Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Close
  (Paris)  avril 2019

Spectacle immersif sur des scénarios de Clément Marchand, Alexis Pivot, Ariane Raynaud et Roman Carrère, mise en scène d'Ariane Reynaud, avec Anaïs Pinay, Emma Scherer, Eva Freitas, Anthony Fernandes, Alexis Pivot, Nathanaël Bez, Rosy Pollastro, Guillaume Tagnati, Karim Dinah-Camara, Clara Brajtman, Diane Renier, Roman Carrère, Bérangère Pivot, Clement Bourdeleau, Ariane Raynaud et Pamina de Hauteclocque.

Proposé dans un lieu "secret", qui n'est pas une scène théâtrale classique, "Close" constitue une création originale dans le registre du spectacle immersif.

Entre théâtre et jeu de rôles, "Close" est une formule originale fondé sur une certaine interactivité entre le public et les comédiens. Des fins alternatives sont possibles et font l'objet d'une discussion entre certains spectateurs qui choisissent celle qui leur convient.

"Close" se déroule au "Phénix", une ancienne maison close devenue cabaret. Les pensionnaires, libérées de leurs entraves et de leur "protecteur", prétendent ne pas poursuivre leur précédente industrie. Elles se donnent enfin par amour et ont transformé le "Phénix" en lieu d'accueil pour les réprouvés de tout acabit, notamment les homosexuels et les antimilitaristes déserteurs. Car l'action se passe pendant la Guerre de 1914-1918.

Les spectateurs sont censés assistés au mariage de Blanche Follet et Vadim Le Lapon. Il ne faut pas en dire plus : c'est de la bouche des personnages eux-mêmes qu'on en saura davantage, par bribes, en interrogeant chacun là où il vit.

Car l'originalité du théâtre immersif est de ne pas se dérouler en un lieu unique. S'il y a une pièce centrale qui fait office de cabaret, et où l'on aura le droit à quelques chansons grivoises (mais de bon ton) entrecoupées de "Marseillaise" enfiévrées, il faudra déambuler dans une dizaine de pièces pour se fabriquer son histoire et construire sa propre vérité sur les uns et les autres.

C'est là qu'il faut souligner le beau travail, le travail d'orfèvre opéré par par la scénographe Doriane Fréreau : chacun des endroits où l'on sera confronté à un acteur en particulier est reconstitué avec beaucoup de soin et force détails. On n'est pas dans une brocante des années 1910.

A l'instar des costumes très raffinés, tous dessinés sans fautes de goût par Juliette de Romémont, tous les coins et recoins de cet immense plateau sont surprenants et accueillants. On y trouvera même de quoi boire dans un "Paradis" où quelques films coquins, qu'on devait voir dans les maisons closes du temps, déploient en boucles des corps gentiment dénudés.

On soulignera aussi la qualité de la distribution : si l'on participe activement à l'expérience, en posant des questions aux acteurs, on constatera qu'ils ont un vrai sens de la répartie. Gare aux ricaneurs, ils seront vite repris er remis dans les bons rails... Peut-être, faudrait-il accepter un peu moins de convives par mariage pour que l'on puisse profiter un peu plus aisément du dispositif. Mais c'est sans doute là la rançon du succès.

On pourra aussi discuter de la profondeur de l'intrigue, signaler quelques anachronismes ("La vie en rose" créée par Piaf en 1945... chantée dans ce cabaret de la première guerre), mais l'on ne pourra nier qu'on passe une belle soirée sous son masque, un masque qui n'a rien à voir avec le masque à gaz des poilus. Et si l'on essuiera quelques alertes aériennes, on saura aussi s'amuser des gaillardises chantées et se passionner aux aventures des uns et des autres.

Si les puristes du théâtre n'y trouveront peut-être pas leur compte, ce genre nouveau, qui en est encore à ses prémisses, devrait croître et embellir, surtout s'il suit les traces sophistiquées de "Close".

Un Bravo unanime à toute la troupe qui, sous la houlette de Ariane Raynaud, s'implique totalement dans cette expérience réussie : Anaïs Pinay, Emma Scherer, Eva Freitas, Anthony Fernandes, Alexis Pivot, Nathanaël Bez, Rosy Pollastro, Guillaume Tagnati, Karim Dinah-Camara, Clara Brajtman, Diane Renier, Roman Carrère, Bérangère Pivot, Clement Bourdeleau, Ariane Raynaud et Pamina de Hauteclocque.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=