Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Toute une vie et un soir
Anne Griffin  (Editions Delcourt)  avril 2019

"Ici c’est le calme plat. Pas un péquin en vue. Il n’y a que moi, qui marmonne dans ma barbe et tambourine sur le bar, pressé de boire ma première gorgée. Si je réussis à me la faire servir…"

Un livre qui a ému aux larmes un écrivain comme John Boyne, l’auteur du sublime livre Les fureurs invisibles du cœur, ne pouvait pas me laisser indifférent. C’est donc avec le sentiment que je partais vers une très belle lecture que je me suis lancé dans le premier roman de l’irlandaise Anne Griffin que viennent de publier les éditions Delcourt.

Avec cet ouvrage, on comprend de suite la puissance de la littérature pour porter les sentiments humains. Nul besoin d’actions et de rebondissements pour écrire et proposer aux lecteurs un excellent ouvrage qu’il aura du mal à oublier.

Toute une vie et un soir est livre témoignage, un livre porté par les souvenirs d’un vieil homme qui nous raconte son passé, les êtres qu’il a aimés et qu’il aime encore. C’est simple, superbement écrit et tellement émouvant. Les mots de John Boyne à l’égard de ce livre prennent tout leur sens une fois le livre refermé.

L’histoire se passe dans une bourgade du Comté de Meath. Maurice Hannigan, un vieux fermier, s’installe au bar du Rainsford House Hotel. Il est seul, comme toujours. Sauf que ce soir, rien n’est pareil : Maurice est là pour se souvenir de tout ce qu’il a été et de tout ce qu’il ne sera plus.

Au fil de la soirée, il veut porter un toast aux personnes qui ont le plus compté pour lui. Il lève son verre à son grand frère Tony, à la petite Molly, son premier enfant trop tôt disparu, à l’innocente Noreen, sa belle-sœur un peu timbrée, au talent de son fils journaliste qui mène sa vie aux Etats-Unis et enfin, à la modestie de Sadie, sa femme tant aimée, partie deux ans plus tôt. Au fil de ces hommages, c’est alors une vie entière qui se révèle dans sa vérité franche et poignante, une vie racontée à son fils qu’il interpelle dans l’ouvrage.

Avec ce superbe ouvrage, le lecteur se retrouve être le confident d’un vieil homme au crépuscule de sa vie qui va se confier avec une très belle pudeur.

C’est donc le temps du souvenir pour Maurice, des souvenirs autour de cinq toasts comme autant de chapitres qui vont nous faire revivre son passé. Il nous raconte son enfance auprès de son frère Tony dans une ferme dans laquelle travaillait sa maman.

Les mots sont lourds quand il évoque à son fils la sœur qu’il n’a pas connue, la petite Molly, partie bien trop tôt, restée comme une douleur immense. L’ultime toast, celui qui va nous livrer les mots les plus beaux est évidemment adressé à sa femme, Sadie, partie il y a deux ans. Dans les pages qu’il consacre à celle qu’il a aimée, les mots sont d’une sidérante beauté. Rarement j’ai pu lire un texte aussi touchant adressé à l’être aimé. Il nous parle des moments passés à ses côtés, des espoirs qu’il avait de passer toute sa vie à ses côtés. C’est juste sublime…

Alors voilà, cela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu un texte aussi beau, un ouvrage simple, celui d’un vieil homme qui nous raconte une vie simple, la sienne, faite de joies et de peines. On rentre dans sa vie avec une facilité déconcertante en l’admirant nous conter ses maux par des mots d’une justesse incroyable qui résonnent encore en nous une fois le livre refermé.

Salutaire et bouleversant, Toute une vie et un soir est un grand livre, un roman fascinant qui marque l’avènement d’un grand auteur, dont on devrait rapidement entendre parler.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Anne Griffin
Le Facebook de Anne Griffin


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=