Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 1793
Niklas Natt Och Dag  (Sonatine Editions)  avril 2019

C’est un puissant vent historique venu du Nord qui souffle sur la dernière publication des éditions Sonatine en ce doux mois d’avril. A la barre, un nouvel auteur dans son catalogue avec un certain Niklas Natt Och Dag, un jeune auteur suédois dont l’histoire familiale est intimement liée à l’histoire de Suède. Il est issu de la famille suédoise noble la plus ancienne qui est survécue. Ses ancêtres furent responsables du meurtre du rebelle Engelbrekt en 1436. Ils dirigèrent l’armée qui céda la ville de Stockholm aux danois en 1520. Sa famille fut contrainte à l’exil après avoir demandé l’abdication de Charles XIV en 1820.

1793, son thriller historique est un véritable phénomène d’édition, déjà vendu à plus de 250 000 exemplaires, élu meilleur premier roman suédois de l’année en 2017 et traduit dans 30 pays. Il vient d’arriver en France et on devrait entendre beaucoup parler de lui.

Inutile de vous préciser l’année pendant laquelle se déroule l’ouvrage, le titre parlant de lui-même. A cette époque, le vent de la révolution française souffle sur les monarchies du Nord. Un an après la mort du roi Gustav III de Suède, la tension est palpable dans tout le pays. Le pays se retrouve en pleine effervescence, entre rumeurs de conspirations et paranoïa.

C’est dans cette atmosphère irrespirable que Michael Cardell, un vétéran de la guerre russo-suédoise, découvre dans un lac de Stockholm le corps mutilé d’un inconnu. L’enquête est confiée à Cecil Winge, un homme de loi tuberculeux. Ils vont affronter tous les deux le mal et la corruption qui règnent à tous les échelons de la société suédoise, pour mettre à jour une sombre et terrible réalité.

Niklas Natt Och Dag nous plonge avec son ouvrage dans le Stockholm du 18ème siècle. Il prend soin dès l’ouverture du livre de nous proposer une carte de cette ville en 1751 avant de nous balader dans les différents quartier de la ville qui portent des noms bien suédois compliqués à mémoriser. Sa superbe écriture, car il faut bien admettre que cet auteur possède des dispositions littéraires de qualité (et au passage saluer le travail de traduction de Rémi Cassaigne) nous permet d’appréhender parfaitement le contexte historique et sociale de l’époque, dans une Suède marquée par la pauvreté, la misère et la violence, dont le crime en est le parfait symbole.

L’auteur a pris soin aussi de travailler à partir de réalités historiques pour contextualiser son ouvrage tout en y apportant évidemment des éléments fictionnels. Après avoir vu la France prendre la voie de la révolution, le Roi Gustav III a passé les dernières années de son règne en pleine paranoïa, cherchant à se rapprocher de la bourgeoisie tout en développant un réseau d’espions pour être informé des intentions du peuple. Il ne se méfia pas de la noblesse et de sa propre cour qui seront les responsables de son assassinat en 1792. A la même période, la Suède est en conflit avec la Russie dans une guerre stérile qui plombe les comptes de l’Etat. Le peuple est mécontent, les caisses de l’Etat sont vides, la pauvreté s’installe dans Stockholm qui voit ses populations cherchaient du réconfort dans les tavernes qui fleurissent dans tous les quartiers.

Les deux personnages principaux du livre, ceux qui vont réaliser l’enquête concernant la cadavre retrouvé dans le lac envasé symbolisent ce contexte historique et cette ville de Stockholm vagabonde. Jean-Michel Cardell est un membre de la garde séparée, vétéran de la guerre russo-suédoise ayant perdu un bras qui passe son temps ivre mort dans les tavernes. Cecil Winge est un homme des lumières, un juriste réputé qui travaille pour la police, souffrant de la tuberculose. Sa toux sanguinolente empire de jour en jour, ce qui ne l’empêche de chercher à identifier ce cadavre tout en voulant comprendre la cause des amputations. Leur duo fonctionne à merveille, il est à mes yeux le grand responsable de la qualité du livre.

D’autres personnages jouent un rôle important dans l’histoire, notamment un homme qui est partie prenante avec les tortures subies par la victime et une jeune femme marquée par une vie éprouvante, que l’on découvre au départ sans trop savoir son lien avec l’histoire pour ensuite comprendre petit à petit, au fil de la lecture, sa place dans l’histoire.

1793 est un superbe récit historique et en même temps, un excellent thriller. Sa lecture s’avère captivante, appuyée par une superbe écriture et une construction originale autour de quatre parties qui se répondent et s’imbriquent, faites de récits et de flashback, formant un brillant puzzle que le lecteur prend plaisir à reformer sous la houlette de l’auteur.

1793 marque donc l’avènement d’un grand auteur, Niklas Natt Och Dag qui fait souffler un véritable ouragan sur le polar historique en ce début de printemps. Son livre nous fait voyager dans le temps et dans l’espace avec une grande habilité. Il ferait à mon avis un très bon film si un cinéaste avait la bonne idée de l’adapter sur nos écrans.

 

 


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=