Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ghinzu
Electronic jacuzzi  (Athmosphériques)  novembre 2005

"Electronic jacuzzi was our first album. The songs are the 1999 original mixes but we changed the tracklisting. Why?...Because !"

A l’heure de son succès planétaire (surtout en Belgique et dans une moindre mesure dans le reste du monde), Ghinzu se payait donc le luxe de rééditer ce premier album quasi-introuvable…Pour d’obscures raisons sans doute. L’eau avait coulé sous les ponts de Belgique, et Ghinzu était devenu avec Blow l’incontournable de la nouvelle scène rock indie. Soit. Restait donc à exhumer la dépouille de ce premier album, Electronic Jacuzzi.

Passionnant sur bien des points, la redécouverte de ce premier album laisse entrevoir la folie en gestation, le silence avant l’explosion. Comme un tableau tout en esquisses, Electronic Jacuzzi explique en partie le succès de Blow, tout en restant singulièrement différent.

Comme souvent avec Ghinzu, tout débute par une ballade, "Turn up the Satan". Une comptine pour enfant, une ritournelle tout en douceur, où les influences de Bach sont déjà visibles (Ces arpèges…), Ghinzu qui prend forme. Et comme dans toute histoire, le tempo s’emballe. La rythmique quasi-militaire qui frappe. Fort. "Dolly Fisher" aurait déjà pu figurer sur la set list de Blow tant ces compositions remplissent les enceintes. Un groupe soudé derrière John Stargasm, à la voix si atypique, ressemblant à s’y méprendre à celle de Mattew Bellamy, brailleur du très-nettement-moins-bien-estimé groupe Muse. Ghinzu aiguise ses gammes.

Electronic Jacuzzi pourrait bien être "The dark side of Ghinzu", tant le réagencement des titres laisse entendre une noirceur palpable et présente. Dragon, messe funèbre, dresse le tableau du groupe en devenir, pour l’instant à la recherche de ses repères.

"Thoughts behind the scene" enfonce le clou et assoie la domination du piano sur l’ensemble de l’album. Les passionnés de "Sweet love" ou "Sea side friends" apprécieront. Plus intimiste et pourtant plus expérimentale ("R2D3" et son final nucléaire…), Electronic Jacuzzi reste avant tout un formidable pied à l’étrier pour un groupe prêt à galoper loin des sentiers battus. Pour l’heure, John Stargasm et son nom de super héros assure l’essentiel, les guitares et la batterie un cran en dessous.

"Nous étions déjà prêts à l’époque d’Electronic Jacuzzi" déclarait John récemment. Des perles comme "Dracula Cowboy" en attestent, la tension monte comme un speed mal digéré et "Bingo it’s heaven" conclut le tour de manège par une longue descente prog’ très floydienne…

Au final, si "Get up" et "Revlis" restent absentes de la réédition sans trop de regrets, pourquoi avoir éludé "Rotten Star", sublime moment de furie maîtrisée ? "Parce que" répondraient sûrement la bande à Ghinzu.

Après tout, on ne peut jamais avoir totalement tort lorsqu’on est belge…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Blow de Ghinzu
La chronique de l'album Mirror Mirror de Ghinzu
Ghinzu en concert à La Boule Noire (13 septembre 2004)
Ghinzu en concert au Normandy (3 novembre 2004)
Ghinzu en concert à l'Elysée Montmartre (1er février 2005)
Ghinzu en concert à l'Antipode (1er avril 2005)
Ghinzu en concert au Festival Garorock 2005 (samedi)
Ghinzu en concert à l'Olympia (13 juin 2005)
Ghinzu en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (samedi)
Ghinzu en concert au Festival Solidays 2005 (vendredi)
Ghinzu en concert au Fil (8 avril 2009)
Ghinzu en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Ghinzu en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Ghinzu en concert au Festival Art Rock 2010
Ghinzu en concert au Festival de Beauregard #8 (édition 2016) - vendredi 1er juillet
Ghinzu en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Dimanche 28 août
L'interview de Ghinzu (24 mars 2009)

En savoir plus :

Le site officiel de Ghinzu


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=