Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ciné en Bref - Le Vent de la liberté - Boy erased - Blanche comme Neige - Dumbo
  (mars-avril 2019) 

LE VENT DE LA LIBERTE
Réalisé par Michael Bully Herbig. Allemagne. Thriller historique. 2h16 (Sortie le 10 avril 2019). Avec Friedrich Mücke, Karoline Schuch, David Kross, Alicia von Rittberg, Thomas Kretschmann, Jonas Holdenrieder, Tilman Döbler et Ronald Kukulies.

Stressant, "Le Vent de la liberté" de Michael Bully Herbig.

La production allemande n’est pas aussi conséquente qu’en France ou aux Etats-Unis. Peu de distributeurs internationaux s’y risquent. Pourtant on se souvient de l’excellent "La vague" ou du sublime "Phoenix". Les films outre Rhin portant fréquemment en eux un message historique et politique qui manque parfois au cinéma de leurs voisins.

Pour ne pas déroger à ce constat, le réalisateur Michael Bully Herbig se retourne sur le passé douloureux de son pays et narre à la manière d’un thriller les tentatives de fuir la RDA et sa police politique, de deux familles qui ne caressent d’autre rêve que celui d’élever leurs enfants dans un pays de liberté.

Une narration servie par un montage d’une efficacité redoutable. Le spectateur vit cette aventure à chaque instant, vibre et frémit d’un bout â l’autre de la pellicule.

Le personnage central incarné par le charismatique Friedrich Mücke, syncrétise à lui-seul le courage et les prises de risques qu’il fallût aux quelques 38000 Est-Allemands pour s’extirper du joug communiste.

A une époque où notre confort matériel nous fait perdre de vue des valeurs essentielles, le souffle frais et puissant de cette œuvre nous transporte vers l’essentiel. Un must à la portée philosophique incontestable.

 

BOY ERASED
Réalisé par Joel Edgerton. Etats Unis. Drame. 1h55 (Sortie le 27 mars 2019). Avec Lucas Hedges, Nicole Kidman, Joel Edgerton, Russell Crowe, Flea, Joe Alwyn, Xavier Dolan et Troye Sivan.

Poignant, "Boy erased" de Joel Edgerton.

700 000, c’est l’estimation du nombre de citoyens américains LGBT ayant subi le même traitement que le personnage du film.

Car il s’agit bien d’un traitement, d’un lavage de cerveau teinté d’illumination protestante et de psychologie déviante que lui et les stagiaires qui partagent son sort, subiront.

Découvrir son homosexualité et l’assumer, est déjà une épreuve par rapport à soi-même, bien avant que d’affronter le monde, familial, scolaire, professionnel.

"Boy erased" parle sans ambages ni faux-semblants, de la perversion encore tenace consistant à faire de l’homosexualité un pêché et une maladie. Si je suis farouchement opposé à toute forme d’injonction sociale qui obligerait à faire son coming-out parce que tout un chacun est libre de partager son intimité ou de ne pas le faire pour les raisons évoquées plus haut, il faut condamner plus fermement encore, au plan moral et au plan juridique, toute tentative d’effacement de votre nature profonde.

Joel Edgerton réalise un bijou sensible, magnifique de vérité, donnant lui-même la réplique à un jeune acteur, Lucas Hedges, tout en contenance, dont on n’a pas fini de voir la frimousse à Hollywood.

 

BLANCHE COMME NEIGE
Réalisé par Anne Fontaine. France. Comédie. 1h52 (Sortie le 10 avril 2019). Avec Lou de Laâge, Isabelle Huppert, Charles Berling, Damien Bonnard, Jonathan Cohen, Richard Fréchette, Vincent Macaigne et Pablo Pauly.

Empoisonné, "Blanche comme Neige" d'Anne Fontaine.

Anne Fontaine aime lever le voile sur les sentiments troublés, les fièvres qui s’emparent du corps et de l’âme, les contradictions et les amours interdites qui nous tenaillent.

Sans faire de bruit, elle poursuit une exploration clinique des passions refoulées, de cette irrépressible besoin de vivre, finalement, conduisant nos actes vers le meilleur et parfois vers le pire.

Revisiter le mythe de Blanche Neige comme elle le fait ici, est une prouesse de modernité et d’intelligence, insufflant comme à son habitude un zeste d’étrangeté et d’inquiétude.

Le casting se montre à la hauteur de ses ambitions. Charles Berling, fidèle d’Anne Fontaine, plonge tête baissée dans une passion dévorante. Isabelle Huppert, après trop de films dispensables ces derniers temps, retrouve un personnage jaloux et machiavélique, à l’épaisseur digne de son immense talent.

Et Lou de Lâage, divinement belle, diaphane, tout à la fois objet et sujet maître de l’intrigue, déploie des ailes qui l’emmèneront très loin, c’est maintenant une certitude.

 

DUMBO
Réalisé par Tim Burton. Etats Unis. Aventure. 1h52 (Sortie le 27 mars 2019). Avec Colin Farrell, Danny DeVito, Michael Keaton, Eva Green, Alan Arkin, Nico Parker, Finley Hobbins et Roshan Seth.

Magistral, "Dumbo" de Tim Burton.

Les esprits chafouins reprochent à Tim Burton de s’auto-référencer et de céder à l’appel douillet des films de commande. Ok, pourquoi pas. Mais le résultat est là, parfaitement maîtrisé.

Casting singulier et malin - comme une marque de fabrique - et esthétique parfaite sont les clés d’un film enchanteur et plus subversif qu’on veut bien le dire. Le parc Dreamland partira en fumée, vous le remarquerez.

Ceux qui suivent son parcours avec attention, savent pourquoi Burton fait du cinéma. Pour combattre des démons intérieurs, sans doute. Mais aussi et surtout pour pervertir le système de la norme, donnant une place à ceux qui se sentent différents, jamais à leur place précisément.

Ce film dit aussi des choses sur l’environnement, la cause animale, le pouvoir de la finance... mais jamais de manière trop ostentatoire. La marque d’un grand faiseur d’images et de sens, vous ne croyez pas ?

 

 

 

Vents d'Orage

 

        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=