Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lewis Furey - Haunted by Brahms
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  avril 2019

Concert piano-voix de Lewis Furey, autour des lieder de Johannes Brahms.

Un piano noir. Un coin de la scène occupé par un écran qui liste la trentaine de lieder de Johannes Brahms traduits par Lewis Furey et qui vont constituer la majorité de son spectacle "Haunted by Brahms".

Dispositif simple et efficace pour un homme "hanté par Brahms", qui est là pour faire plaisir à son public et accessoirement à lui-même.

Car Lewis Furey est heureux d'avoir pu adapter les chansons du compositeur autrichien, d'en avoir tiré des épures pops et d'exercer sur leurs variations sa voix si caractéristique, l'une des plus belles parmi les rock star.

Ceux qui ont de la mémoire, n'auront pas oublié le jeune romantique à cheveux longs qui fit de Carole Laure une grande vedette de la chanson. Ils seront surpris de découvrir que le petit bonhomme chauve à lunettes serré dans son jogging noir à capuche qui va d'emblée les enchanter avec "Just a feeling" est son prolongement naturel.

Plus de trente ans séparent ces deux personnages qui ne font qu'un et, pourtant, le Furey d'aujourd'hui n'a rien perdu de sa technique de chant. Au contraire, chaque note émise et chaque mot énoncé abolissent le temps : Furey est intemporel.

Il magnifie Brahms et explique comment ce génie a nourri la pop anglaise. Il le prouve en interprétant "Your song" d'Elton John et "The fool on the hill" de Lennon-Mc Cartney.

Pour sa part, sa tâche n'en est qu'à ses débuts, puisqu'il y a plus de deux-cents lieder à traduire et interpréter. Il s'y colle sans faillir et l'on imagine que son récital va s'amplifier dans les années à venir et dépasser les 70 minutes actuelles.

Car on ne pourrait faire qu'un unique reproche à ce spectacle de grande qualité : il est trop court. Il mériterait d'être encore étoffé. Le Canadien anglophone qui a su mener au succès sa compagne francophone est sur le bon chemin, celui qui conduit à réussir quelque chose d'inattendu, de colossal.

L'éphèbe transformé en vieux sage malicieux au français délicieusement languissant sait désormais qu'il ira jusqu'au bout de son entreprise et qu'il donnera, de temps à autre, de ses nouvelles chantées à son public déjà conquis. On attend déjà avec impatience "Haunted by Brahms 2"

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=