1" / "Vous êtes de la famille ?" de Bernard Guetta / François Guillaume Lorrain
"La cartographie des Indes boréales" de Olivier Truc
"La guerre des scientifiques" de Jean Charles Foucrier
"Mémoire brisée" de E.O. Chirovici
"Parasite" de Sylvain Forge

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=