Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A jeter sans ouvrir
Viv Albertine  (Editions Buchet-Chastel)  avril 2019

Viv Albertine est une musicienne et parolière britannique, figure du mouvement punk auquel elle participa avec son groupe The Slits. Dans les années 80, elle mena également une carrière de productrice et de réalisatrice. Après vingt-cinq ans de silence, elle remonte sur scène avec un album solo en 2012. Elle vit aujourd’hui à Londres où elle se consacre à la musique et à l’ecriture. Elle a publié son premier récit, De fringues, de musique et de mecs en 2017 chez Buchet-Chastel et sort son second ouvrage, toujours chez le même éditeur, A jeter sans ouvrir.

Pour son précédent ouvrage, qui vient de sortir en poche chez 10/18, l’auteur a reçu de la presse des retours plutôt élogieux. Nul doute que pour son nouveau livre, les commentaires devraient être de la même veine tant l’auteur continue de nous charmer par son style enlevé.

Après De fringues, de musique et de mecs, Viv Albertine poursuit donc la dissection sauvage de ce qui l’a construite en s’attaquant au monstre sacré que représente la famille. Viv Albertine rentre dans les années 2000, elle est désormais assagie et ses années punk sont maintenant loin derrière elle. Il est temps pour elle de se consacrer à sa fille, à sa carrière et, presque à regret, à des mecs qui en valent rarement la peine.

Lorsque son père meurt, Viv doit aller récupérer les biens qui lui reviennent. Elle découvre alors un curieux journal de bord où il a consigné, avant qu’il ne se sépare de sa femme, le quotidien de la famille. Quelques années plus tard, à la mort de sa mère, elle découvre un mystérieux paquet "A jeter sans ouvrir" : c’est le journal miroir de sa mère, couvrant la même période.

A partir de ce récit de la vie familiale à deux voix, férocement opposées, Viv entreprend un douloureux mais nécessaire périple vers le passé, rouvrant par la même des blessures profondes qui résonnent en puisant écho avec sa vie d’aujourd’hui.

Travailler sur son passé, nous offrir un texte où elle nous parle de sa famille et de sa mère est un moyen pour l’auteur d’aller chercher les racines de ses colères. La féministe qu’elle est s’avère au final être la continuité de son aîné, de sa mère qui bien avant elle l’était, accompagnée d’un profond esprit d’indépendance.

Cette défense de la cause féminine, elle souhaite la transmettre à sa fille et l’ouvrage qu’elle nous propose s’adresse aussi à elle. Ce devoir féministe elle le pousse même à son comble, n’hésitant pas à nous parler de ses poils, de ses diarrhées et aussi de ses envies de péter au lit (sources d’insomnie chez elle), même quand elle est avec un homme.

On retrouve le style enlevé de l’auteur, son honnêteté intellectuelle et ses passages crus jamais vulgaires qui nous rappellent que Viv est avant tout une punk. Elle n’élude rien, ne triche pas et fait preuve d’une grande franchise. Le fait de découvrir ces documents écrits par ses parents lui ont permis de les comprendre, de comprendre leurs attitudes à son égard pour au final lui permettre de les excuser. Sa mère a connu des moments difficiles car elle a connu des violences de la part de son mari. Avec son ouvrage, l'auteur s'adresse aussi à sa fille, à ce qu'elle est aujourd'hui pour elle, ce qu'elle sera demain aussi.

A travers l'histoire qu'elle nous raconte dans A jeter sans ouvrir, Viv Albertine nous dresse un portrait sans concession mais juste de la société occidentale des années 60 à nos jours et un formidable plaidoyer pour les femmes.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Viv Albertine
Le Facebook de Viv Albertine


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=