Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté
Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme  (Paris)  Du 20 mars au 25 août 2019

Depuis l'Antiquité existe la quête de la beauté, critère d'une esthétique et du goût expertisée par l'exposition en deux volets "Le bain et le miroir - Soins du corps et cosmétiques de l'Antiquité à la Renaissance"*, à travers les soins du corps et les cosmétiques fabriqués et vendus de manière artisanale jusqu'au 19ème siècle.

A l'aube du 20ème siècle, une femme, Helena Rubinstein, révolutionne le monde de la cosmétique en créant une entreprise de production et de distribution de produits portant sa marque, aujourd'hui propriété du Groupe L'Oréal, et fonde un empire.

Son histoire et son destin exceptionnels ont été plusieurs fois retracés de manière muséale et son avatar français est présenté au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme sous le titre "Helena Rubinstein – L'aventure de la beauté" et le commissariat de Michèle Fitoussi, journaliste et romancière auteure de la biographie "Helena Rubinstein. La femme qui inventa la beauté", et Dorota Sniezek, commissaire adjointe audit musée.

Bénéficiant d'une superbe scénographie de Loretta Gaitis, la monstration en forme de biopic muséographique se déroule selon un parcours chronologique scandé par les pérégrinations cosmopolites, de sa Pologne natale aux Etats-Unis où elle décède nonagénaire en 1965 en passant par Melbourne, Vienne, Londres, Tel-Aviv et Paris.

Portrait - et Portraits - d'une femme

Riche de trois centaines de pièces, oeuvres d'art, documents d'archives et photographies, l'exposition trace le portrait d'une femme non seulement self-made-woman à l'exceptionnelle réussite mais, celui d'une femme, archétype de la femme moderne, libre et indépendante, qui a pratiqué l'invention de soi.

Refusant le déterminisme de la naissance dans une modeste famille juive orthodoxe dans un faubourg de Cracovie, Helena Rubinstein prend le chemin d'un exil définitif qui passe par Vienne puis Melbourne où elle commercialise avec succès la recette d'une crème pour le visage.

Première étape d'une entreprise pour la conquête du monde par un petit bout de femme de moins d'un mètre cinquante qui, ambitieuse et déterminée et dotée d'une volonté de fer, va devenir selon les mots de Jean Cocteau "l'impératrice de la beauté", femme au profil hiératique et aux bijoux somptueux de reine biblique.

Et, surtout, derrière la femme élégante, passionnée de mode, raffinée et féminine à l'extrême, une redoutable femme d'affaires, capitaine d'industrie avant l'heure, et une pionnière par son sens inné du commerce anticipant les concepts de merchandising, marketing et stratégie de communication des marques.

Avec le slogan "Beauty is power", elle redéfinit la beauté comme arme de séduction massive qui passe par les soins pour exalter la beauté naturelle et la réhabilitation du maquillage, en son temps cantonné aux théâtreuses et aux bitumeuses, qu'elle érige en pratique essentielle, et vend du rêve et du luxe.

Le rêve intemporel et universel de la beauté et de l'éternelle jeunesse, étayé par la recherche clinique et les nouvelles technologies, et le luxe par la diffusion de produits haut de gamme pour la commercialisation desquels elle sollicite les artistes qu'elle croise et fréquente notamment dans le Tout Paris des Années folles.

Ainsi, Paul Poiret pour la décoration de sa boutique du Faubourg Saint Honoré, Miró et Marie Laurencin pour ses campagnes publicitaires, et la peintre, styliste et décoratrice Sarah Lipska pour les étiquettes de flacons de parfum et le décor des vitrines.

Sarah Lipska qui réalise également son portrait comme nombre des peintres d'avant-garde qui concourent à l'immortalisation d'une femme très élégante toujours en représentation de soi.

De Dufy à Dali, tous ont réalisé le portrait, majoritairement en buste, de profil et à la manière des classiques portraits d'apparat, de celle surnommée "Madame" qui figurait comme égérie principale de sa marque.

Des peintres, entre autres et pour les plus connus, Chagall, Utrillo, De Chirico, Picasso et Jean Lurçat et les sculpteurs Boris Lovet-Lorsi et Chana Orloff,dont elle collectionnait les oeuvres au même titre que les objets des arts premiers.

A ne pas rater parmi les nombreuses photographies d'archives, celles anecdotiques de Helena Rubinstein posant devant ses portraits, d'une de ses maisons miniatures reconstituant une époque historique ou de l'acteur Tony Curtis inaugurant le premier institut de beauté pour homme qu'elle a créé.

Une belle exposition pour découvrir une femme qui a forgé son destin et s'est inscrite dans l'Histoire de la beauté de la première moitié du 20ème siècle qui a engendré le culte du corps et réactivé le mythe de Narcisse.

 
* Au Musée national du Moyen-Age" et au Musée national de la Renaissance"

En savoir plus :

Le site officiel du Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=