Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Disperata
Edoardo Winspeare  (avril 2019) 

Réalisé par Edoardo Winspeare. Italie. Comédie. 1h50 (Sortie le 24 avril 2019).Avec Gustavo Caputo, Antonio Carluccio, Claudio Giangreco, Celeste Casciaro, Davide Riso, Antonio Pennarella et Ippolito Chiariello.

C'est à Disperata, petit village perdu au fond des Pouilles dans le talon de la botte italienne, que se déroule le film "La Vita in Comune" d'Edoardo Winspeare qui sort justement en France sous le titre "Disperata".

A l'heure où la politique italienne a pris un tour nouveau, loin des sempiternelles querelles d'antan entre démocratie chrétienne et parti communiste, immortalisées par l'inoxydable série "Don Camillo, le village de Disperata ("désespérée" dans la langue de d'Annunzio qui a justement écrit un roman portant ce titre) paraît hors du temps.

Le maire, pièce maîtresse de ce film aux multiples personnages, est tellement ailleurs qu'il est...poète. Il vient même taquiner la muse dans la prison locale où il donne des cours aux prisonniers échoués là.

Mais pendant que très loin d'ici, La Ligue du Nord, le mouvement Cinq étoiles et autres joyeusetés politiques modernes font la loi, le maire de Disperata déprime au point de ne pas envoyer à Bruxelles les dossiers qui pourraient lui faire obtenir des aides européennes.

Il contient difficilement les assauts de l'opposition affairiste et même les critiques de la belle épicière quadragénaire, pourtant conseillère municipale sur sa liste... Bref, ce n'est pas "House of Cards" ni "Game of Thrones" : le pouvoir à Disperata est absent et forcément cela en devient... désespérant, même si les habitants du coin ne semblent pas s'en porter plus mal...

C'est ainsi que le film affiche sa trame gentiment paresseuse avec ses bandits minables dont l'ex-mari de l'épicière qui s'en voudra éternellement d'avoir tué un chien lors d'un "casse" raté et qui expiera son crime canin en devenant lui aussi poète.

En se remémorant "Disperata" d'Edoardo Winspeare, on se demandera pourquoi avec tellement peu d'éléments signifiants le film se suit aussi plaisamment, provoque des sourires, voire des larmes.

Il y a ainsi un miracle inexplicable dans ce village cher au réalisateur qui s'appelle en "réalité" Depressa : on y vit.Tranquillement. A l'heure éternelle de l'apéritif et des courses à faire. Les bras cassés et les cas sociaux ruinent le moral du maire mais peuplent les rues de leur présence débonnaire.

"Disperata" d'Edoardo Winspeare a le charme de la vacuité quand elle ne tombe pas dans l'affectation. On y passera un bon moment à l'abri du bruit médiatique, de l'orage qui gronde dans un monde politiquement et écologiquement aveugle. On y croira pendant cent minutes à son soleil éternel, loin des crises migratoires et économiques.

Havre de paix, havre de non-fiction, cet endroit préservé renvoie son nom à tout ce qui n'est pas lui. C'est ailleurs qu'est le désespoir, pas à Disperata.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=