Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Grieg : Piano, Orchestral & Vocal Works, Chamber Music
Divers artistes  (Warner)  mars 2019

"Je me se suis rendu compte que la mystérieuse profondeur de nos mélodies ancestrales tenait à leurs prodigieuses ressources harmoniques (...) et j’ai été particulièrement fasciné par leur chromatisme."

Edvard Grieg est né à Bergen en Norvège, le 15 juin 1843, dans une famille aisée. C’est par sa mère pianiste que le jeune Edvard découvre la musique. Elle lui donne ses premières leçons de piano et lui fait travailler des œuvres de Mozart, Weber ou Chopin. Il montrera vite de réelles aptitudes et s’intéressera rapidement à l’harmonie et à l’improvisation. Ses premières compositions datent de 1858 alors qu’il a seulement 15 ans ! Le violoniste virtuose Ole Bull conseille à ses parents de l'inscrire au Conservatoire de Leipzig. Il aura Louis Plaidy et E. F. Wenzel comme professeurs de piano, Ernst Friedrich, Eduard Richter et Moritz Hauptmann en harmonie et contrepoint et Carl Reinecke comme professeur de composition. A la Gewandhaus, il aura l’occasion d’entendre les œuvres de Robert Schumann ou de Wagner.

Ses études se terminent en 1862, il commence alors une carrière de pianiste. La même année, il donnera son premier grand concert à Bergen. Il part ensuite au Danemark à Copenhague. Il y rencontre le grand compositeur romantique scandinave Niels Gade. Le compositeur ami de Schumann et de Mendelssohn lui propose de composer une symphonie, symphonie (en do mineur) que le compositeur reniera et annotera comme à "ne jamais jouer". Ce qui n’est pas respecté bien sûr…

C’est durant son séjour au Danemark qu’il rencontre sa cousine et chanteuse Nina Hagerup avec laquelle il se fiancera. Elle sera sa muse durant toute sa vie.

Ses retrouvailles avec Ole Bull et sa rencontre avec le compositeur Rikard Nordraak avec qui il liera une très forte amitié sont déterminantes dans ses choix esthétiques qui se tourneront vers un romantisme teinté de nationalisme. Avec Rikard Nordraak, Christian Frederik Horneman et Gottfred Matthison-Hansen, Grieg participe à la création de l'association "Euterpe", pour mieux faire connaître la musique scandinave.

Grieg rencontre Franz Liszt en février 1870. Celui-ci jouera quelques unes de ses œuvres notamment son concerto pour piano en la mineur.

En 1871, il s’installe à Christiana et y fonde l’Académie norvégienne de musique. Il y dirige régulièrement l’orchestre de la société de musique et y compose de nombreuses œuvres.

En 1876, Grieg rencontre le succès avec Peer Gynt, un opéra né de l’œuvre d’Henrik Johan Ibsen. Sa renommée dépasse très largement les frontières scandinaves et lui permet de tourner dans toute l’Europe.

À partir de 1885, Grieg s’installe dans la maison qu’il vient de faire construire à Troldhaugen. Sa vie devient routinière : il compose et randonne dans les montagnes l’été et part en tournée le reste de l’année.

En 1898, il organise et dirige le premier festival de musique Norvégienne à Bergen où il invite le Concertgebouw d'Amsterdam qu'il a dirigé l'année précédente. Sa santé se dégrade petit à petit et il est obligé de décommander une tournée en Espagne et aux États-Unis.

Il s'installe en hiver 1906 dans un hôtel d’Oslo pensant que l’air y serait bon pour santé. Il entreprend une tournée au Danemark et en Allemagne. Il est terrassé à Bergen par une crise cardiaque le 4 septembre 1907. Il reçoit des funérailles nationales.

Grieg se trouve à la jonction entre Liszt et Debussy. Il s’inspire de la musique populaire norvégienne (notamment le springar et le halling qui sont des danses populaires). Grand mélodiste et orchestrateur, harmoniste fin et audacieux pour son époque, il annonce le courant impressionniste.

C’est tout son univers, trop souvent réduit à Peer Gynt ou à son concerto pour piano, que l’on retrouve dans ce coffret regroupant les œuvres pour piano, orchestre, voix et musique de chambre. Il contient quelques belles versions comme le concerto pour piano par Leif Ove Andsnes avec le Bergen Philharmonic Orchestra sous la baguette de Dmitri kitayenko, les mélodies avec Fischer-Dieskau et Hartmut Höll au piano, Peer Gynt (dans sa version complète), les danses symphoniques et les danses norvégiennes par Paavo Järvi et l’Estonian National Sympony Orchestra. Idéal pour se replonger dans l’œuvre du maître norvégien.

 

Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=