Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Toute une vie et un soir
Anne Griffin  (Editions Delcourt)  avril 2019

"Ici c’est le calme plat. Pas un péquin en vue. Il n’y a que moi, qui marmonne dans ma barbe et tambourine sur le bar, pressé de boire ma première gorgée. Si je réussis à me la faire servir…"

Un livre qui a ému aux larmes un écrivain comme John Boyne, l’auteur du sublime livre Les fureurs invisibles du cœur, ne pouvait pas me laisser indifférent. C’est donc avec le sentiment que je partais vers une très belle lecture que je me suis lancé dans le premier roman de l’irlandaise Anne Griffin que viennent de publier les éditions Delcourt.

Avec cet ouvrage, on comprend de suite la puissance de la littérature pour porter les sentiments humains. Nul besoin d’actions et de rebondissements pour écrire et proposer aux lecteurs un excellent ouvrage qu’il aura du mal à oublier.

Toute une vie et un soir est livre témoignage, un livre porté par les souvenirs d’un vieil homme qui nous raconte son passé, les êtres qu’il a aimés et qu’il aime encore. C’est simple, superbement écrit et tellement émouvant. Les mots de John Boyne à l’égard de ce livre prennent tout leur sens une fois le livre refermé.

L’histoire se passe dans une bourgade du Comté de Meath. Maurice Hannigan, un vieux fermier, s’installe au bar du Rainsford House Hotel. Il est seul, comme toujours. Sauf que ce soir, rien n’est pareil : Maurice est là pour se souvenir de tout ce qu’il a été et de tout ce qu’il ne sera plus.

Au fil de la soirée, il veut porter un toast aux personnes qui ont le plus compté pour lui. Il lève son verre à son grand frère Tony, à la petite Molly, son premier enfant trop tôt disparu, à l’innocente Noreen, sa belle-sœur un peu timbrée, au talent de son fils journaliste qui mène sa vie aux Etats-Unis et enfin, à la modestie de Sadie, sa femme tant aimée, partie deux ans plus tôt. Au fil de ces hommages, c’est alors une vie entière qui se révèle dans sa vérité franche et poignante, une vie racontée à son fils qu’il interpelle dans l’ouvrage.

Avec ce superbe ouvrage, le lecteur se retrouve être le confident d’un vieil homme au crépuscule de sa vie qui va se confier avec une très belle pudeur.

C’est donc le temps du souvenir pour Maurice, des souvenirs autour de cinq toasts comme autant de chapitres qui vont nous faire revivre son passé. Il nous raconte son enfance auprès de son frère Tony dans une ferme dans laquelle travaillait sa maman.

Les mots sont lourds quand il évoque à son fils la sœur qu’il n’a pas connue, la petite Molly, partie bien trop tôt, restée comme une douleur immense. L’ultime toast, celui qui va nous livrer les mots les plus beaux est évidemment adressé à sa femme, Sadie, partie il y a deux ans. Dans les pages qu’il consacre à celle qu’il a aimée, les mots sont d’une sidérante beauté. Rarement j’ai pu lire un texte aussi touchant adressé à l’être aimé. Il nous parle des moments passés à ses côtés, des espoirs qu’il avait de passer toute sa vie à ses côtés. C’est juste sublime…

Alors voilà, cela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu un texte aussi beau, un ouvrage simple, celui d’un vieil homme qui nous raconte une vie simple, la sienne, faite de joies et de peines. On rentre dans sa vie avec une facilité déconcertante en l’admirant nous conter ses maux par des mots d’une justesse incroyable qui résonnent encore en nous une fois le livre refermé.

Salutaire et bouleversant, Toute une vie et un soir est un grand livre, un roman fascinant qui marque l’avènement d’un grand auteur, dont on devrait rapidement entendre parler.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Anne Griffin
Le Facebook de Anne Griffin


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=