Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ombres sur la Tamise
Michael Ondaatje  (Editions de l'Olivier)  avril 2019

La sortie d’un nouvel ouvrage de l’immense écrivain qu’est Michael Ondaatje est toujours un évènement en soi. Pour le lecteur, se plonger dans les écrits de cet auteur né à Ceylan, est toujours un moment de grâce dont on se souvient longtemps. Ombres sur la Tamise, que viennent de publier les éditions de l’Olivier, ne déroge pas à cette règle. L’ouvrage est sublime, dans la lignée de ses ouvrages les plus connus, Le patient anglais et Le fantôme d’Anil.

"En 1945, nos parents partirent en nous laissant aux soins de deux hommes qui étaient peut-être des criminels".

Nous voilà donc plonger au cœur du Londres de l’après-guerre encore meurtri par les séquelles du Blitz. Deux adolescents, Nathanael et Rachel sont confiés par leurs parents à de mystérieux individus. L’un d’eux, surnommé "Le papillon de nuit", va se charger de leur éducation, et les entraîner dans un monde interlope, aux marges de la légalité.

Dans ce monde interlope, on y conduit des bateaux, la nuit, en utilisant un code étrange fait de chants d’oiseaux. On y fréquente le milieu des paris clandestins et les courses de lévriers. On n’y est jamais sûr de rien.

Ces gens qui les initient et les protègent sont-ils vraiment ceux qu’ils prétendent être ?

Bien des années passeront avant que Nathanael fasse toute la lumière sur son enfance, et comprenne enfin ce qui s’est vraiment passé.

Le livre s'ouvre sur une scène inaugurale dans laquelle la famille est réunie dans la maison familiale londonienne. Les parents expliquent aux enfants qu'ils doivent partir un an à Singapour pour des raisons professionnelles liées à l'activité du père. Sa femme l'accompagnera pour accomplir son rôle d'épouse, partant quelques temps après lui, pour mettre en place l'organisation de la nouvelle vie des deux enfants de 16 et 14 ans qui vont être confiés à un étrange monsieur pour poursuivre leur scolarité.

Après son départ, les enfants retrouvent très vite la malle de voyage de leur mère dans le sous-sol de la maison. Ils se rendent alors compte qu'elle n'est pas partie à Singapour, qu'elle est toujours là, sans vraiment savoir où. Divers indices semblent laisser penser que leur mère a pu travailler pendant la guerre pour les services secrets britanniques et qu'elle pourrait être repartie pour une nouvelle mission.

La première partie de l'ouvrage nous raconte la vie des deux enfants dans le Londres de l'après-guerre autour d'une atmosphère faite de brouillard et de mystère parfaitement reproduite par la couverture du livre. La maison familiale dans laquelle ils vivent s'apparente à une magnifique auberge espagnole dans laquelle ils vont rencontrer un ancien boxeur, dit "le dard" mais aussi Olive qui vont participer à leur éducation.

Les enfants vont s'impliquer dans les boulots et les trafics des uns et des autres avant de petit à petit chercher à s'émanciper. Rachel rêve de devenir comédienne et Nathanel va connaître ses premiers émois amoureux. La première partie s'achève sur la réapparition soudaine et tragique de Rose.

Dans la seconde partie de l'ouvrage, on retrouve Nathanael en 1959, il vient d'acheter une maison dans le Suffolk et vient d'intégrer le Foreign Office britannique. Cette seconde partie, construite autour de flashbacks permet de lever le voile sur les activités de sa mère et les mystères de sa famille.

Un deuxième roman débute, prenant une dimension d'espionnage, particulièrement passionnant, tout comme l'était déjà la première partie. On découvre les activités de sa mère pendant et après la guerre. La fin de l'ouvrage nous permet alors de comprendre pourquoi les enfants ont été délaissés, les mensonges de leurs parents tout en apportant des explications.

Ombres sur la Tamise est au final un ouvrage captivant, superbement écrit. C'est un roman qui possède de nombreuses qualités. Tout d'abord, il dévoile une atmosphère magnifique porté par l'écriture poétique de l'auteur. C'est aussi un roman particulièrement intéressant pour ce qui est du domaine historique puisqu'il nous renseigne parfaitement sur la vie de Londres après la Seconde Guerre mondiale. C'est enfin un superbe roman d'apprentissage sur l'enfance et la famille, ses secrets et ses non-dits.

Ombres sur la Tamise est un véritable coup de cœur. Je n'imaginais pas une seule seconde m'ennuyer en ouvrant cet ouvrage tant attendu et je n'ai pas été déçu une seule seconde. J'aime toujours autant les livres de Michael Ondaatje, encore plus après avoir lu Ombres sur la Tamise.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Michael Ondaatje


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=