Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Days Gone
PlayStation 4  (SIE Bend Studio)  avril 2019

On attendait depuis un petit moment la sortie de ce jeu qui a la particularité de sortir seulement sur la PS4. Days Gone fait donc partie des grosses sorties de l’année sur cette console. Plus de deux ans après avoir vu les premier trailers de ce jeu, nous voilà donc en compagnie de son personnage principal, Deacon St John et franchement, on n’est pas déçu.

Days Gone est un jeu d’aventure dans un monde ouvert, ce qui n’a rien d’original dans un premier temps. Il se situe dans un monde apocalyptique deux ans après une terrible pandémie qui a ravagé le monde. Deacon, le personnage principal du jeu et son pote Boozer ont survécu, Deacon a vécu une tragédie personnelle et tente de survivre dans un monde peuplé de pillards, de horde de zombies, de mutants et d’animaux sauvages.

Le jeu s’ouvre sur une très belle cinématique nous montrant la fin du monde et la pandémie qui touche la planète. Deacon, un biker, confie sa femme blessée aux hommes du NERO, prêts à décoller dans un hélicoptère. La NERO est une organisation nationale d’urgence qui intervient pour sauver les blessés. Deacon fait le choix de laisser partir sa femme sans lui dans l’hélico pour rester et aider son pote Boozer.

On retrouve Deacon, deux ans après, dans un univers apocalyptique dans lequel il va devoir tenter de survivre et faire face à de nombreux dangers. Le joueur va alors être amené à effectuer des missions principales et des missions secondaires variées dans un monde ouvert immense de toute beauté. Deacon se déplace sur sa moto qui est presque un personnage principal. Il doit régulièrement faire le plein d’essence, ce qui nécessite dons de trouver des bidons d’essence dans le jeu et doit la réparer quand celle-ci se trouve abîmée. Deacon doit donc trouver de la ferraille que l’on trouve généralement sur des carcasses de véhicules abandonnés sur les routes.

Le jeu dispose d’un arbre de compétences pour le personnage principal qui n’a rien d’original puisque cela existe dans de nombreux jeux mais qui permet néanmoins de faire évoluer les caractéristiques de notre héros, en fonction de nos actions dans le jeu. Elle tourne autour de trois domaines : les armes de mêlée, les armes à projectiles très utiles face aux hordes et la survie. On les débloque évidemment en récupérant des points de compétences lorsque l’on réussit les missions. On trouve aussi dans le jeu des camps du NERO, objet de missions aussi qui nous permettent de récupérer des sérums qui nous offrent, au choix, la possibilité d’augmenter notre endurance (très utile quand on doit courir avec dans le dos des centaines de zombies), notre santé ou notre concentration (très utile aussi pour viser dans la tête des ennemis pour ne pas gaspiller de balles).

Les missions sont variées, elles se font sous la forme d’infiltrations ou de combats contre des camps d’ennemis humains ou mutants. Deacon dispose d’un arsenal d’armes qu’il obtient au fur et à mesure de l’avancée dans le jeu. On peut perfectionner ses armes au cours du jeu, y ajouter des silencieux par exemple utiles pour les missions d’infiltration comme on peut aussi améliorer sa bécane qui, au départ, du jeu s’avère être un peu poussive.

On doit aussi régulièrement détruire des nids de zombies qui pullulent dans ce monde apocalyptique. Pour le faire, on utilise des cocktails Molotov que l’on fabrique avec des objets récupérés un peu partout dans le jeu. L’originalité du jeu tient dans l’affrontement de véritables hordes de zombie que l’on doit affronter et fuir sous peine de mourir rapidement. C’est relativement impressionnant lorsque cela nous arrive la première fois, un peu moins ensuite mais toujours très stressant et compliqué quand même.

Le Gameplay et la prise en main sont simples et rapides. On entre très facilement dans l’univers du jeu et on se trouve rapidement conquis par le jeu. L’histoire est plutôt bien construite. L’aventure et les déambulations de Deacon au travers des missions qu’il doit affronter nous permet de comprendre le monde dans lequel il évolue et aussi ce qu’il était avant la pandémie. Pour accéder au menu du jeu, on utilise le pavé tactile de façon très simple, c’est rapide et efficace et rarement utilisé de façon si intelligente sur d’autres jeux.

La map du jeu couvre une très grande superficie, se dévoile au fur et à mesure des missions et nous permet de nous repérer facilement. On y trouve lors de nos déplacements des points d’interrogations qui apparaissent "?" nous permettant d’aller effectuer une traque imprévue ou d’éliminer un ennemi caché ou bien encore d’assister à un évènement particulier. Cela permet aussi de rallonger la durée de vie du jeu qui est déjà conséquente. Sur cette map se trouvent aussi des camps, entourés de barbelés pour être à l’abri des méchants, dirigés par différents chefs. S’y rendre permet de customiser sa moto, d’y vendre tout un tas de choses récupérées dans l’aventure et aussi d’acheter de nouvelles armes.

Alors voilà, j’avoue que je me régale à jouer à ce jeu qui me procure une grande satisfaction. Je trouve que le monde ouvert dans lequel le joueur évolue est particulièrement beau. Le fait de jouer parfois de nuit, parfois de jour et dans des conditions climatiques qui évoluent est particulièrement sympa.

Evidemment, le jeu est loin d’être parfait et n’est pas à mon avis à la hauteur d’un God of War ou d’un Red Dead Redemption 2 pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il souffre de quelques bugs qui peuvent être agaçants quand cela nous arrive. A cela s’ajoutent des temps de chargement qui sont souvent longs et viennent casser la dynamique du jeu. Des mises à jour sont régulières pour venir corriger ces petits défauts qui n’empêchent pas à mon sens Days Gone d’être un excellent jeu que je vous invite fortement à faire.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Days Gone
Le Facebook de Days Gone


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=