Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Méduse
Le Centquatre  (Paris)  avril 2019

Spectacle conçu par le Collectif les bâtards dorés d'après le récit de Alexandre Corréard et Jean-Baptiste Savigny, avec Romain Grard, Lisa Hours, Christophe Montenez de la Comédie Française, Jules Sagot et Manuel Severi.

Grande catastrophe maritime, qui a fait autant parler au 19ème siècle que le naufrage du Titanic au 20ème siècle, l'histoire du radeau de la Méduse, immortalisée par le tableau de Géricault, est aujourd'hui revisitée par le collectif "Les Bâtards dorés" dans un spectacle nettement en deux parties.

Dans la première, est privilégiée une "forme hosseinienne" écrite d'après le récit de Corréard et Savigny, ce dernier étant l'un des personnages présents dans cette adaptation. On va donc suivre un procès avec une juge, des témoins et des jurés (chargés par un vote de définir le sort réservé à Savigny).

Pendant que les témoins sont interrogés ou se racontent, un artiste peintre (Jean-Michel Charpentier ou Charlotte Puzos) au fond de ce qui figure un prétoire dans un dispositif bi-frontal, croque des visages et les recouvre de peinture.

Dans la seconde, le classicisme formel n'a plus lieu d'être : c'est le temps de la "calenture", celui de la folie passagère. Car les spectateurs ont eu vent de l'atroce réalité : pour survivre les naufragés ont bravé l'un des tabous suprêmes qui fonde l'humanité.

Leur anthropophagie est ce qui les fait basculer dans la folie bestiale. Dès lors, nus, enduits de peinture blanche ou rouge simulant le sang des, ils sont en pleine danse de St-Guy et vont jusqu'à barbouiller la toile peinte pendant la première partie.

Cette construction pourrait dérouter et donner un côté décousu à "Méduse", mais dès la première partie, le Collectif les bâtards dorés introduisent des éléments d'étrangeté et d'irréalité : un huissier lymphatique, une juge pour un procès sous Louis XVIII et un salon VIP avant d'entrer dans la salle où quelques spectateurs choisis pour être les officiers, ont droit, assis dans de cossus fauteuils, à une coupe de champagne et des macarons, "injustice" qui énerve les autres spectateurs...

Injustice qui annonce aussi le côté "social" de la catastrophe : les gens choisis pour monter dans le radeau, et pas dans les canots, étaient les passagers pauvres et les militaires. Et, au final, les rescapés du radeau furent des officiers armés de leurs sabres qui s'étaient arrogés le centre, meilleur place pour éliminer les autres.

La qualité des acteurs (Romain Grard, Lisa Hours, Christophe Montenez, Jules Sagot et Manuel Severi) permet aussi à la seconde partie de ne pas virer totalement au "happening potache à la Macaigne".

Leur gentil délire attendu n'énervera pas le spectateur peu porté sur le genre. Moins sans doute que le poème lu par Savigny qui s'étire peut-être un peu longuement et qui rend la "calenture" bien plus supportable...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=