Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fauves
Théâtre de la Colline  (Paris)  mai 2019

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Wajdi Mouawad, avec Ralph Amoussou, Lubna Azabal, Jade Fortineau, Hugues Frenette, Julie Julien, Reina Kakudate, Jérôme Kircher, Norah Krief, Maxime Le Gac?Olanié, Gilles Renaud et Yuriy Zavalnyouk.

Après une étape plus introspective ("Inflammation du verbe vivre") où il était seul en scène, Wajdi Mouawad revient à sa spécialité : une grande et longue enquête (quatre heures) pour conter la quête identitaire d'un réalisateur odieux au bout du rouleau (Jérôme Kircher, fabuleux) qui, à la suite de la mort brutale de sa mère, va partir à Montréal à la recherche de son père biologique dont il vient d'apprendre l'existence.

Comme dans toute son oeuvre, avec "Fauves" l'artiste revient sur ses origines et le déracinement qui a conduit sa famille à changer de lieu et de destin et décrit l'engrenage de la violence à travers des blessures ancrées avec une trame qui rappelle étrangement plusieurs parties de sa fresque "Le Sang des promesses" mais aussi son magnifique "Tous des oiseaux".

L'auteur remonte aux origines, enchevêtre les temporalités et bâtit une investigation autour d'une histoire de pacte et de traumatisme qui remonte à plusieurs générations et va se répercuter notablement sur les descendants, liés par une même violence.

Comme le réalisateur de la pièce, montant et remontant sans cesse son film sans parvenir à comprendre ce qu'il doit exorciser, Wajdi Mouawad multiplie les angles de vue, pareil à des faces de Rubik's cube tournant sur elles-mêmes, interrogeant sur les éternels recommencements et les multiples combinaisons d'une existence.

Tout est parfois hélas un peu trop souligné, tout comme l'intrigue inutilement alambiquée, et la première partie, qui abuse de scènes répétées (non sans humour cependant), s'avère un peu laborieuse.

La deuxième partie trouve sa vitesse de croisière et, lorqu'elle commence à s'emballer, produit, en dépit de vulgarité quelquefois gratuite, de beaux moments et réserve enfin, après tout cette brutalité, une scène finale de toute beauté, vrai moment de poésie qui remet tout en perspective et exhorte à la vie.

Semblable à ses meilleurs moments, Wajdi Mouawad livre une mise en scène magistrale dont il est coutumier, toute en glissements avec des panneaux en bois (superbe scénographie d'Emmanuel Clolus) qui se déplacent en recomposant les espaces.

Autour de Jérôme Kircher, une équipe de comédiens solides (français et québécois), dont la très touchante Norah Krief dans le rôle de la mère, effectuent avec abnégation une prestation de haute-volée pour porter l'espoir qu'il n'est jamais trop tard pour arrêter le processus fatal de la violence des portes qui se claquent.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=