Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gontard!
2029  (Ici d'ailleurs...)  avril 2019

"On regardera la pauvreté en face
On regardera l’amour
On regardera l’humanité en face
On se regardera"

Co-produit par le toujours pertinent et éclectique label nancéien Ici d’ailleurs... (Mendelson, Trupa Trupa, Angélique Ionatos, Matt Elliott, Michel Cloup Duo) et le label de Ray Bornéo Petrol Chips (Olivier Depardon, Lomostatic, etc.), ce nouveau disque résulte d’une rencontre hasardeuse entre le prolifique Gontard! et le beatmaker parisien Vincha.

Dans son précédent disque, Gontard! chantait "La France des épiciers", le voilà poursuivant cette exploration d’un monde social dont le délabrement est déjà très avancé. Ici, nous sommes plongés dans un futur proche (en 2029), à Gontard-sur-Misère, petite ville de 33 000 habitants qui nous est présentée, ainsi que le projet de ce concept album, dès l’ouverture du disque ("Dans ma ville") sur un beat hip-hop piano jazzy qui grossit et gagne peu à peu en puissance et en intensité.

Il s’agit moins ici de se contenter d’une fiche Wikipédia sur une ville, démarche facile mais qui peut permettre de "vendre des galettes", précise Gontard, que de comprendre ce monde social, cette ville,  depuis le point de vue des habitants, il s’agit de développer une "minutie documentaire". Et pour cela, nous suivrons le parcours de plusieurs personnes.

Gontard- sur-Misère, ancienne ville industrialisée, a subi la disparition des structures publiques mais "heureusement" le très entreprenant Kevin Malez est là, sorte d’ambassadeur de la start-up nation. Avec Kevin Malez, nul besoin de délégué du personnel, non car la start-up c’est cool, un peu new age aussi…

A Gontard-sur-Misère, on y croise beaucoup de mères célibataires, des jeunes qui pointent à la mission locale et des jeunes filles le "destin" est bien souvent tracé : ce sera CAP petit enfance.

Les habitants n’auront pas la révolution prolétaire, l’usine ferme et le fils dit de son père "que fera papa sans sa pointeuse" et ce chanteur de variétés, Gontard! lui-même, que le "succès a oublié" et à qui l’on disait "tu es presque Brel" ne le deviendra pas. Ici, comme dans certains ailleurs, même l’amitié et la fidélité se voient fragilisées : "nous n’avons plus d’amis, nous avons des partenaires". Le tableau est sombre.

Musicalement, Vincha développe, sous influence de J Dilla ou d’Apollo Brown, un hip-hop hyper classe. Evolutive et changeante, sa musique n’est pas que de simples boucles, les beats y sont riches, expressifs, amples, copieux et variés, cela au sein d’un même morceau ; et Gontard! fait du spoken word, pas moins expressif, comme à l’ordinaire.

Citons en exemple le morceau "2029" avec ce vieux piano en arpège sur air classique, vieille guitare et craquement de disque vinyle : esprit bastringue, et saloon déglingué.

Pour rester dans une "tradition hip-hop", nous serions tentés d‘écrire que ce Gontard! a trouvé de sacrées punchline. Petit florilège  :
- "tu t’es marié avec ce type aussi laid qu’un employé de banque dans un western"
- la fille de la mairie est partie avant que le personnage de la chanson n’ait eu "le temps de lui faire l’amour dans l’ascenseur social" ("La fille de la mairie")
- "le travail c’est comme l’hypnose tu vas dedans tu sais pas toujours pourquoi puis quand ça s’arrête ça fait tout drôle" / "faut prendre les bonnes idées partout, surtout à droite" ("Kevin Malez")
- "quand je rentre à la maison je suis une star de la chanson"
ou encore :
- "ici les mères de famille murmurent jusque dans leurs orgasmes, peur de déranger, les murs sont pas épais et la réput, tu sais".

Ce concept album, le premier d’une série à venir, interpelle et marque par le sentiment d’urgence qui transpire dans tous les morceaux. 2029 est un album court et percutant et aussi percutant que pertinent.

Ce disque fait à partir et avec autrui, dans une démarche compréhensive et non explicative, marque-t-il un nouvel âge de la chanson réaliste et engagée ? Un nouvel âge ou la poursuite d’un projet initié par Florent Marchet avec son album Rio Baril ? Je ne sais pas. Mais quoi qu’il en soit, même s’il n’y a "pas de Michel Ange à Gontard-sur-Misère », il y a tout de même Gontard!, ce qui n’est déjà pas mal du tout.

Gontard!, à l’instar de son frère Chevalrex (musicien, graphiste et "patron" du label Objet Disque) creuse un singulier sillage dans le vaste champ déjà bien fécond de ce qu’il est convenu d’appeler chanson française.

Et si Chevalrex est plutôt Anti slogan, seul face à "écoute ses mouvements du cœur" toujours "quelque part en bordure", et se tient loin de "la révolution qui passe", Gontard!, lui, est bien ancré dans une difficile et âpre réalité sociale, y prend part, et en prend sa part. Si l’un aborde davantage l’intime, l’intériorité, dans une vaine mélancolique, l’autre explore le monde social d’un ton plus révolté sur des musiques plus urbaines.

Mais tous deux, et c’est heureux, évitent les slogans ; tous deux, enfin, partagent cette "leçon sur les vaincus" que Chevalrex retient : il "est inutile de sans cesse être docile". Chevalrex et Gontard! font donc la paire !

Bonne écoute.

 

En savoir plus :
Le Bandcamp de Gontard!
Le Soundcloud de Gontard!
Le Facebook de Gontard!


Francois Montjosieu         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=