Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dom Juan
Théâtre Le Ranelagh  (Paris)  avril 2019

Comédie dramatique d'après l'oeuvre éponyme de Molière, adaptation et mise en scène de Philippe Daguerre, avec Simon Larvaron, Teddy Melis, Vanessa Cailhol, Grégoire Bourbier Nathalie Kanoaui, Charlotte Ruby, Tonio Matias et André-Marie Mazure.

Sur un podium étoilé surplombé d'une arche arrondie constellée d'ampoules (jolie scénographie de Sophie Jacob) est installé le trio de musiciens (Tonio Matias à l'accordéon et André-Marie Mazure à la trompette encadrant la violoncelliste Charlotte Ruby).

Dans une fumée abondante, tout le cirque se prépare. Les artistes se retrouvent pour "sentir la salle" et finir leurs derniers préparatifs, on passe un dernier coup de balai sur la piste, un technicien montre même le bout de son nez...

C'est un Sganarelle clown (et dresseur de puce) qui accueille le public avant de rejoindre son maître Dom Juan en tenue de toréador, après avoir maudit sa conduite envers les femmes de ce pays....

Jean-Philippe Daguerre avec laCompagnie Le Grenier de Babouchka s'attaque, après de nombreuses réussites, à un nouveau classique avec le chef d'oeuvre de Molière. C'est dans cette ambiance de cirque forain que le metteur en scène a choisi de transposer ce "Dom Juan".

Le monde coloré du cirque (mis en valeur par les costumes magnifiques de Corinne Rossi et la lumière fine d'Idalio Guerreiro) se prète bien aux péripéties du duo Dom Juan/Sganarelle, clown blanc et Auguste de ce cirque, sous un chapiteau invisible qu'on imagine aisément.

Le public, au centre du dispositif qui s'étend jusque dans la salle, assiste au plus près des comédiens à la fuite en avant du jeune séducteur qui entraîne son valet dans sa chute, non sans que celui-ci ait tenté de le faire changer de conduite.

Dom Juan est interprété avec beaucoup de talent par Simon Larvaron donnant au personnage une vraie humanité. Quant à Sganarelle, Teddy Melis en fait un valet plus nerveux que naïf, archi-clownesque, qui prend peu à peu de l'épaisseur et une dimension plus tragique.

Les figures féminines sont jouées avec sensibilité et énergie par Vanessa Cailhol et Charlotte Ruby, tandis que Grégoire Bourbier complète habilement la distribution dans plusieurs rôles.

Jean-Philippe Daguerre s'est permis sans dommages quelques petits changements comme celui de remplacer le père de Dom Juan, Dom Louis par sa mère, Dona Louisa (excellente Nathalie Kanoui) dans un monologue qui résonne de façon encore plus poignante ici. La mort de Dom Juan viendra non pas de la statue du commandeur mais d'un trio d'"amazones circassiennes" qui régleront son compte à ce personnage libertin.

La grande réussite de ce "Dom Juan" vient en grande partie également de la qualité irréprochable de la direction et de la création musicale de Petr Ruzicka, interprétée par un trio accompli, qui donne à ce spectacle une formidable dimension, empruntant des couleurs tantôt balkaniques, tantôt plus classiques.

Une fois de plus avec le Grenier de Babouchka, la qualité est au rendez-vous pour une adaptation de belle facture qui sert fidèlement le texte de Molière et permet de le faire connaître aux jeunes générations dans un agréable univers poétique.

Un travail de troupe dynamique et respectueux.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=