Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 1793
Niklas Natt Och Dag  (Sonatine Editions)  avril 2019

C’est un puissant vent historique venu du Nord qui souffle sur la dernière publication des éditions Sonatine en ce doux mois d’avril. A la barre, un nouvel auteur dans son catalogue avec un certain Niklas Natt Och Dag, un jeune auteur suédois dont l’histoire familiale est intimement liée à l’histoire de Suède. Il est issu de la famille suédoise noble la plus ancienne qui est survécue. Ses ancêtres furent responsables du meurtre du rebelle Engelbrekt en 1436. Ils dirigèrent l’armée qui céda la ville de Stockholm aux danois en 1520. Sa famille fut contrainte à l’exil après avoir demandé l’abdication de Charles XIV en 1820.

1793, son thriller historique est un véritable phénomène d’édition, déjà vendu à plus de 250 000 exemplaires, élu meilleur premier roman suédois de l’année en 2017 et traduit dans 30 pays. Il vient d’arriver en France et on devrait entendre beaucoup parler de lui.

Inutile de vous préciser l’année pendant laquelle se déroule l’ouvrage, le titre parlant de lui-même. A cette époque, le vent de la révolution française souffle sur les monarchies du Nord. Un an après la mort du roi Gustav III de Suède, la tension est palpable dans tout le pays. Le pays se retrouve en pleine effervescence, entre rumeurs de conspirations et paranoïa.

C’est dans cette atmosphère irrespirable que Michael Cardell, un vétéran de la guerre russo-suédoise, découvre dans un lac de Stockholm le corps mutilé d’un inconnu. L’enquête est confiée à Cecil Winge, un homme de loi tuberculeux. Ils vont affronter tous les deux le mal et la corruption qui règnent à tous les échelons de la société suédoise, pour mettre à jour une sombre et terrible réalité.

Niklas Natt Och Dag nous plonge avec son ouvrage dans le Stockholm du 18ème siècle. Il prend soin dès l’ouverture du livre de nous proposer une carte de cette ville en 1751 avant de nous balader dans les différents quartier de la ville qui portent des noms bien suédois compliqués à mémoriser. Sa superbe écriture, car il faut bien admettre que cet auteur possède des dispositions littéraires de qualité (et au passage saluer le travail de traduction de Rémi Cassaigne) nous permet d’appréhender parfaitement le contexte historique et sociale de l’époque, dans une Suède marquée par la pauvreté, la misère et la violence, dont le crime en est le parfait symbole.

L’auteur a pris soin aussi de travailler à partir de réalités historiques pour contextualiser son ouvrage tout en y apportant évidemment des éléments fictionnels. Après avoir vu la France prendre la voie de la révolution, le Roi Gustav III a passé les dernières années de son règne en pleine paranoïa, cherchant à se rapprocher de la bourgeoisie tout en développant un réseau d’espions pour être informé des intentions du peuple. Il ne se méfia pas de la noblesse et de sa propre cour qui seront les responsables de son assassinat en 1792. A la même période, la Suède est en conflit avec la Russie dans une guerre stérile qui plombe les comptes de l’Etat. Le peuple est mécontent, les caisses de l’Etat sont vides, la pauvreté s’installe dans Stockholm qui voit ses populations cherchaient du réconfort dans les tavernes qui fleurissent dans tous les quartiers.

Les deux personnages principaux du livre, ceux qui vont réaliser l’enquête concernant la cadavre retrouvé dans le lac envasé symbolisent ce contexte historique et cette ville de Stockholm vagabonde. Jean-Michel Cardell est un membre de la garde séparée, vétéran de la guerre russo-suédoise ayant perdu un bras qui passe son temps ivre mort dans les tavernes. Cecil Winge est un homme des lumières, un juriste réputé qui travaille pour la police, souffrant de la tuberculose. Sa toux sanguinolente empire de jour en jour, ce qui ne l’empêche de chercher à identifier ce cadavre tout en voulant comprendre la cause des amputations. Leur duo fonctionne à merveille, il est à mes yeux le grand responsable de la qualité du livre.

D’autres personnages jouent un rôle important dans l’histoire, notamment un homme qui est partie prenante avec les tortures subies par la victime et une jeune femme marquée par une vie éprouvante, que l’on découvre au départ sans trop savoir son lien avec l’histoire pour ensuite comprendre petit à petit, au fil de la lecture, sa place dans l’histoire.

1793 est un superbe récit historique et en même temps, un excellent thriller. Sa lecture s’avère captivante, appuyée par une superbe écriture et une construction originale autour de quatre parties qui se répondent et s’imbriquent, faites de récits et de flashback, formant un brillant puzzle que le lecteur prend plaisir à reformer sous la houlette de l’auteur.

1793 marque donc l’avènement d’un grand auteur, Niklas Natt Och Dag qui fait souffler un véritable ouragan sur le polar historique en ce début de printemps. Son livre nous fait voyager dans le temps et dans l’espace avec une grande habilité. Il ferait à mon avis un très bon film si un cinéaste avait la bonne idée de l’adapter sur nos écrans.

 

 


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=