Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce True Copy
Le Centquatre  (Paris)  mai 2019

Spectacle du Collectif Berlin avec Geert Jan Jansen.

Le groupe néerlandais BERLIN aime proposer des spectacles qui mélangent les genres. Entre conférence, interview, intervention du public, happening, "True Copy" est une bonne entrée dans un univers où l'on est tout d'abord bien accueilli, où l'on se sent tout de suite en osmose avec des artistes dont le but est le partage.

On pourrait craindre une vaste manipulation puisque le sujet choisi est le monde des faussaires, représenté par le plus grand d'entre eux aux Pays-Bas, Geert Jan Jansen, digne successeur du grand Han Van Meegeren qui avait trompé les nazis en leur vendant des Vermeer. Mais, même si l'on ne sera pas garantie contre les surprises - à ne surtout pas révéler - on n'en voudra pas à Yves Degryse et à son équipe.

Ce qui est sûr, c'est qu'une fois lancée la machine - au sens presque strict - qu'est "Rue Coty", on sera constamment passionné par tout ce qu'on découvrira grâce à Geert Jan Jansen, réellement présent sur scène, qui ne va pas raconter seulement son incroyable histoire mais donner matière à réflexion sur "qu'est-ce que l'art ?" , "qu'est-ce qu'un artiste ?", et même pour les amateurs de trivialités, "qu'est-ce que le marché de l'art ?"

Sur scène, avant que Geert Jan Jansen vienne répondre aux questions, on aura un grand mur composé de tableaux qui se révélera un mur vidéo où chaque tableau peut devenir un écran contenant des pièces à conviction pour alimenter le récit.

Dans un second temps, on s'apercevra que le mur est en fait une construction genre "grande cabane" derrière lequel il y a des pièces avec des caméras où le faussaire ira peindre sous les yeux du public un faux Picasso.Ainsi, rien que sur le plan formel, la démarche de BERLIN est pleine d'invention et toujours ludique. Au point que sera organisée une vente aux enchères.

Il aurait été intéressant de demander aux membres du groupe si les spectateurs hollandais ou européens réagissent comme ceux du "104" qui se prirent au jeu... aboutissant à vendre plusieurs milliers d'euros un pur faux Picasso signé Jansen !

Chose encore plus intrigante : le public applaudit l'enchère ! On voit là l'emprise qu'à l'art et son marché sur la moindre personne qui en lit régulièrement les avatars.

Sur la personnalité du faussaire, on pourra aussi tirer quelques leçons. Comme Guy Ribes, autre artiste copiste, dont on avait pu voir la vie contée dans un film, "Un vrai faussaire", Geer Jan Jansen a soif de reconnaissance, paraît un peu aigri sous sa fausse bonhomie teintée d'une certaine fierté pour ce qu'il a fait.

De tout le tourbillon de révélations qu'il fera ou qu'on lui prêtera, on aurait plutôt tendance à envier sa vie. Pourtant, on le sent près de craquer. On regrettera qu'Yves Degryse ne lui pose pas la question qui tue et dont ne peut donner à coup sûr la réponse : "Est-ce qu'il aime vraiment peindre ?"

On en doute fortement et que c'est là ce qui le différencie du peintre qui connaît les affres de la création et qui n'est la plupart du temps pas guidé (au moins dans un premier temps) par son compte en banque. Ce n'est pas le cas du faussaire qui aime avant tout l'argent et qui n'hésiterait pas à peindre des croûtes si elles valaient le prix d'un Van Gogh ou d'un Matisse.

Le spectacle original fourni par le Groupe BERLIN vaut donc le déplacement. On les sait entre Perec et Greenaway et on les remercie de donner à tous l'illusion (ou pas) d'être plus intelligents à la sortie qu'à l'entrée de ce "True Copy" dense et informé.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=