Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Grieg : Piano, Orchestral & Vocal Works, Chamber Music
Divers artistes  (Warner)  mars 2019

"Je me se suis rendu compte que la mystérieuse profondeur de nos mélodies ancestrales tenait à leurs prodigieuses ressources harmoniques (...) et j’ai été particulièrement fasciné par leur chromatisme."

Edvard Grieg est né à Bergen en Norvège, le 15 juin 1843, dans une famille aisée. C’est par sa mère pianiste que le jeune Edvard découvre la musique. Elle lui donne ses premières leçons de piano et lui fait travailler des œuvres de Mozart, Weber ou Chopin. Il montrera vite de réelles aptitudes et s’intéressera rapidement à l’harmonie et à l’improvisation. Ses premières compositions datent de 1858 alors qu’il a seulement 15 ans ! Le violoniste virtuose Ole Bull conseille à ses parents de l'inscrire au Conservatoire de Leipzig. Il aura Louis Plaidy et E. F. Wenzel comme professeurs de piano, Ernst Friedrich, Eduard Richter et Moritz Hauptmann en harmonie et contrepoint et Carl Reinecke comme professeur de composition. A la Gewandhaus, il aura l’occasion d’entendre les œuvres de Robert Schumann ou de Wagner.

Ses études se terminent en 1862, il commence alors une carrière de pianiste. La même année, il donnera son premier grand concert à Bergen. Il part ensuite au Danemark à Copenhague. Il y rencontre le grand compositeur romantique scandinave Niels Gade. Le compositeur ami de Schumann et de Mendelssohn lui propose de composer une symphonie, symphonie (en do mineur) que le compositeur reniera et annotera comme à "ne jamais jouer". Ce qui n’est pas respecté bien sûr…

C’est durant son séjour au Danemark qu’il rencontre sa cousine et chanteuse Nina Hagerup avec laquelle il se fiancera. Elle sera sa muse durant toute sa vie.

Ses retrouvailles avec Ole Bull et sa rencontre avec le compositeur Rikard Nordraak avec qui il liera une très forte amitié sont déterminantes dans ses choix esthétiques qui se tourneront vers un romantisme teinté de nationalisme. Avec Rikard Nordraak, Christian Frederik Horneman et Gottfred Matthison-Hansen, Grieg participe à la création de l'association "Euterpe", pour mieux faire connaître la musique scandinave.

Grieg rencontre Franz Liszt en février 1870. Celui-ci jouera quelques unes de ses œuvres notamment son concerto pour piano en la mineur.

En 1871, il s’installe à Christiana et y fonde l’Académie norvégienne de musique. Il y dirige régulièrement l’orchestre de la société de musique et y compose de nombreuses œuvres.

En 1876, Grieg rencontre le succès avec Peer Gynt, un opéra né de l’œuvre d’Henrik Johan Ibsen. Sa renommée dépasse très largement les frontières scandinaves et lui permet de tourner dans toute l’Europe.

À partir de 1885, Grieg s’installe dans la maison qu’il vient de faire construire à Troldhaugen. Sa vie devient routinière : il compose et randonne dans les montagnes l’été et part en tournée le reste de l’année.

En 1898, il organise et dirige le premier festival de musique Norvégienne à Bergen où il invite le Concertgebouw d'Amsterdam qu'il a dirigé l'année précédente. Sa santé se dégrade petit à petit et il est obligé de décommander une tournée en Espagne et aux États-Unis.

Il s'installe en hiver 1906 dans un hôtel d’Oslo pensant que l’air y serait bon pour santé. Il entreprend une tournée au Danemark et en Allemagne. Il est terrassé à Bergen par une crise cardiaque le 4 septembre 1907. Il reçoit des funérailles nationales.

Grieg se trouve à la jonction entre Liszt et Debussy. Il s’inspire de la musique populaire norvégienne (notamment le springar et le halling qui sont des danses populaires). Grand mélodiste et orchestrateur, harmoniste fin et audacieux pour son époque, il annonce le courant impressionniste.

C’est tout son univers, trop souvent réduit à Peer Gynt ou à son concerto pour piano, que l’on retrouve dans ce coffret regroupant les œuvres pour piano, orchestre, voix et musique de chambre. Il contient quelques belles versions comme le concerto pour piano par Leif Ove Andsnes avec le Bergen Philharmonic Orchestra sous la baguette de Dmitri kitayenko, les mélodies avec Fischer-Dieskau et Hartmut Höll au piano, Peer Gynt (dans sa version complète), les danses symphoniques et les danses norvégiennes par Paavo Järvi et l’Estonian National Sympony Orchestra. Idéal pour se replonger dans l’œuvre du maître norvégien.

 

Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=