Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dom Juan
Théâtre Le Ranelagh  (Paris)  avril 2019

Comédie dramatique d'après l'oeuvre éponyme de Molière, adaptation et mise en scène de Philippe Daguerre, avec Simon Larvaron, Teddy Melis, Vanessa Cailhol, Grégoire Bourbier Nathalie Kanoaui, Charlotte Ruby, Tonio Matias et André-Marie Mazure.

Sur un podium étoilé surplombé d'une arche arrondie constellée d'ampoules (jolie scénographie de Sophie Jacob) est installé le trio de musiciens (Tonio Matias à l'accordéon et André-Marie Mazure à la trompette encadrant la violoncelliste Charlotte Ruby).

Dans une fumée abondante, tout le cirque se prépare. Les artistes se retrouvent pour "sentir la salle" et finir leurs derniers préparatifs, on passe un dernier coup de balai sur la piste, un technicien montre même le bout de son nez...

C'est un Sganarelle clown (et dresseur de puce) qui accueille le public avant de rejoindre son maître Dom Juan en tenue de toréador, après avoir maudit sa conduite envers les femmes de ce pays....

Jean-Philippe Daguerre avec laCompagnie Le Grenier de Babouchka s'attaque, après de nombreuses réussites, à un nouveau classique avec le chef d'oeuvre de Molière. C'est dans cette ambiance de cirque forain que le metteur en scène a choisi de transposer ce "Dom Juan".

Le monde coloré du cirque (mis en valeur par les costumes magnifiques de Corinne Rossi et la lumière fine d'Idalio Guerreiro) se prète bien aux péripéties du duo Dom Juan/Sganarelle, clown blanc et Auguste de ce cirque, sous un chapiteau invisible qu'on imagine aisément.

Le public, au centre du dispositif qui s'étend jusque dans la salle, assiste au plus près des comédiens à la fuite en avant du jeune séducteur qui entraîne son valet dans sa chute, non sans que celui-ci ait tenté de le faire changer de conduite.

Dom Juan est interprété avec beaucoup de talent par Simon Larvaron donnant au personnage une vraie humanité. Quant à Sganarelle, Teddy Melis en fait un valet plus nerveux que naïf, archi-clownesque, qui prend peu à peu de l'épaisseur et une dimension plus tragique.

Les figures féminines sont jouées avec sensibilité et énergie par Vanessa Cailhol et Charlotte Ruby, tandis que Grégoire Bourbier complète habilement la distribution dans plusieurs rôles.

Jean-Philippe Daguerre s'est permis sans dommages quelques petits changements comme celui de remplacer le père de Dom Juan, Dom Louis par sa mère, Dona Louisa (excellente Nathalie Kanoui) dans un monologue qui résonne de façon encore plus poignante ici. La mort de Dom Juan viendra non pas de la statue du commandeur mais d'un trio d'"amazones circassiennes" qui régleront son compte à ce personnage libertin.

La grande réussite de ce "Dom Juan" vient en grande partie également de la qualité irréprochable de la direction et de la création musicale de Petr Ruzicka, interprétée par un trio accompli, qui donne à ce spectacle une formidable dimension, empruntant des couleurs tantôt balkaniques, tantôt plus classiques.

Une fois de plus avec le Grenier de Babouchka, la qualité est au rendez-vous pour une adaptation de belle facture qui sert fidèlement le texte de Molière et permet de le faire connaître aux jeunes générations dans un agréable univers poétique.

Un travail de troupe dynamique et respectueux.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=