Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je ne sais rien d'elle
Philippe Mezescaze  (Marest Editeur)  mars 2019

A l’occasion de l’adaptation d’un précédent roman au cinéma, Philippe Mezescaze est invité à assister au tournage à La Rochelle. Cette expérience, profondément bouleversante, l’amène à croiser les acteurs qui interprètent sa mère, sa grand-mère et lui-même. Entre jeux de miroirs et métamorphose de sa propre enfance, les souvenirs resurgissent au gré des scènes et des rencontres avec son jeune alter égo, Noah, enfant perspicace et sensible. Cet épisode a amené le romancier à écrire une dernière confession sur Irène, sa mère encore enveloppée d’un indicible mystère.

Philippe Mezescase était pour moi un total inconnu. Jamais entendu parler de ce romancier, jamais lu le moindre de ses ouvrages. Voilà une erreur réparée avec la réception de ce petit bijou de livre d’un peu plus de 150 pages que j’ai lu d’une traite et qui m’a beaucoup touché.

L’auteur nous raconte dans ce court roman son histoire, sa vie, écrite après la mort de sa mère, suite au tournage auquel il a assisté. Il alterne avec une grande élégance des moments du tournage et les souvenirs auxquels ils renvoient. On va alors suivre son enfance, autour de sa mère, dont il nous dit : "Je ne sais rien d’elle". Il nous raconte une mère désœuvrée, fragilisée par l’alcool qu’elle consommait plus que de raison. Il nous raconte aussi ses séjours chez sa grand-mère, la mère de celui qui lui a donné son nom en le reconnaissant sans pour autant être son père biologique. Son véritable père reste aussi une énigme pour Philippe Mezescaze. Il ne sait pas grand-chose de lui, mis à part sa confession juive et ses activités parisiennes.

Au travers d’un double jeu de miroir qui touche le lecteur et l’auteur, Philippe Mezescaze nous livre un texte profond et émouvant, plein de délicatesse et dune grande sensibilité, dans lequel il déroule son enfance avec la pudeur des yeux d’un enfant et en même temps son regard d’adulte. Son ouvrage est particulièrement touchant, particulièrement les passages où il se retrouve confronté à son alter ego dans le film, le jeune Noah.

Ses déambulations sur les lieux du tournage mais aussi dans la ville de La Rochelle sont aussi particulièrement émouvantes puisqu’elles le confrontent et le ramènent souvent à des souvenirs d’enfance autour de sa mère et de sa grand-mère. De multiples sentiments se dégagent alors sous la plume magnifique de l’auteur, mêlant la tristesse, l’amour, la joie, la rancœur et même parfois la haine.

Je ne sais rien d’elle retrace donc à la fois la construction d’une identité et l’épopée d’un tournage. Ce récit autobiographique, inspirée par l’enfance de l’auteur est pour le lecteur un témoignage émouvant et troublant. Il est enfin aussi un superbe hommage aux femmes de sa vie, sa mère et sa grand-mère qui, au final, ont joué un rôle particulièrement important dans ce qu’il est devenu.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Philippe Mezescaze


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=