Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eiffel
Stupor Machine  (PIAS)  avril 2019

Après 5 ans d'absence et d'aventures en solo, Eiffel revient aujourd'hui avec Stupor Machine, clin d’œil à l'un de leurs premiers titres, en 1998.

"La machine à effroi". D'effroi, il en est bien question ici, comme un fil conducteur au fil de l'album, effroi face au présent, au futur, à l'état du monde, à la fin de l'humanité...

On commence en force avec Malika, échappée du "Big Data". La batterie ouvre le disque, rejointe par les guitares saturées et la voix puissante de Romain Humeau. A travers ce titre énergique et entraînant, Mad Malika nous emmène dans sa fuite des réseaux et de la société connectée. Un superbe titre pour nos retrouvailles avec Eiffel. On retrouve le "gros son" et l'énergie du groupe.

Le rythme se fait plus pop et chaloupé sur "Cascade", premier single du disque. On alterne entre couplets calmes et refrains plus teigneux.

"Manchurian Candidate" nous entraîne dans le projet MK Ultra de la CIA et la manipulation mentale. "Tu ne peux plus stopper la machine / A consentement et à effroi / Reprogrammé débilissime / Par les docteurs de l'MK Ultra". Un titre punk, court, inspiré par la nouvelle de Richard Condon, de 1959.

Changement total d'ambiance avec le nouveau single "Chasse Spleen", superbe chanson d'amour. Un très beau texte faisant un pied de nez au reste de l'album : une façon de dire, je t'aime malgré et contre tout le reste : "Le monde est fou / Bien moins que nous / … / A ces chiens fous / Qui toujours là où / Le Câlin des nuit s'échine / Trompent la mort / Et chassent Spleen".

De la même façon, "Chocho" nous permet de respirer un peu d'air frais dans la noirceur de l'album. Une échappée sensuelle...

Coup de gueule et coup de pied dans le tas avec le texte slammé et les grosses guitares de "Miragine".

Un autre est cette fois dirigé vers les dérives des religions avec le "punk-acoustique" de "Pécheur, pécheur" : "Au diable, tous ministères / Tout ordre et mafias / De m'en aller croire bien mieux que toi / Pécheur".

On se rassure face à la fin du monde avec "N'aie rien à craindre". Le titre ayant été écrit le jour de la mort du Thin White Duke, on entend "Heroes" de Bowie flotter sur l'intro piano / guitare et la voix de Romain. "Papa, Maman, frère, sœur / Et vous, amis de toujours / C'est peut-être l'heure / Des Melancholias, c'est peut-être pas loin le jour mais... / Naie rien à craindre, on reviendra millions / L'instant au bout des doigts / N'aie rien à craindre / Mon amour s'y love en roi". Un de mes titres préférés de l'album.

Une intro à la Gainsbourg pour "Hôtel borgne", où vient se poser un texte qui tire un constat dépité sur le monde : "Où va l'instant ? / D'où vient le vent ? / Et tout est-il perdu ? / On déambule dans des halls bizarres / Pour quelques onces / De vice et de vertu / La ville brûle, feu au cul les cigognes / Et chien d'Etat qui cogne / La puce au cou, quelqu'un voit pour toi / Que fait-on / Dans cet hôtel borgne ?". On retrouve l'alternance couples calmes et refrains plus musclés. Très beau titre.

On reste dans le même constat désespéré dans "Oui". Contre-pied et antidote au titre "A Tout Moment La Rue". "C'est pas la l'homme qui prend la mer / C'est la mort qui prend l'air / Quand de guerre lasse, le P'tit Prince / Trouve sa rose dégueulasse".

Retour à la fin du monde sur "Gravelines" : deux amoureux s'embrassant avant de mourir suite à l'explosion d'une centrale nucléaire. Une musique plus jazzy, assez épurée, planante. Une pensée à "Perfect Day" de Lou Reed.

Après la fuite de "Escampette" et son chant tendant un plus vers le hip-hop, arrive le "Terminus". Terminus dans tous les sens du terme : fin du disque, fin de l'aventure et fin du monde. Une chanson écrite en partant du principe que si Stupor Machine était le dernier disque d'Eiffel, ça serait un joli clin d’œil de finir avec le titre "Terminus". Une ballade qui résume le disque en entier : un constat sur la beauté du monde puis tout s'écroule et c'est la fin de tout. Jeter un dernier regard, profiter des derniers instants avant le fin du monde.

"Dieu que la vie est belle / Tu pourrais même t'y sentir immortel / … / Regarde un peu le monde où ton cœur bat / Fais tourner sept fois tes yeux ici, là-bas / Palpite encore la terre sous nos pas / Trois-deux-un soleil et adieu va".

Un titre magnifique qui nous laisse juste à espérer qu'il ne sera pas le dernier titre d'Eiffel.

On ne va tergiverser, c'est sûrement le meilleur album d'Eiffel. Un album cash, percutant, rentre-dedans. Rien à jeter, tout y est excellent : les textes, les mélodies, la musique et la cohérence du disque de début à la fin. On tient là un chef-d’œuvre ! Un album que l'on se prend en pleine tête et qui nous laisse un peu abasourdis après, tant par la noirceur des textes que par la musique.

S'il y a un disque à acheter cette année, ne cherchez plus, c'est celui-là ! Pour avoir vu quelques nouveaux titres en live, je peux vous assurer que la tournée va être belle, les nouveaux titres se mélangeant bien avec les anciens. Les dates sont déjà tombées, avec notamment La Cigale (déjà presque complète) le 14 novembre 2019.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Les yeux fermés de Eiffel
La chronique de l'album Live aux Eurockéennes de Belfort 6 juillet 2003 de Eiffel
La chronique de l'album Ma part d'ombre de Eiffel
La chronique de l'album Tandoori de Eiffel
La chronique de l'album Le Temps des Cerises et Gagnants / Perdants de Eiffel - Noir Désir
La chronique de l'album A Tout Moment de Eiffel
Eiffel parmi une sélection de singles (juin 2012)
La chronique de l'album Foule Monstre de Eiffel
Eiffel en concert à La Cigale (22 octobre 2003)
Eiffel en concert à La Maroquinerie (15 janvier 2007)
Eiffel en concert au Bataclan (4 avril 2007)
Eiffel en concert au Festival Class'Eurock 2007
Eiffel en concert à l'Olympia (19 novembre 2007 )
Eiffel en concert au Fil (jeudi 29 octobre 2009)
Eiffel en concert au Bataclan (mercredi 18 novembre 2009)
Eiffel en concert à Flèche d'or (lundi 14 décembre2009)
Eiffel en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Eiffel en concert au Centre Culturel Paul Baillart (jeudi 6 mai 2010)
Eiffel en concert au Festival Le Chant de Foire #15 (2010)
Eiffel en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 6 août 2010)
Eiffel en concert au Zénith (vendredi 15 octobre 2010)
Eiffel en concert au Trianon (mercredi 28 novembre 2012)
L'interview de Eiffel (octobre 2003)
L'interview de Eiffel (8 décembre 2006)
L'interview de Eiffel (31 août 2009)
L'interview de Eiffel (vendredi 6 août 2010)
L'interview de Eiffel (mercredi 12 septembre 2012)
L'interview de Eiffel (mercredi 22 février 2019)
La chronique de l'album L'éternité de l'instant de Romain Humeau
La chronique de l'album Vendredi ou les limbes du Pacifique de Romain Humeau
La chronique de l'album Amour de Romain Humeau
La chronique de l'album Mousquetaire #1 de Romain Humeau
La chronique de l'album Mousquetaire #2 de Romain Humeau
Une 2ème chronique de l'album Mousquetaire #2 de Romain Humeau
Romain Humeau en concert à Mains D'Oeuvres (7 décembre 2004)
Romain Humeau en concert à Run Ar Puns (2 avril 2005)
Romain Humeau en concert au Festival Halloween 2005
Romain Humeau en concert au Bataclan (23 novembre 2005)
Romain Humeau en concert au Tremplin (24 février 2006)
Romain Humeau en concert à l'Ubu (vendredi 4 novembre 2016)
Romain Humeau en concert à l'Elysée Montmartre (mercredi 23 novembre 2016)
L'interview de Romain Humeau (lundi 29 juin 2015 )
L'interview de Romain Humeau (mercredi 28 septembre 2016)
L'interview de Romain Humeau (janvier 2018)

En savoir plus :
Le site officiel de Eiffel
Le Soundcloud de Eiffel
Le Facebook de Eiffel


Frizet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Eiffel (26 avril 2019)
Eiffel (12 septembre 2012)
Eiffel (7 août 2010)
Eiffel (31 aout 2009)
Romain Humeau (28 septembre 2016)


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=